Partagez | 
 

 Sauve-moi [Kyara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Sauve-moi [Kyara]   Jeu 12 Mai - 23:12


Sauve-moi
Kyara & Adrian


Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup.. Non, tais-toi, Adrian, cette chanson est pourri, tu devrais le savoir, non ? Qu’est-ce que je fous dans les bois, d’ailleurs ? Je ne sais plus, un stupide message qui me donnait rendez-vous je crois, mais je n’en suis plus sur, faut dire que la bouteille de vodka que je me suis enfilé avant de venir n’aide pas à me souvenir. Mais je m’en fous, je me sens bien, les problèmes.. disparus, je n’ai plus qu’à réfléchir à ce que je pourrais bien faire de ma soirée, au lieu de m’inquiéter de ce qui pourrait bien arriver dans les semaines suivantes. D’ailleurs, qu’est-ce que je vais faire ce soir ? Je me rendrais bien au casino, mais je ne sais même pas s’il en existe un dans cette ville. Je pourrais peut-être aller à la cours ? Au moins, je suis certain  de trouver mon bonheur là-bas. Je porte la bouteille à mes lèvres, mais rien ne coule. Merde ! Comment je fais avec une bouteille vide, moi ? Je rejoins une nouvelle source.. Sauf que je peux pas, je crois que je dois attendre quelque chose ici avant, oui, je dois attendre mon rendez-vous.. J’aimerais bien qu’il se magne le fion, parce que sans carburant, je ne tiendrais pas longtemps ici, et je ne suis pas celui qui a le plus besoin de ce rendez-vous, puisque j’ignore même la raison pour laquelle je suis là, en faite.. je me rappelle avoir longtemps hésité face au numéro de téléphone de Lilith, mais je ne m’étais pas permis de la déranger pour une petite histoire de rendez-vous.

Un kilomètre à pied, ça use, ça use, deux kilomètres à pied.. Non, toujours pas, peut-être que le troisième essaie sera le bon ? J’entends du bruit derrière moi, mon rendez-vous ! Je me détourne, pour me retrouver face à une bande de Strigoï.. Quoi que bande, j’exagère peut-être un peu, juste trois, mais c’est trois de trop.. Merde, pourquoi est-ce que je n’avais pas appelé Lilith pour qu’elle m’accompagne ? Je suis dans une sacré merde.  Je recule, et me prend les pieds dans les branches, l’alcool ne fait pas bon ménage lorsque l’on désire prendre la fuite, je le serais pour la prochaine fois, et si, encore dix minutes plus tôt,  j’avais envie de rire pour rien , juste pour exprimer ma joie, je crois que toutes ces idées ont disparu d’un coup de mon cerveau.. Je me retrouve assumé l’instant d’après, jeté sur une épaule, et transporté jusqu’à l’extérieur de la forêt.. je ne reprends conscience que plusieurs longues minutes plus tard, à l’arrière d’une banquette. J’ai du mal à faire le tri dans mes pensées embrumées, j’ai du mal à me souvenir de ce qu’il s’est passé.. Deux hommes sont à l’avant du véhicule, pédant qu’un troisième est à mes côtés. Je n’ai pas besoin de l’observer avec attention pour comprendre qu’il s’agit bien de Strigoïs, sa peau blanche, ses canines qui pointent, et ces yeux cerclés de rouge me l’indique bien assez. Ne paniques pas Adrian, tout va bien se passer. Trop tard, je panique déjà. Ne pouvait-on jamais me laisser tranquille ?  Ce n’était pas parce que j’étais le neveu de la reine, que j’avais les même ambition qu’elle, tout ce que je souhaitais, c’est passé ma vie tranquille, au côté des gens que j’aime, était-ce trop demander ?

« Où est-ce que vous m’amener ?
«  Ta gueule »

Et la politesse, elle t’arracherait la gueule, connard ? J’essaie de suivre la route, mais le nombre importants de virages me fait perdre mes repères, pire que ça, cela me donne la gerbe, mais je crois que vomir dans la bagnole serait une mauvaise idée. La voiture s’arrête cinq minutes plus tard, et j’ouvre la portière aussi vite que je le peux pour vomir à mes pieds. Et bien, il était moins une. Je suis sortie de la voiture sans la moindre délicatesse, et jeter dans une pièce sombre.. Ma tête cogne contre le mur, un mince filé de sang coule le long de ma bouche, et tout ce que je souhaite, c’est que cela n’ouvre pas l’appétit de l’un des Strigoï. Je devais survivre, quelqu’un finir bien par se rendre compte urgent j’avais disparu, non ?

« Qu'est-ce que vous allez faire de moi ? »

Pas de réponse, on dirait que la parlotte, ce n'est pas votre truc, ce n'est pas grave, tant que vous ne me bouffer pas, ça devrait le faire. Ne paniques pas, quelqu'un va venir se passer, et tout finira très bien, ce n'est pas la première fois que tu te retrouves dans la merde, et tu t'en ai toujours sorti, non ? Et faut que j'arrête de me parler à moi même, c'est débile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kyara]   Ven 13 Mai - 20:54


Sauve-moi
Adrian & Kyara

Pourquoi est-ce que toutes ces âmes continuent ainsi de me tourmenter ? Je leur ai pourtant demandé de me laisser en paix, je leur ai dit que je ne voulais plus les voir, plus les entendre. Suis-je folle ? J’ai tous les symptômes apparents de la folie en tous cas et un psy m’aurait probablement déjà envoyé dans un asile. Je les vois bien pourtant, tous ces fantômes. Je les entends bien, ces murmures qui ne cessent de m’appeler. Pourquoi est-ce que vous me faites ça ? Vous ne me laissez en paix que quand je fais ce que vous me demandez, mais je n’aime pas toujours vos demandes, certaines d’entre elles sont mauvaises. Je ne veux pas devenir mauvaise. Que m’as-tu fait Adrian ?

- Non je ne poserais pas de piège ici... Parce qu’il y a des humains qui passent aussi par là ! Arrête de crier je t’ai dit non !

Je me dispute avec l’un d’entre eux comme si c’était devenu quelque chose de tout à fait normal. Les fantômes peuvent vraiment être désagréables lorsqu’ils n’ont pas ce qu’ils veulent. Et bien tant pis pour eux, ils n’ont qu’à aller se trouver une autre personne à tourmenter ! Je m’assois contre un arbre et me mets à rouler un joint, ce qui les énerve de plus en plus car ils savent que la drogue parvient à les chasser mais je n’en peux plus de les entendre, j’ai besoin de silence, j’ai besoin de me retrouver. Allongée seule dans les feuillages, je me mets à fumer ce joint bien dosé et bien vite ils ne sont plus là, je laisse ainsi mon esprit se perdre dans un bien heureux trip.

Je ris toute seule. Je ris pour rien mais ça me fait du bien. Je commence à me redresser doucement mais j’ai à peine le temps de me trouver en position assise qu’une sorte de vision s’impose à moi. Que se passe-t-il ? Où suis-je ? J’ai l’impression d’être transportée dans un autre endroit. Adrian ? Pourquoi est-ce que j’entends ta voix et qui sont ces types ? Ma joie, mon rire, mon trip, tout a disparu, il ne reste plus que cette vision, ce poids contre ma poitrine et la sensation de ne pas assez respirer. J’aperçois cette usine, ces strigoïs qui se rapprochent et le frappent puis je reviens brusquement à moi. La vision s'arrête et je reprends un grand coup ma respiration, restant figée sur place quelques secondes, le temps de comprendre ce qu’il se passe. Sauf que je ne comprends pas.

Pourtant je me relève, j’ignore s’il s’agit d’une vision du destin ou de ce qu’il se passe actuellement, peut-être même est-ce une autre de mes folies ? Quoi qu’il en soit il faut que j’en ai le cœur net et aille voir ce qu’il se passe. Avoir vue cette usine ne m’indique pas vraiment dans laquelle il peut bien se trouver, mais heureusement il a encore son portable sur lui et j’ai eu la bonne idée de glisser une puce dedans, juste au cas où et on dirait que j’ai bien fait. Je ne perds pas de temps à aller récupérer quelques armes et me rendre à l’adresse que m’indique le gps. J’entends quelques voix masculines à l’intérieur de l’usine et jette quelques coups d’œil en restant le plus discrète possible. Trois strigoïs, difficile mais pas infaisable.

Je prépare rapidement un petit piège et suis heureuse de m’être suffisamment bien équipée, je me serais retrouvée idiote à débarquer ici sans potion ni arme. Encore quelques secondes et le tour est joué. Une fois prêt je mets mon piège en place et lâche un petit sifflement pour attirer leur attention. Comme je m'y attendais l’un d’entre eux quitte le groupe pour aller voir de quoi il s’agit, sauf que dans le noir il ne fait pas attention à ce fil transparent sur lequel il marche. Pas le temps de réagir, mon produit lui éclate au visage, le brûlant tel le pire des acides le ferait sur votre peau, autant vous dire que strigoï ou pas, il lui faudra un moment pour s’en remettre. Les deux autres accourent pour voir de quoi il s’agit, c’est le moment pour moi d’intervenir.

Je profite que leur attention soit détournée pour me glisser à l’intérieur de l’usine et rejoindre Adrian, légèrement blessé mais rien de trop grave, heureusement je suis arrivée à temps. L’envie de le prendre dans les bras me traverse l’esprit mais nous n’avons pas le temps pour ça. Je coupe avec ma dague les liens qui le retiennent et plaque ma main contre sa bouche pour l’empêcher de dire quoi que ce soit. Evitons un cri de joie, nous ne sommes pas encore tiré d’affaire. Je l’entraîne avec moi dans un coin derrière plusieurs caisses empilées, ce qui est suffisamment haut pour nous cacher. Je me tourne enfin vers lui, vérifiant qu’en dehors de ce filet de sang apparent il n’a rien d’autre.

- Tu empestes l’alcool... Tu ne devrais pas sortir sans tes gardiens Adrian. Je ne suis pas sûre qu’on parviendra à quitter cet endroit sans avoir à les affronter...

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kyara]   Jeu 19 Mai - 22:35


Sauve-moi
Kyara & Adrian


Pourquoi gâche-t-on toujours mon plaisir ? Ne peut-on pas me laisser passer une soirée tranquille, sans problème ? J’ai l’impression de vivre dans une dimension parallèle depuis que je suis parvenu à ramener Kyara.. Je cherche a en apprendre plus encore que lorsque j’aidais Rose et Lissa.. Je crois n’avoir jamais autant travaillé de ma vie, mais en même temps, j’ai besoin de savoir ce qu’implique ce lien, pour Kyara, pour son frère et pour moi, j’ai même été jusqu’à mettre les pieds à l’église, et questionner le prêtre pour en savoir plus sur Saint Vladimir, et cette Anna.. Je crois que ce qui me dérange le plus, c’est l’idée qu’elle puisse se glisser dans ma tête, comme Rose peut le faire avec Lissa, pas que j’ai quelque chose à lui cacher de toute façon, mais c’est une forme d’intimité qui met retirer.. Enfin, pour l’instant, elle ne m’a jamais parlé d’une telle expérience, et ce n’est pas plus mal, par contre, j’ai eu l’occasion d’avoir un topo de son frère, et elle, qui n’est pas protégé par les barrières magiques de l’académie, à la chance de recevoir la visite de fantômes plutôt régulièrement, quand je parle de chance, c’est ironique, bien entendu, qui voudrait de la visite de fantôme, même lorsqu’il s’agit de personne que l’on aime ?

C’est toute ces questions sans réponses que je désire oublier ce soir.. Boire, revenir saoule, et j’en passe, c’était ce que j’étais avant, non ? Alors pourquoi ne redeviendrais-je pas cet homme ? Celui-là ne portait pas tous ces secrets sur son dos, et avait bien moins d’ennemi.. Tout était plus facile à gérer à l’époque, lorsque nous ne nous prenions pas la tête, lorsque nous étions tous réunis. Aujourd’hui, je suis devenu responsable, du moins, je crois, alors pour une fois que j’ai décidé de me laisser aller, pourquoi ne peut-on pas me laisser profiter de l’occasion ? On dirait bien que non, mais quitte à ce que l’on vienne m’interrompre, j’aurais préféré qu’il s’agisse de gardien venu me faire la leçon sur mon inconscience à sortir seul la nuit. Sauf que non, ce n’est pas des gardiens, c’est des Strigoïs, et je mets un certain temps à me rendre compte que je suis dans un merdier pas possible. Ils me jettent presque dans la voiture, après m’avoir assommer, et lorsque je reprends conscience, sans doute à mi-chemin de notre destination, ces bougres d’idiots ne sont pas aimable d’un poil. Allez donc vous faire voir, bande d’enfoirés, ma gardienne ne tardera pas à se rendre compte de ma disparition, et lorsqu’elle vous mettre la main dessus, vous passerez un sale quart d’heure, vous pouvez me croire.

Je suis jeté hors de la voiture, et amener dans un local, bien que j’ignore à quoi cela peut bien servir. Le choc est rude, mais j’imagine que je peux m’estimer heureux d’être encore en vie, alors j’évite de leurs montrer la moindre faiblesse. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là,  à les regarder dans les blancs des yeux, sans doute attendent-ils quelque chose, ou quelqu’un, lorsque l’un des gars s’en va, sans doute après avoir entendu quelque chose qui est passé inaperçu pour moi. D’ailleurs, les deux autres ne tardent pas à le rejoindre.  Merde, mais qu’est-ce qui se passe ? J’aperçois une ombre, et je me dis que c’est une très mauvaise chose, que quelque chose va me tomber sur la gueule. Sauf que c’est Kyara que je vois apparaître. Double merde ! Qu’est-ce que tu fiches ici ? Est-ce que tu es inconsciente ? Et comment est-ce que tu m’as retrouvé ? A peine me suis-je posé la question, que j’ai aussitôt la réponse.. Notre lien, de la même manière que Rose procède avec Lissa. Sa main se retrouve contre ma bouche avant que je n’ai eu le temps de dire le moindre mot, et après avoir défaits les liens, m’attire derrière des caisses. Est-ce que tu crois que cela suffira à leurs échappé ? Je ne crois pas, tu en as peut-être neutralisé un, mais il en reste deux, et d’autre risque d’arriver. Ces mots m’énervent.. Penses-tu être la plus à même de me faire la leçon, Kyara, alors que tu as fais plus de conneries que moi ces derniers temps ?

« Ne me fais pas la leçon, Kya »

Je ne sais pas ce qui me prend d’être aussi sec avec elle, je crois que l’alcool que j’ai bu est pour quelque chose là-dedans, comme ces abrutis qui ont interrompu ma petite fête privé. J’entends du bruit derrière nous, sans doute ces imbéciles qui reviennent.. Est-ce que tu crois que l’on va pouvoir rester longtemps caché ainsi ? Qu’ils ne finiront pas par nous trouver ?  Ou peut-être que tu as un second plan pour nous tirer de là, j’espère en tout cas. Je la regarde, et pendant un instant, j’en oublie la situation complexe dans laquelle nous nous sommes fourrés, sans doute est-ce l’alcool qui prend le pas sur mon esprit, je n’aurais pas été assez idiot pour faire cela en d’autre circonstance, j’aurais attendu que l’on soit sorti de là, mais là, tout de suite, je ne peux pas m’en empêcher.

« Embrasse-moi »

J’attends, mais lorsque je comprends qu’elle ne le fera pas, c’est moi qui approche mon visage du sien, et dépose mes lèvres contre les siennes. Je me prends à apprécié ce baiser à sa juste valeur, et espérer que je m’en souviendrais le lendemain. Je me prends tellement à ce baiser, que je finis par la pousser contre ces caisses, et en faire tomber une dans la manipulation. Oups. Je crois que nous sommes officiellement dans une merde noire, dis-moi que tu as un plan, Kya.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kyara]   Dim 22 Mai - 23:45


Sauve-moi
Adrian & Kyara

Que t’est-il arrivé Adrian ? Que signifie une telle vision ? Je ne suis même pas sûre que ce soit vrai, mais pourtant il faut que j’en ai le cœur net, car si tu es en danger je ne peux pas t’abandonner. Alors je te piste, non sans d’abord m’être convenablement armée avant de partir à ta recherche et heureusement que ton portable est encore allumé, tu auras au moins eu l’intelligence de ne pas l’éteindre ce soir. Oui je peux être mauvaise lorsque je suis inquiète. J’arrive jusqu’à une usine et prends rapidement connaissance des lieux et du nombre d’ennemis, trois, pour l’instant en tous cas. Est-ce que d’autres vont nous rejoindre ? J’espère sincèrement que non, sinon je ne garantis vraiment pas notre survie.

Je parviens à attirer l’attention de l’un d’entre eux à l’extérieur, puis rapidement les deux autres crétins suivent, c’est au moins ça de gagné. J’en profite pour me glisser à l’intérieur de l’usine où Adrian se trouve et je vois son regard inquiet se poser sur moi. Ce n’est pas le moment de nous faire repérer, alors à peine l’ai-je libéré que je plaque ma main contre sa bouche et l’entraîne derrière des caisses. Est-ce le moment d’avoir des explications ? Une dispute ? Je ne pense pas, mais je ne peux pas m’empêcher de te faire la leçon, tout comme tu ne peux apparemment pas t’empêcher de me répondre sèchement avec cette impression que tu me juges aussi.

Je ne réponds rien, à quoi bon de toute façon ? Il est complètement bourré et moi je ne suis pas d’humeur. La seule chose sur laquelle je dois me concentrer, c’est sur comment nous sortir d’ici. Les strigoïs ne vont pas tarder à revenir et je ne suis même pas sûre qu’Adrian soit en état de courir. La meilleure chose à faire, ce serait leur voler leur voiture, mais il faudrait déjà pouvoir l’atteindre. Les deux mots prononcés par Adrian me coupent complètement dans ma réflexion. Est-ce qu’il se fout de moi ? Oui, clairement il se fout de moi. Est-ce que tu crois vraiment que nous sommes dans une bonne situation pour nous embrasser ? Sommes-nous d’ailleurs un couple pour nous embrasser ? Il y a toujours eu trop de questions entre nous, mais ce n’est pas ce soir que j’ai envie d’y répondre.

Ses lèvres se posent contre les miennes et même si j’ai toujours aimé nos baisers, je n’arrive pas à profiter de celui-ci alors que nous sommes en danger, mais ça apparemment il l’a déjà oublié. Je tente de le repousser, mais j’aurais clairement pu faire mieux si j’en avais vraiment eu envie. J’aurais dû, ça nous aurait évités que mon dos cogne les caisses et que l’une d’entre elles tombent. Le baiser se rompt instantanément, nos deux visages se tournant vers les strigoïs qui sont revenus et nous fixent. Nous revoilà dans une sacré merde.

- J’espère que ce baiser en valait la chandelle, car il risque d’être le dernier.

Je ne suis pas très douce dans mes mots, mais ai-je le droit de lui faire ce reproche alors que j’aurais pu mieux le repousser ? Une fois de plus les questions ce sera pour plus tard. Lorsque je vois l’un des strigoïs prêt à agir, je pousse violemment Adrian, le faisant tomber par terre, me faisant prendre à sa place par l’un de ces montres et plaquée contre un mur.

- Il fallait le dire plus tôt qu’on aurait droit à une telle compagnie, même pas une dhampir en plus, on va pouvoir s’amuser un peu.

- Ça tombe bien j’ai toujours aimé jouer. Alors ce sera quoi ? Streap poker ? Le jeu du chat et de la souris ? A moins qu’on ne passe directement aux choses sérieuses.


Je sais très bien qu’Adrian regarde mais tant pis, user de mon charme a toujours fonctionné pour détourner l’attention des strigoïs alors autant continuer ainsi. Ma main glisse vers l’autre-jambe du strigoï, ce qui a de quoi l’exciter à vue d’œil. Finalement sa main répugnante relâche ma gorge pour glisser sur ma poitrine, puis sur mon ventre. Est-ce que ça te plaît ? Parce que ce sera le dernier corps que tu toucheras. Maintenant que j’ai toute son attention, je profite d’avoir mon autre main de libre pour attraper une lame que je plante dans son torse avant d’appuyer sur le bouton au niveau du manche qui me permet d’éclater la lame en plusieurs morceaux à l’intérieur de son corps.

- J’ai oublié de te dire que j’aime faire crier mes victimes, mais pas de plaisir.

Je lui donne un coup de genoux dans les parties intimes et il me relâche enfin. Avec tous ces morceaux de lames dans le corps on ne devrait pas trop craindre de lui, plus l’autre qui est toujours aveuglé, on dirait qu’il n’en manque plus qu’un... Où est passé Adrian ? Mon regard se porte au loin et je vois l’un d’entre eux le tenir et me fixer, une lame passée sous sa gorge, prêt à l’achever s’il le faut. Je m’approche d’eux mais lorsqu’il estime que je suis trop près, il dessine une fine entaille sur sa peau, me poussant à m’arrêter dans mon avancée.

- Une fille vous fait donc si peur ?

- Une fille me plaît bien et apparemment le moroï que je tiens plaît bien à cette fille. Si la fille accepte de lâcher son arme et de se déshabiller, alors je lui rendrai son précieux moroï.


Est-ce qu’il se moque de moi ? J’ai l’impression d’avoir un John bis sous les yeux, même s’il ne sera jamais pire. Je regarde Adrian puis le monstre derrière lui, oubliant complètement les deux autres encore en vie mais au moins dans un mauvais état. Ma main se resserre sur le revolver à balles d’argent que je tiens entre les mains. Je ne peux pas le laisser faire du mal à Adrian, mais je ne peux pas non plus répondre à sa demande… Il serait pourtant temps de faire quelque chose.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kyara]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sauve-moi [Kyara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sauve moi de moi, je te sauverai de toi... [Théo-logie]
» Kyara
» Quiconque sauve une vie sauve le monde entier [Kate]
» La logique sauve de l'ennui [Ruby]
» Quelle est la base du développement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Academy :: Les Usines-
Sauter vers: