Partagez | 
 

 La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   Dim 27 Mar - 19:09

La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés
Irina & Jessy

Trois longues semaines enfermé là-bas, à ne pouvoir que penser à son souvenir sans profiter de sa présence, sans pouvoir sentir son odeur ou toucher son corps. Etre loin d’elle est vraiment ce qui m’a été le plus difficile, bien plus que leurs expériences à la con et les coups que certains me foutaient parce que je jouais trop aux emmerdeurs. Etrangement celle qui prenait le plus soin de moi là-bas était Elisa, mais malheureusement elle n’était pas la seule à s’intéresser à mon cas et c’était assez amusant de voir à quel point ça la faisait chier. Ouais, même si elle était plus sympa que les autres je ne l’apprécie pas pour autant, ni elle ni aucun de ces connards. Le seul bon truc que j’ai pu faire là-bas, c’est d’avoir pu sortir mon pote Aaron de ce trou et pour ça je ne regrette pas d’y être allé. Je sais pas depuis combien de temps il était prisonnier, mais en tous cas il semblait bien heureux de pouvoir se tirer lui aussi.

Est-ce que j’aurais dû être un peu plus détruit par rapport à ces événements ? On aurait pu croire que oui, après tout ils auront rien amélioré chez moi, ma mauvaise personnalité est toujours là et je leur aurais bien plus servi que l’inverse. Trois semaines à perdre mon temps avec ces enfoirés, à me faire insulter et torturer par moment, à supporter leurs provocations, leurs coups et leurs menaces... Et pourtant je me sens mieux maintenant. Je suis peut-être taré, mais je crois que ce moment loin de tout m’a fait trouver la réponse que je cherchais. La réponse c’est que personne ne peut m’aider, ce que j’ai ne se guérit pas, ce sera toujours une constante dans ma vie, mais le fait de l’accepter est ce qui m’aidera à avancer. Là-bas j’ai appris à prendre sur moi, les deux parts de moi, à ne plus nous autodétruire mais presque former une alliance. J’ai fait la paix entre ces deux personnalités opposées et pour l’instant les choses se passent bien ainsi.

Je suis rentré il y a peu de temps et la seule chose à laquelle j’ai pensé, c’est la retrouver, c’est d’ailleurs ce seul espoir qui m’a réellement permis de tenir là-bas. J’ai envie de la voir, de l’embrasser, de la serrer dans mes bras, mais je veux faire les choses bien. Notre séparation a été l’un de nos meilleurs moment passé ensemble, je ferais en sorte que nos retrouvailles soient encore mieux. Alors j’ai attendu encore un peu, même si ça me torturait, je savais que ce serait pour la bonne cause, qu’il me fallait seulement être encore un peu patient pour profiter du meilleur. J’ai donc pris le temps de tout organiser, de tout acheter, réserver et maintenant il ne me reste plus qu’à l’inviter.

« C’est dans une robe rouge que je t’ai rencontré et dans cette même couleur que je souhaite te retrouver. Rejoins-moi à la nuit tombée là où tout a commencé.
PS : le livreur est délicieux tu devrais le goûter, son sang évidemment. »


Accompagnée de cette lettre, une robe rouge enveloppée dans une housse transparente, elle ressemble beaucoup à celle qu’elle avait porté tout en étant différente à la fois. Evidemment, il y a aussi une paire de chaussure pour aller avec, j’admets que pour ça, j’ai dû demander de l’aide, parce que si je connais la pointure d’Irina, je sais pas forcément ce qui s’accorde le mieux avec une robe. Bref, comme toujours il suffit de tendre quelques billets pour qu’on vous conseille bien comme il faut. J’ai ensuite contraint ce livreur à tout apporter chez Irina et suis parti terminé quelques courses de mon côté avant d’aller me changer. Est-ce qu’un Jessy classe c’est réellement possible ? Faut croire que oui, car ce soir je me suis vêtu pour l’occasion. Bon c’est vrai que j’ai un jean, mais il est foncé, aucune déchirure, classe en fait et il va très bien avec la chemise blanche que je porte, j’ai même mis une cravate noire pour le coup et ça c’est beaucoup.

Je crois que je n’ai jamais été autant stressé pour un rendez-vous, à croire que toute ma vie est en jeu, en tous cas une partie le sera ce soir, mais c’est surtout le fait de la revoir après tout ce temps d’absence qui me fait bizarre. Finalement elle et moi n’avons jamais été séparés si longtemps et j’espère que rien n’a eu le temps de changer en mon absence, rien de trop important en tous cas. Je suis retourné à cet endroit où je l’ai rencontré, derrière cette fameuse boite de nuit, là où nous avons échangé nos premières paroles, nos premiers regards, là où nos vies entières ont basculé. Je tiens ce bouquet de roses rouges entre mes mains, et oui j’ai sorti le grand jeu, et je suis là à zyeuté l’heure en faisant les cent pas et en espérant qu’elle va venir. Puis finalement j’entends des bruits de talons contre le sol et je me calme, regardant de l’autre côté de la rue, attendant de voir qui va venir et c’est bien elle qui apparaît devant moi. Toujours aussi belle. Toujours aussi parfaite.

- Bonsoir sublime déesse, j’espère que je t’ai manqué.

Un sourire taquin se dessine sur mon visage alors que je la rejoins, déposant un baiser contre sa joue avant de lui tenir la main et de la faire tourner sur elle-même pour que je puisse un peu mieux constater à quel point elle est aussi belle que dans mes souvenirs.

- J’ai décidément bon goût pour les robes, je devais être styliste dans une autre vie.

Bon il serait peut-être tant que j’arrête de déconner, mais c’est plus pour détendre l’atmosphère parce qu’après presque un mois d’absence, ça peut faire bizarre. Au moins j’arrive toujours à la faire sourire et ça c’est quelque chose qui me rassure. Sur ce je ne tiens pas plus longtemps avant de l’attirer vers moi et m’emparer de ses lèvres, retrouvant la saveur de ces baisers, le bien-être de la sentir contre moi, d’être tout simplement avec elle. Je n’aurais jamais cru qu’une présence aurait pu me faire autant de bien. Le baiser se rompt après un long moment et j’en profite pour lui offrir ce bouquet qui j’espère lui plaira tout autant que le reste.

- Ces roses sont assez ridicules à côté de ta beauté, mais j'espère qu'elles te plairont.

 
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   Mer 6 Avr - 16:28

Nos doutes sont des traîtres et ils nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon, parce que nous avons peur d’essayer.
La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie, c'est de ta présence à mes côtés


Je reste bloquée face à cette paire d'yeux qui me fixe, ce bout de papier entre les mains. J'ignore pour quelle raison les quelques mots que je viens de lire ont un tel effet sur moi, peut-être parce que je ne m'attendais pas à ce qu'il soit de retour aussi tôt, peut-être parce que je m'attendais à le recevoir en personne, ou est-ce peut-être cette libération qui m'envahie. Après toutes ces semaines loin de lui, après ce calvaire qu'avait été ma vie, j'allais enfin pouvoir le retrouver, et c'était la meilleure nouvelle depuis des jours. Après tout, mes journées,, ou plutôt mes nuits n'avaient pas été de tout repos depuis la transformation d'Alex. J'étais toujours persuadée que j'avais fais une erreur, que je n'aurais pas dû lui offrir l'immortalité, pas alors qu'il n'avait pas le choix, mais je ne pouvais pas revenir sur mes actes, je devais accepter ce que j'avais fais, et vivre avec, je devais l'aider à aller mieux, et à accepter celui qu'il était devenu, comme j'avais finis par l'accepter avec le temps. Je n'avais aucun doute qu'il serait s'adapter à notre monde, il lui fallait juste un peu de temps, et de l'aide, surtout de l'aide, et qu'il veuille de la mienne, ou non, je la lui offrirais. Est-ce que je devrais parler de lui à Jessy ? J'imagine que oui, je ne pouvais pas le laisser dans l'ignorance d'un tel détail, les prochaines semaines risquaient d'être compliqué pour Alex, ce qui allait vouloir dire qu'il me faudrait passer beaucoup de temps avec lui, et je n'avais pas envie que Jessy voit en lui un quelconque danger pour notre histoire. Mais ce soir, alors que nous allions juste nous retrouver ? Non, ce n'était pas le moment opportun.

Perdu dans mes réflexions, j'en avais presque oublié l'humain planté devant ma porte. Etrangement, il avait l'air d'attendre quelque chose de moi, j'ignore de quoi il s'agit, mais ce ne serait pas un pourboire qu'il récoltera, mais bien la perte d'une chose sans doute très précieuse pour lui, sa vie. Je suppose que si Jessy me l'avait envoyé, avec une telle note à la fin de son mot, c'est que cet humain ne représentait pas grand chose pour lui, alors je pouvais bien laisser mes instincts prendre le dessus avant de le rejoindre. Je me jette violemment sur lui, à croire que mes pulsions destructrices n'ont pas pris la fuite avec le retour de Jessy. Cela aussi, il allait falloir que je lui en touche un mot, je n'avais aucune envie que cela se retourne contre lui, et qu'en plus, il n'en soit pas averti. C'était le genre de détail que l'on ne pouvait pas laisser de côté dans un couple, non ? En faite, je n'en sais rien, et puis.. nous étions loin d'être un couple banal, mais encore une fois, c'était le genre de discussion qui aurait tendance à gâcher nos retrouvailles, alors valait mieux que je garde ce genre de sujet plombeur d'ambiance pour une autre fois. Nous aurions sans doute bien assez de chose à nous dire comme cela.

Une fois mon en-cas  terminé, j'accorde enfin toute son attention à la boite que j'avais déposé sur le meuble, près de l'entrée. J'attend d'avoir rejoins ma chambre pour en ôter le couvercle, et découvrir une magnifique robe rouge, accompagnée d'une paire d'escarpin noir, tout aussi élégant. Aucun doute que j'allais faire fureur dans une tenue comme celle-là. Etant donné que le soleil n'est pas encore couché, je prend le temps de filer sous la douche. Après tous les efforts qu'il a fait pour rendre cette soirée parfaite, la moindre des choses était que je me fasse belle pour lui en retour. J'avoue être assez stressée de savoir ce qu'il avait bien pu me préparer, mais de toute façon, il était inutile de me poser des questions à ce sujet, je ne pourrais pas le savoir avant la tombée de la nuit. En attendant, autant mettre mon temps à profit pour être la seule femme sur qui il voudrait poser les yeux. Une douche, du maquillage, la robe, les chaussures, mes cheveux, que j'avais laissé lisse, libre dans mon dos, et j'étais prête à le rejoindre, et à découvrir ce qu'il avait bien pu prévoir pour cette soirée.

Je ne crois pas avoir déjà traversé les divers quartiers qui me séparer de cette discothèque aussi vite, mais pour ma défense, je n'ai jamais été aussi pressé avant aujourd'hui. Mes talons claquent contre le bitume, lorsque je l'aperçois plus loin, s'approchant lui aussi. Faut croire que nous sommes aussi impatient l'un que l'autre de nous retrouver. En revanche, je n'aurais rien eu contre un véritable baiser plutôt que de me contenter de cette tendre bise sur la joue. Mais avec Jessy, rien n'était jamais laissé au hasard, alors je suppose que cela devait être fait exprès pour me rendre un peu plus impatiente. Est-ce que tu attends véritablement une réponse à ta question ? Au fond, je suis certaine que tu doutes de la réponse, le simple sourire qui se dessine sur mes lèvres à l'idée de t'avoir enfin face à moi devrait être suffisant

« Peut-être que si tu venais m'embrasser, tu te rendrais compte à quel point tu as pu me manquer »

Ma main dans la sienne, je tourne sur moi-même à sa demande. J'ai très légèrement l'impression d'être une princesse, à être traité de la sorte, mais c'est loin d'être désagréable. Une stupide blague bien à lui, et il brise enfin la distance qui nous sépare pour coller ces lèvres aux miennes. Ce baiser est loin d'être aussi long que beaucoup que nous avons déjà échangé, mais ces retrouvailles en font l'un des plus intenses, et l'un des plus précieux. Ma main se déposant contre sa nuque, je prend moi-même conscience à quel point je suis devenu dépendante de cet homme. Ces mots me touchent plus encore que le bouquet qu'il me tend, et je devine que cette soirée doit être assez particulière pour lui, pour qu'il fasse autant d'effort.

« Elles sont magnifiques, je les adore »

En faite, même les pires des roses m'auraient fais plaisir venant de lui, mais celles-là sont particulièrement belles, et assorties à ma robe, qui plus est. Mon bouquet à la main, je l'attrape par la cravate pour le garder près de moi.

« Alors, dis-moi, qu'est-ce que tu as prévu pour t'être ainsi mis sur ton trente et un ? Cela dit, j'apprécie beaucoup ce nouveau look »

Ce n'est pas tous les jours que j'ai l'occasion de voir un Jessy aussi classe, alors autant que j'en profite, et puis, mes commentaires ne sont pas le moins du monde exagéré

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   Jeu 7 Avr - 23:33

La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés
Irina & Jessy

Le temps s’est écoulé tellement lentement lorsque j’étais séparé d’elle, c’est là que j’ai pris conscience, que je me suis rendu compte à quel point j’ai besoin d’elle dans ma vie, à quel point sa présence compte. Qu’as-tu fait pendant mon absence ? Qui as-tu rencontré ? Avec qui as-tu passé le temps ? Je ne cessais de penser à toi là-bas, m’imaginant ce que tu pouvais bien faire, redessinant la perfection de ton visage et de ton corps dans mon esprit. Je ne pense pas que j’aurais pu tenir plus longtemps loin de toi, et si avant je me serais trouvé con d’avoir de telles pensées, aujourd’hui je réalise que j’ai grandi en trouvant exactement ce qu’il fallait à ma vie, en te trouvant toi. C’est vrai, j’aurais pu venir te voir avant pour nous épargner cet interminable supplice, mais je voulais que nos retrouvailles soient parfaites et j’étais prêt à sacrifier encore quelques jours pour cela.

Aujourd’hui est enfin l’heure de nous retrouver et je me sens nerveux, comme un gamin qui attend que sa copine descende les marches des escaliers dans sa robe du soir pour l’emmener au bal. Sauf que ce soir Irina, je te promets bien mieux qu’un bal d’adolescents. Tu m’apparais enfin et toute ma tension retombe lorsque je te vois. Je ne supporte plus de rester loin d’elle alors je la rejoins, ne l’embrassant pas tout de suite, après tout ce n’est pas ce que ferait un gentleman, non ? Je ne pense pas, il faut savoir prendre son temps et surtout, j’ai toujours aimé la rendre impatiente. Sa réponse à ma question me fait sourire, crois-moi Irina ce soir je ferais bien plus que t’embrasser et tu te rendras aussi compte à quel point j’ai pu te réclamer sans cesse durant ces dernières semaines.

- Prouver par des actes ? J’aime l’idée.

Je lui adresse un clin d’œil taquin, voulant bien lui faire prendre conscience que tout va bien. Je sais que tu as dû t’inquiéter pour moi Irina, mais comme tu peux le constater, je suis en pleine forme, je n’ai rien perdu de mon humour et encore moins de mes provocations. J’aurais pu revenir d’autant plus ravagé à cause de ce qu’il s’est passé là-bas, mais ce n’est pas le cas, finalement ils m’auront simplement ouvert les yeux. Je ne tarde pas à capturer ses lèvres, retrouvant le goût et la passion de nos baisers. Puis lorsque le baiser se rompt, je lui offre le bouquet, espérant finalement que ce ne soit pas ridicule, mais elle a l’air de l’apprécier. Sa main se resserre alors sur ma cravate pour m’attirer un peu plus vers elle et j’apprécie qu’elle ait remarqué mes efforts vestimentaires, d’autant plus qu’ils lui plaisent.

- J’ai prévu une grande surprise pour nos retrouvailles, d’ailleurs... Je vais devoir te bander les yeux pour t’y conduire.

J’accompagne mes paroles de gestes en sortant de la poche de ma veste un ruban blanc que je tends sous ses yeux. Alors Irina, prête à te laisser conduire vers ta surprise ? J’espère que le ruban ne te dérange pas trop, de toute façon autant te dire que tu n’as pas le choix, ce soir c’est moi qui aurais le dernier mot. Alors avant même qu’elle n’ait le temps de contester, sait-on jamais si elle allait le faire, je me glisse dans son dos et commence à passer le ruban autour de ses yeux pour venir y faire un nœud derrière ses cheveux. Une fois terminé, je profite de ma position pour embrasser tendrement son cou plusieurs fois avant de finalement reprendre la parole.

- Fais-moi confiance, je te promets que ce n’est pas une blague, je n’oserais pas le jour de nos retrouvailles. Maintenant que tu ne vois plus rien, je vais pouvoir faire le chauffeur.

Et sur ces derniers mots, je l’attrape par la taille et la porte sur mon épaule une fois encore sans lui laisser le temps de contester. C’est vrai, j’aurais pu la porter comme une princesse, mais je trouvais ça marrant de la laisser se débattre sur mon épaule et puis vu qu’il y a plusieurs portes à ouvrir, c’est aussi plus pratique. J’ai dit que j’avais mûri, pas que je n’étais plus totalement con. Sur ce j’ouvre la porte arrière du Pandemonium pour entrer à l’intérieur, mais ce soir nous ne nous mêlerons pas au rythme et à la foule de la boîte, pas tout de suite en tous cas. A la place j’emprunte un escalier, montant les marches jusqu’en haut pour finalement ouvrir une deuxième porte qui nous conduit sur le toit, là où une musique bien plus romantique nous accueille. Je me décide enfin à reposer Irina sur le sol mais vérifie que le ruban tient toujours sur ses yeux. Parfait. Je me mets maintenant face à elle, lui tenant les mains et la faisant avancer doucement vers moi alors que je recule.

- Tu te souviens de notre première rencontre ici ? On aimait déjà se provoquer, on essayait de se persuader que tout ceci n’était qu’un jeu plaisant qui s’arrêterait aussi vite qu’il avait commencé. On avait tellement tort. Puis on s’est revu, encore et encore et tu m’as rendu fou, tu m’as rendu accroc. Je n’ai jamais pu te laisser partir, même lorsqu’un autre homme aurait pu te rendre heureuse. Tu m’as appris à me battre pour ce que je désire plus que tout, à me battre pour toi. Mais tu t’es aussi battue, bien plus que je n’aurais su le faire, tu es restée lorsque tout allait mal, lorsque j’ai dérapé, lorsque j’ai baissé les bras. Aujourd’hui j’aimerais te remercier de tout ce que tu as fait pour moi.

Nous nous arrêtons finalement et ma main glisse dans son dos puis remonte vers sa nuque et enfin sur ses cheveux, tirant doucement sur le ruban pour le laisser tomber à nos pieds. Le toit est entièrement décoré, de pétales de roses, de bougies et nous nous trouvons sous un kiosque installé là spécialement pour l’occasion. Il est aussi entièrement décoré, drapé de voiles blancs et transparents qui recouvrent le toit, orné de toute part avec des décorations lumineuses. Je regarde Irina droit dans les yeux, lui faisant comprendre à quel point ce soir plus que jamais je suis sérieux.

- Tu m’as appris ce que signifie l’amour, le partage et tellement d’autres choses. Lorsque j’étais loin de toi, j’ai réalisé à quel point cette relation est devenue mon pilier, ma force et mon bonheur. Grâce à toi je suis devenu un homme et je suis fier de pouvoir te dire à quel point je t’aime. Alors ce soir je me jette à l’eau et place mon futur entre tes mains.

Depuis que tu es intervenue dans ma vie, les autres femmes m’ont paru bien plus fades à tes côtés. Moi, Jessy Barrymore, je ne désirais plus avoir le plus de conquêtes possibles, je ne voulais qu’une seule femme, je ne veux que toi. Je l’admets Irina, j’ai peur de me jeter à l’eau, peur de ton possible refus, mais je serais encore plus stupide de ne pas essayer. Alors je glisse ma main dans la tienne et je pose un genou à terre en sortant une petite boite noire que j’ouvre sous tes yeux.

- Irina Kozolv, tu es la femme avec qui j’ai envie de passer le reste de mes jours et de mes nuits, alors je te le demande ce soir... Veux-tu m’épouser ?

La bague est censée être le dernier gros élément de surprise, alors j’espère ne pas m’être trompé dans mon choix. J’ai longtemps hésité, rendant presque fou les bijoutiers, puis mon regard c’est posé sur celle-ci et mon instinct m’a soufflé que ce serait la bonne. Je me souviens encore du vendeur qui me récitait la description de la bague : en platine, un poids de 4,1 grammes, serti d’un diamant rond de 0,32 carat, de couleur H et de pureté SI1, avec d'autres diamants d'un poids de 0,35 qui accompagnent la bague. Nombre de pierres : 69. Je l’admets, ce chiffre m’a tout de suite parlé, bien plus que cette histoire de poids et carats dont je ne comprenais rien. Vous voyez où je veux en venir ? Je vois que vous êtes aussi pervers que moi. Je me fichais bien du prix extravagant, je suis riche après tout et si je dois utiliser mon argent, je veux que ce soit pour son bonheur. Ce qui m’effraie le plus dans cette histoire, c’est qu’Irina est déjà passée par là avec Adalrik. Etait-ce mieux avec lui ? Plus romantique ? Une plus belle bague ? Je ne sais pas. Je ne veux pas penser à ça sinon je stresserais encore plus. A quoi bon me comparer à lui de toute façon ? Irina m’a prouvé plus d’une fois que c’est Jessy Barrymore qu’elle veut et non pas un autre homme.

Bague:
 

 
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   Ven 8 Avr - 23:04

Nos doutes sont des traîtres et ils nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon, parce que nous avons peur d’essayer.
La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie, c'est de ta présence à mes côtés


Que me réserves-tu pour cette soirée, Jessy ? Je commence à te connaître, et tu n'as pas fais tous ces efforts pour rien. Tu as prévu quelque chose, j'en suis persuadée, mais j'ignore quoi. Ta tenue me permet juste de comprendre qu'il s'agit d'un moment important pour toi, mais j'en devine guère plus. Je suppose que je n'ai d'autre choix que d'attendre qu'il veuille bien m'en dire plus, ce qui à en croire ces paroles, n'arrivera pas tout de suite. J'ai toujours été partante pour me livrer à toutes sortes d'expérience avec toi, Jessy, mais s'il s'agit d'une blague, je ne suis pas certaine d'être en mesure de garder mon calme, pas avec mes émotions qui s'amuse à jouer aux montagnes russes ces derniers jours. Mais j'imagine que tu n'oserais pas jouer de la sorte avec moi, et puis, faut croire que je n'ai pas l'autorisation de refuser ce bandeau sur mes yeux. Très bien, mais compte sur moi pour retenir tes petites idées, et me venger.

Le bandeau couvre mes yeux, et je me retrouve dans le noir. Je dois dire que pour une fois, j'apprécie que mes autres sens soient aussi développés, dans une situation comme celle-là, cela ne peut être qu'à mon avantage. C'est peut-être étonnant, mais lorsqu'il admet ne pas vouloir me faire de blague, je le crois sur parole. Peut-être parce que je n'ai pas l'impression qu'il me ment, je crois qu'à force, j'ai appris à reconnaître lorsqu'il me ment, et lorsqu'il me dit la vérité, et là, je suis presque persuadé qu'il est sincère. Et les baisers qu'il a déposé dans mon cou ne font qu'un peu plus me convaincre de sa sincérité. D'une seconde à l'autre, je me retrouve sur son épaule, et je ne peux empêcher un cri de m'échapper. Alors là, non, je ne suis pas d'accord. Je veux bien te laisser mettre un ruban sur mes yeux, mais il ne faut pas exagérer non plus, je ne suis pas un sac à patate. Je me débats contre lui, allant même jusqu'à secouer les jambes pour l'empêcher de me tenir comme il faut, mais rien à faire. A croire qu'il avait prévu le coup. En faite, j'imagine qu'il avait prévu que je ne me laisserais pas faire.. Mais tout de même, quel genre de femme accepterait de se laisser traiter ainsi ?

« Jessy, reposer moi tout de suite »

Je tape dans son dos, peut-être que si je mets un peu plus de puissance dans mes coups, il comprendra que je n'apprécie pas d'être traitée de la sorte, mais encore une fois, rien à faire. La musique en fond sonore augmente en volume, et je devine qu'on se rapproche de la boite. Je suis encore moins d'accord. Je donne une frappe sur ces fesses cette fois-ci, espérant le faire réagir avant que l'on rentre dans la boite, mais la porte est déjà ouverte. Et bien, je n'ai plus qu'à espérer qu'il n'y est personne dans le coin lorsque nous passerons. La musique est bien trop forte à mon goût, mais on dirait qu'on ne reste pas dans la pièce principale, et tant mieux, je n'ai pas particulièrement envie de me donner en spectacle dans une position comme celle-là. L'air frai sur mon visage me laisse deviner que nous avons changé d'endroit, et que nous sommes de nouveau à l'extérieur.. Sur le toit donc, parce que je ne vois pas l'intérêt que Jessy aurait eu de traverser la boite, uniquement pour ressortir de l'autre côté. Une musique bien plus romantique arrive à mes oreilles, et pendant un instant, j'en oublie ma colère après lui. Enfin, il décide de me remettre sur ces pieds, et je n'attends pas de savoir s'il est en face de moi pour lui faire comprendre ma façon de penser.

« Je te jure que tu vas me le payer.. Franchement, c'est une façon de traiter une femme ? Pour des retrouvailles en plus ? »

Je me rends compte qu'en fin de compte, je ne suis même pas en colère contre lui, ce n'est en tout cas pas ce qui transparaît dans ma voix, et je déteste ce fichu sourire qui s'est dessiné sur mon visage à l'instant où j'ai entendu la musique, et qui me décrédibilise totalement. J'avance guidée par ces propres mains, mais ces paroles m'arrêtent nette dans mon avancée. Je connais assez bien Jessy pour savoir que ce genre de déclaration ne lui ressemble pas. Il ne m'a véritablement livré ces sentiments qu'une fois, et cela à pris du temps. Alors ce n'est sans doute pas par hasard qu'il me dit toutes ces choses aujourd'hui. Oui Jessy, je me rappelle de notre première rencontre, comment aurais-je pu l'oublier ? Tu es entré dans ma vie totalement par hasard, et dès cet instant, tu as tout bousculé, même si j'étais loin de l'admettre. Comment j'aurais pu oublier toutes ces rencontres qui nous ont réunis, toutes ces fois où tu t'es battu pour moi, où tu as tenté de me retenir à tes côtés. Au fond, cette conversation est aussi merveilleuse, que douloureuse. Elle me rappelle aussi à quel point j'ai pu être stupide de le repousser, à quel point j'ai été stupide de me voiler la face, à quel point j'ai pu lui faire du mal. Cette conversation me rappelle que j'aurais tout aussi bien pu me vautrer en beauté, qu'il n'était pas obligé de m'attendre comme il l'a fait. Mais en fin de compte, nous sommes là, ensemble, et c'est le plus important, non ? Comment aurais-je pu baisser les bras ? Tu ne croyais peut-être pas en toi, tu ne croyais peut-être pas en moi, en nous, mais moi. Tu pensais peut-être que cela ne pourrait jamais fonctionner avec ta double personnalité, que les choses se termineraient forcément mal, mais moi, je savais qu'on en était capable, je savais que tu ne me ferais aucun mal, alors comment aurais-je pu abandonner en sachant cela ?

Sa main remonte le long de mon dos, et cette douce caresse m'arrache un frisson après la déclaration qu'il vient de me faire. Finalement, il ôte le ruban de mes yeux, et je peux enfin découvrir ce qu'il tenait à garder secret durant tout ce temps.. Et j'admets que j'en reste sans voix. Si les déclarations n'étaient pas son truc, ce genre de choses, ce genre de décorations romantiques, j'imaginais que c'était pire encore. Pourtant il n'avait pas fauté une seule fois, de la décoration du kiosque, à celle du toit, tout était magnifique. J'ignorais encore ce qu'il me réservait, j'ignorais comment aller se terminer cette soirée, mais jusqu'à présent, c'était parfait, je n'avais pas à dire. Je reporte enfin mon regard sur lui, et une fois encore, je suis surprise par les paroles qui franchisse ses lèvres. Je sais que je devrais prendre bien plus attention à ce qu'il me dit, que cela n'arrivera pas tous les jours, qu'une fois encore, il m'a dit ces mots que j'aime tant, c'est trois petits mots qui font de nouveau naître un sourire idiot sur mes lèvres, mais c'est ces dernières paroles qui retiennent toute mon attention. Tu te jettes à l'eau ? Que veux-tu dire par là, au juste ? J'admets être complètement largué..

Je ne réalise d'ailleurs pas tout de suite ce qu'il se passe lorsqu'il prend ma main, et pose un genoux à terre. Ce n'est que lorsque je vois cette petite boite noire apparaître que je comprends ce qu'il se passe. Pour la deuxième fois de ma vie, on était en train de me demander ma main. J'admets que pendant un instant, c'est l'image d'Adalrik qui c'est imposé à moi, et sa propre demande.. Le résultat aussi.. Mais je le chasse bien vite de mon esprit. Cela n'est pas comparable, qu'il s'agisse de cette demande, qui était juste magnifique, ou de l'amour que je porte à Jessy. La preuve en était que j'avais trompé Adalrik avec Jessy, mais qu'aucun autre homme ne m'avait jamais intéressé depuis que j'étais avec ce dernier. Le tromper ne m'avait pas effleurer l'idée une seule fois. La raison voudrait sans doute que je prenne un peu plus de temps pour réfléchir, avant de lui offrir une réponse. Je n'avais pas envie de me précipiter, et foncer dans un mur, comme avec Adalrik, mais une fois encore, ce n'était pas comparable. Je pouvais dire sans exagérer qu'on avait dépassé bien des aventures avec Jessy, et que malgré tout ça, nous étions encore ensemble aujourd'hui. Et cela me suffisait à savoir que je voulais passer le reste de ma vie avec lui, alors la réponse était plus qu'évidente.

« Oui »

Je n'attends pas qu'il est passé la bague à mon doigts avant de me jeter dans ces bras. Je ne fais peut-être pas les choses dans les règles, mais je m'en fou, je ne crois pas que l'idée que je me jette dans ces bras de cette manière lui déplaira de toute façon. Mon cœur bat à toute allure, mais j'imagine que c'est une réaction tout à fait normal au vu de la situation. Je remarque surtout que le sien bat tout aussi vite que le mien. Avais-tu peur que je refuse cette demande ? C'est vrai que j'aurais pu avoir des raisons de le faire, j'aurais pu si j'avais laissé mes doutes prendre le dessus, mais lorsqu'il s'agissait de toi, je n'avais jamais pris le temps de me poser, et de réfléchir correctement, nous avions toujours fais les choses dans la précipitation, et cette soirée le prouver une fois de plus, mais je m'en contre fiché royalement. J'étais heureuse, et c'est tout ce qui avait de l'importance.

« Tu n'aurais pas pu me rendre plus heureuse.. Tout ça, tout ce que tu as fais, c'est juste magnifique »

Je chuchote ces mots contre ces lèvres. Non, tu aurais difficilement faire plus magnifique que cela. Et de toute façon, je n'avais pas besoin que cela soit plus magnifique. C'était déjà parfait, je n'en demandais pas plus.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   Sam 9 Avr - 22:11

La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés
Irina & Jessy

Qui aurait cru qu’un jour je m’investirais autant dans une relation ? Que je serais capable de faire de telles choses, comme préparé un petit coin romantique pour nos retrouvailles, ou encore lui faire des déclarations. Qui aurait cru que Jessy Barrymore serait un homme fidèle, amoureux et prêt à se marier. Moi-même je n’y aurais jamais cru quelques temps plus tôt. J’ai grandi, j’ai changé grâce à elle, je suis devenu un homme. Un homme fier de pouvoir partager sa vie avec une femme si parfaite. La vie est parfois pleine de surprise, voilà pourquoi il ne faut jamais baisser les bras, même quand tout nous semble perdu.

Je l’ai à peine retrouvé et déjà la pression m’envahit, même si j’essaie de ne rien laisser paraître, je ne veux pas qu’elle se pose des questions, je suis juste pressé de lui faire ma demande, de connaître sa réponse. Peut-être que ça aurait été mieux si on avait passé d’abord la soirée ensemble pour lui faire ma demande à la fin, en cloue de spectacle, mais je n’aurais jamais tenu jusque-là et elle aurait fini par remarquer quelque chose, ça aurait été con de gâcher la surprise comme ça. Alors non, le ruban pour lui cacher la vue sera pour tout de suite et maintenant il est temps de monter sur le toit, là où mon futur se jouera. Après un dernier baiser déposé au creux de son cou, je l’attrape par la taille et la porte sur mon épaule, riant doucement de ses protestations. Je savais que ma manière de faire ne lui plairait pas trop, mais disons que c’est la plus pratique et il faut dire aussi que c’est assez amusant.

- Promis ce sera rapide.

Après tout on a juste à rentrer dans la boîte et aller sur le toit, alors ça ne prendra pas plus de quelques minutes à peine. Je sens ses mains taper dans mon dos et intérieurement je suis soulagé qu’elle n’y mette pas toute sa force, après tout elle aurait très bien pu. Je la sens se débattre d’avantage lorsque nous entrons dans la boîte. Ne t’en fais pas, personne ne nous verra, je ne tiens pas à ce qu’on croit que je suis en train de t’agresser, là encore ce serait con de gâcher ma demande à cause des flics qui débarqueraient pour m’arrêter. Sa main qui tape sur mes fesses me fait perdre le fil de mes pensées. Allons Irina, ne précipitons pas les choses, je tiens à aller jusqu’au bout de mes actions avant de me jeter sur toi.

- Tu ne devrais pas m’émoustiller comme ça, sinon je risque de vouloir te garder sur mon épaule plus longtemps juste pour avoir plus de tapes sur les fesses.

C’était une provocation facile je le sais bien, mais je me sentais obligé et puis je suis sûr qu’au fond la situation t’amuse tout autant qu'à moi. Enfin rassure-toi, nous sommes déjà arrivés. Une fois la porte du toit ouverte, je la repose doucement au sol et je l’entends déjà me réprimander comme un enfant. Heureusement qu’elle ne peut pas voir le sourire sur mon visage, sinon je crois que j’aurais eu droit à une nouvelle tape. Honnêtement Irina, je suis sûr que tu réalises toi-même que ta plainte n’est pas très crédible.

- Dans ce cas laisse-moi me rattraper.

Et je n’attends pas qu’elle me donne son autorisation pour l’attirer vers moi, la faisant avancer doucement alors que je reprends la parole. C’est le moment où je lui dévoile mes sentiments, où je lui fais prendre conscience de tout ce qu’elle représente pour moi, de tout ce que nous sommes. Je n’ai jamais été doué pour les déclarations, mais j’espère que celle-ci lui plaira. Je ne l’ai pas écrite au préalable pour la réciter comme un con, j’aurais probablement pas tout retenu de toute façon et je tiens pas à ce que ça soit parfait, juste que ça vienne du cœur et que ce soit naturel. Après tout je représente bien mieux l’improvisation que la perfection de toute façon. Elle ne me coupe pas à un seul instant, écoutant pleinement tout ce que j’ai à lui dire et je crois que c’est mieux comme ça, sinon j’aurais probablement perdu le fil et je me serais embrouillé. Le stress fait faire des trucs con, alors vaut mieux que je reste concentré tout du long.

Le ruban tombe et je pose un genou au sol, lui révélant à la fois cette bague et mes projets d’avenir avec elle. Il n’y a que toi que je veux dans ma vie Irina, tout le reste ne représente que des détails. Je ne suis même pas sûr que la bague te plaira, pas sûr que tu diras oui. Finalement ce soir je ne suis sûr de rien et c’est bien ce qui me fait flipper. Peut-être ne voudras-tu pas de mariage, juste que nous soyons un couple sans la moindre officialisation. Je ne sais pas si je le supporterai, j’ai envie que tout le monde sache que toi et moi c’est du concret. J’ai envie qu’on s’unisse à travers ce mariage. J’ai envie que tu portes mon nom. Il ne s’écoule que quelques secondes à peine après que je lui ai posé la question et pourtant j’ai l’impression que le temps s’est arrêté. Puis finalement elle prononce le mot.

- Oui.

Oui... Elle a dit oui. C’est con mais je reste un peu sur le cul, comme si c’était une surprise alors que je n’attendais que ça. Peut-être suis-je simplement surpris que la chose que je désire le plus au monde se produise réellement. Je ne réagis pas tout de suite lorsqu’elle se jette dans mes bras, mais je ne tarde pas à l’enlacer de mes bras et resserrer ma prise autour d’elle pour la garder contre moi. Je relève doucement son visage vers le mien pour venir capturer ses lèvres alors que ce mot résonne encore dans ma tête. Oui. Irina va devenir ma femme. Le baiser se rompt et je ne cache pas mon sourire à la fois de satisfaction mais également heureux face à son propre bonheur.

- C’est toi qui es magnifique.

Et chaque jour je suis surpris qu’une femme aussi magnifique que toi partage ma vie, surpris mais ravi. Je baisse mon regard vers la boite, prenant finalement la bague entre mes doigts avant de me saisir doucement de sa main. C’est étrange de glisser cette bague le long de son annulaire, mais plaisant, comme si je venais d’officialiser les choses. Je relève mon regard vers elle et l’embrasse à nouveau, un bien plus long baiser, bien plus passionné. Je me répète inlassablement que tu vas réellement devenir ma femme et j’ai l’impression de vivre un rêve éveillé. Nos lèvres se séparent mais mon front reste toujours collé au sien alors que mes mains sont contre ses joues.

- Irina Barrymore, je trouve que ça sonne bien.

En même temps je ne peux qu’aimer. Je souris stupidement en prononçant cette phrase. Je suis tellement perdu dans mon bonheur, perturbé par sa présence à mes côtés que j’en oublie le reste du programme de la soirée. A vrai dire le reste n’est qu’amusement, divertissement et plaisir, alors de toute façon que l’on improvise ou que l’on suive mon programme, je pense qu’on obtiendra le même résultat.

 
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   Dim 10 Avr - 0:13

Nos doutes sont des traîtres et ils nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon, parce que nous avons peur d’essayer.
La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie, c'est de ta présence à mes côtés


Je me fiche que cela puisse être rapide, je veux juste que tu me reposes. J'aimerais que tu me reposes avant que quelqu'un puisse nous voir, j'aimerais pouvoir marcher moi-même. Au fond, je ne suis pas vraiment en colère, si je l'avais voulu, j'aurais très bien pu me dégager de sa prise, le forcer à me relâcher, mais même si je n'apprécie pas la façon de faire, j'imagine que gâcher la surprise finale serait mal venu, alors je prends mon mal en patience, mais je ne retiens pas une légère frappe sur ces fesses, peut-être que cela le poussera à me reposer à terre, et continuer le chemin à tâtons. Mais on dirait bien que ma tentative se retourne contre moi. Pourquoi réussis-tu toujours à retourner la situation à ton avantage ? Ce n'est pas juste. Le pire est sans doute ce mélange de sensation qu'il arrive à faire naître au creux de mon ventre avec cette simple phrase. Et bien, j'imagine que je n'ai plus qu'a attendre qu'il daigne me reposer sur mes pieds, en espérant que ce ne soit plus très long. Ce n'est pas le cas, il ne tarde pas à me reposer, et je n'attends pas plus longtemps avant de lui faire comprendre ma manière de penser, et l'idée de ne même pas pouvoir apercevoir sa réaction titille mes nerfs.

J'aurais aimé qu'il me débarrasse de ce ruban d'un même coup, mais si j'ai pu regagner le sol à notre arrivée sur les lieux, on dirait qu'il ne tient pas à ce que je découvre sa surprise tout de suite. Quand me révèleras-tu enfin ce que tu me caches ? Je ne tiens plus de toutes ces cachoteries. Tes paroles font naître de nouveaux sentiments en moi, un nouveau sourire idiot sur mes lèvres. Je n'ai pas l'habitude de ce genre de déclaration venant de toi, tu n'es pas du genre à t'exprimer sur tes sentiments, qu'il s'agisse de moi, ou d'un autre, tu préfères de loin les garder pour toi, alors ces mots sont d'autant plus précieux pour moi. Est-ce que je devrais lui répondre ? Lui dire tout ce que je ressens à son égard, tout ce que ces mots font ressortir en moi ? Ou est-ce que je devrais le laisser finir sa tirade ? J'imagine qu'il serait d'autant plus rassurer de savoir que toutes ces choses qu'il ressent, je les ressens aussi, mais je n'ai pas le temps d'exprimer quoi que ce soit, qu'il est proche de moi, retirant le bandeau de mes yeux, et me laissant enfin découvrir ce qu'il m'a réservée.. Et pour tout vous dire, je m'attendais à tout, sauf à ça. Depuis quand es-tu devenu aussi romantique Jessy ? Ce centre où tu as passé les dernière semaine t'aurait-il changé à ce point, ou cela ne vient-il que de toi ? N'est-ce qu'une exception pour moi ? Tu peux en tout cas être certain que j'apprécie tous ces efforts que tu as fais pour moi.

Pourtant on dirait que tu n’as pas finis de me surprendre lorsque tu poses un genou à terre, et prend ma main dans la sienne. J’imagine qu’une autre femme aurait immédiatement compris ce qu’il se passait, mais ce n’est pas mon cas. Peut-être parce que je ne m’attendais pas à ce qu’il soit prêt à passer une telle étape si vite, peut-être parce que je suis déjà passé par-là, et que je ne pensais pas que cela reviendrait aussi rapidement.. Toutes ces choses, toutes ces raisons devraient me pousser à prendre du temps pour réfléchir.. mais réfléchir à quoi ? Je savais que j’aimais cet homme, que j’étais prête à me sacrifier pour lui s’il le fallait, je savais d’ailleurs qu’il avait conscience de ce détail, c’était ce qui l’avait poussé à se rendre dans ce centre, à partir durant ces dernières semaines. J’ignorais si cela avait été efficace, et très franchement, je n’avais pas envie de gâcher cette ambiance avec ce genre de sujet, mais cela avait eu l’air de te faire prendre conscience de certaine chose, alors j’approuvais. Ma réponse ne peut qu’être positive, j’ignore s’il doutait de sa demande, mais cette réponse est une évidence pour moi. Il aurait tout aussi bien pu faire sa demande au milieu de la forêt, que la réponse aurait été la même. Je ne pouvais pas être certaine de notre avenir, javas toujours avancée dans le flou le plus total avec toi, mais si j’étais certaine d’une chose, c’est que je voulais passer le reste de ma vie à tes côtés, et pour moi, ce n’était pas rien, parce que ma vie risquait d’être très longue.

Est-ce que j’aurais du attendre qu’il passe cette bague à mon doigt ? Je m’en fiche en faite, tout ce que je souhaite, c’est pouvoir me retrouver dans ces bras, qu’il me sert contre lui, et qu’il m fasse prendre conscience que tout ceci n’est pas un rêve, qu’il s’agit bien de la réalité. Au fond, je sais que ce n’est pas un rêve, les Strigoïs ne rêvent pas, pas à ma connaissance en tout cas. Ces lèvres se retrouvent contre les miennes et cela ne me fait prendre qu’un peu plus conscience de cette réalité. Regardes nous, on dirait deux idiots qui ne prennent pas réellement conscience de ce qui leurs arrive. Je finis par m’écarter alors qu’il passe cet anneaux à mon doigts, et je prends enfin le temps de l’observer. Cette bague est très différente de celle que m’avait offerte Adalrik, mais tout aussi magnifique. Celle-ci est plus discrète, là où celle d’Adalrik tapait dans l’œil, et pour cette raison, je l’aime davantage. Et je suis certaine que celle-ci aussi, à du coûter une véritable fortune. Mais autant éviter de partir sur ce genre de sujet, parce qu’avec tout ce qu’il avait mis en scène ce soir, ma bague devait être loin d’être la seule dépense qu’il avait faite. Ces lèvres prennent une seconde fois possession des miennes, avant qu’il ne prononce ces mots, mon prénom, suivi de son nom. Tu trouves que ça colle bien ? Je suis plutôt d’accord avec toi.

« Faisons en sorte que je devienne vite madame Barrymore alors..  »

Encore une fois, je me précipite, mais avec Jessy, cela me paraît tellement évident.. A quoi bon attendre plus longtemps ? Cela ne me fera pas changé d’avis pour autant. Et plus vite nous serions marier, plus vite les gens seront qu’ils n’ont pas intérêt de poser la main sur lui. Je ne m’étais jamais montrée particulièrement cruelle avec les gens, mais étonnement, ils savaient qu’il ne valait mieux pas se mettre au travers de mon chemin. Mes bras entourant son cou, je pose un délicat baiser contre ces lèvres. J’aimerais pouvoir le remercier pour toutes ces choses qu’il avait préparer pour moi, mais au vu de mon idée, les remerciements n’arriveraient sans doute que bien plus tard dans la soirée. Je n’avais aucune envie de gâcher tout ce mal qu’il c’était donné pour moi, et puis, j’étais réellement curieuse de savoir ce qu’il avait en tête.

« Alors ?  Qu’est-ce que tu avais prévu pour poursuivre cette magnifique soirée ? »

En faite, quelque soit le programme, je suis certaine qu'il me plaira. J'imagine mal qu'il puisse en être autrement, surtout avec ce stupide sourire qui ne veut pas disparaître. Aujourd'hui plus que jamais tu es témoin du bonheur que tu fais naître chez moi, j'espère que tu n'en douteras plus jamais après ça.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   Lun 18 Avr - 21:24

La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés
Irina & Jessy

Irina Kozolv va prochainement devenir Irina Barrymore. Rien que cette pensée me fait sourire comme un con. Je réalise que je l’ai bel et bien fait, je lui ai demandé sa main ce soir. Autant être honnête, deux semaines avant je n’aurais jamais cru que je ferais une chose pareille, pourtant je ne l’ai pas décidé sur un coup de tête, ça m’est simplement apparu comme une révélation. A partir du moment où j’ai compris qu’il n’y avait rien à changer chez moi mais juste à accepter, que j’ai compris que je pouvais décider de vivre avec sans pour autant avoir à me battre constamment, j’ai su que tout irait mieux. C’est mon séjour à l’unité qui m’a fait prendre conscience de ce fait, ce n’est pas pour autant que je les remercierais de quoi que ce soit étant donné ce qu’il s’est passé là-bas. Je me suis alors dit que si je pouvais enfin être en accord avec moi-même, il ne me restait plus qu’une chose à faire.

Est-ce que c’est une bonne idée ? Est-ce ce n’est pas un peu trop tôt ? A quoi bon se poser ce genre de questions ? Je sais que je ne veux personne d’autre qu’elle, alors oui, c’est une bonne idée. Je sais que je l’aimerais toujours comme un fou dans cinq mois ou dans trente ans, alors non, ce n’est pas trop tôt. De toute façon je n’ai plus à m’inquiéter de tout ça maintenant qu’elle a accepté, la seule chose que je peux espérer, c’est qu’elle ne finira pas par changer d’avis, je crois que je ne le supporterai pas. Je suis soulagé de voir que je ne me suis pas trompé sur le tour de taille lorsque je lui passe la bague au doigt, ça aurait été con de ne pas pouvoir la porter parce qu’elle aurait été trop grande ou trop petite. On dirait qu’elle est tout aussi pressée que moi de la voir devenir madame Barrymore et je n’en cache pas un sourire devant sa propre impatience.

- Ça arrivera plus vite que tu ne le penses.

Crois-moi, on ne verra même pas les prochains jours passer tellement on aura de choses à faire et organiser, enfin je crois, c’est en tous cas comme ça que ça semble se passer dans les films, mais faut dire que j’ai jamais aidé ou assisté à un mariage au cours de ma vie, pas vraiment mon style de soirée. Enfin pour l’heure occupons-nous déjà de cette soirée-là qui ne fait que débuter et n’est pas prête de se terminer avant que nous en ayons profité au maximum. Nous échangeons un nouveau baiser, tout aussi délicieux que les autres, mais elle l’interrompt bien vite pour me demander ce j’ai prévu pour cette soirée. Ah le programme, c’est vrai ! Je dépose un rapide baisé sur ses lèvres, furtif avant de répondre à sa question, un sourire provocateur aux lèvres.

- Que dirais-tu d’une soirée de défis ? Avec à chaque tour quelque chose à gagner évidemment. On a de quoi bien s’amuser en bas, ou alors on peut aussi s’amuser d’une toute autre façon juste tous les deux.

Et bien quoi ? Je la désire, c’est normal, comment est-ce que je pourrais ne pas avoir envie d’un corps pareil ? Alors à toi choisir le programme que tu préfères Irina, à savoir qu’on peut avoir les jeux, le sang et le sexe de deux manières différentes, simplement l’une requerra de plus de joueurs alors que l’autre ne demandera que nous. Une petite préférence ? Pour ma part les deux me conviennent très bien, on peut commencer par s’amuser avec toutes ces proies pour finir en beauté juste tous les deux, on peut aussi profiter de cette soirée en tête-à-tête du début à la fin. Histoire de te donner une petite idée de ce qui pourrait nous attendre dans un cas ou dans l’autre, je reprends la parole pour lui proposer mes idées de défi.

- Dans le premier cas, je te mets au défi de trouver laquelle des filles présentent à la soirée d’en bas détient le collier que je t’ai acheté. Dans le deuxième cas, on se rend à mon appartement où je pourrais te défier de trouver ton autre surprise. Le gagnant choisit sa récompense.

Et oui, comme tu peux le voir j’ai tout prévu ce soir, c’est bien la première fois que je peux me vanter d’avoir un plan A et un plan B. Alors Irina, que vas-tu choisir pour commencer ? C’est à toi seule que revient ce choix après tout, selon tes préférences et la manière dont tu as envie que se déroule la suite de cette soirée. Est-ce qu’on se laisse d’abord aller à notre côté sanguinaire avant d’assouvir nos envies sexuelles ou est-ce qu’on saute la première étape pour nous concentrer sur cette dernière ? Deux programmes bien tentants, heureusement que ce choix ne me revient pas.

- Alors future dame Barrymore, quelle option vous tente le plus ?

 
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   Mer 18 Mai - 22:05

Nos doutes sont des traîtres et ils nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon, parce que nous avons peur d’essayer.
La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie, c'est de ta présence à mes côtés


C’est étrange, Jessy, mais j’ai comme l’impression que ta façon de voir les choses n’est plus comme autrefois, que ces quelques semaines passées.. où déjà ? Je ne sais pas, mais j’ai comme l’impression que cela t’as fais du bien, que cette distance, même qu’elle puisse avoir été dur, est été bénéfique.. Je te connais plutôt bien, et faire ce genre de chose, cela ne te ressemble pas, il suffit que ta première déclaration me revienne en tête pour savoir que tu as une façon bien à toi de faire les choses. As-tu encore un meurtre sur la conscience que tu comptes me confesser ? Je ne t’en voudrais pas, mais je préférerais autant que l’on évite de gâcher ce moment que tu as rendu si magnifique. Rien que ta demande suffit à me combler de bonheur, tous ces préparatifs, ce n’est que du bonus, et bonus qui me fait prendre conscience des choses, que tu m’as demandé en mariage, que ce n’est pas un rêve, et que je viens d’accepter.. Un bonus qui me fait prendre conscience qu’à partir d’aujourd’hui, tu es à moi. Tu me dirais sans doute que tu étais déjà à moi avant cela, qu’il n’existe pour seule différence que cette bague passait à mon doigt, et mon nom, qui bientôt, cédera la place au sien, mais à mes yeux, cela rend les choses plus concrètes, et après tout ce que nous avons traversé, après toutes ces fois où tu as tenté de me faire fuir, je suis bien contente de m’être accroché pour connaître ce bonheur à tes côtés.

C’est bien beau, mais j’imagine que tu as prévu quelque chose, pour cette soirée, tu m’as l’air d’être très au point, et je vois que tu n’as pas fais les choses à moitié, et je ne voudrais pas contrecarrer tes plans. Une soirée de défi ? Ce genre de chose est plus habituelle entre nous, du moins, nous avons l’habitude de nous lancer des défis, par-ci, par-là, cela a d’ailleurs tendance à nous mener jusqu’à la chambre, est-ce que cette soirée sera différente ? J’ai bien peur que non, surtout si tu commences à me faire des propositions mal honnête. Choisir entre passer le reste de cette soirée ensemble, ou inviter des gens extérieur pour s’amuser un peu avec eux, je crois que le choix est vite fait.. Je ne doute pas que tu aurais sans doute trouvé quelque chose d’intéressant avec eux, mais pour une soirée comme celle-ci, je privilégie une soirée entre amoureux. Ou c’était ce que j’imaginais jusqu’à ce qu’il me fasse une présentation du jeu, et de la mise, et la simple idée qu’une autre femme porte un collier que Jessy a choisi pour moi me rend folle. Calme-toi, Irina, ce n’est pas le moment de perdre ton précieux contrôle, ne gâche pas cette soirée. Sur le coup, j’aurais été très tenté par l’idée de mettre la main sur cette femme, au moins pour récupérer ce qui m’appartient, et déguerpir d’ici, mais je ne crois pas que cela soit dans les règles évoquées pas Jessy, alors me faudra faire un choix.

« Tu sais que je ne suis pas du genre très partageuse, comme femme, tu viens de déclarer, avec cette demande, que tu étais à moi, alors quelque puisse être l’enjeu dans cette boîte, je choisi de rentrer, et d’aller chercher mon second cadeau »

Comme tu peux le voir, c’est une décision réfléchi, je ne changerais pas d’avis dans quelques minutes, du moins je ne te crois pas, je te veux pour moi, et pour moi seule, et il ne sera pas autrement ce soir. A vrai dire, rester ici ne m’aurait pas posé le moindre problème, mais tu n’aurais sans doute pas beaucoup d’atouts dans ta manche pour me mettre au défi, alors je tenterais de garder mes pulsions pour moi jusqu’à ce que nous arrivions à l’appartement. Ne t’en vexes pas, Jessy, mais l’idée de pouvoir retrouver ton corps m’intéresse bien plus que cette surprise, mais parce que je sens que cela en vaut la chandelle, je me prendrais volontiers au jeu avec toi.

« Si tu veux changer d’avis, et épouser une autre femme, un peu moins.. comment dire.. possessive ? C’est le moment »

Rien n’est encore fais, tu as encore le choix entre tes mains, et si je dis cela pour une simple bague face à ma possessivité, j’espère tout de même qu’il ne changera pas d’avis d’aussitôt. Je lui offre un grand sourire, tu as voulu t’amuser avec moi tout à l’heure, me porter en sac à patate avait l’air de bien te faire rire, que dirais-tu que je te rende la pareille ? Je l’attrape au niveau des jambes, et le bascule sur mon épaule sans le moindre effort. Avoue que nous serons bien plus vite arrivé de cette manière, nous en aurions eu pour un certain moment à ton allure, et je n’ai pas cette patience. En quelque minute, nous nous retrouvons devant l’appartement, et je le relâche enfin, pour qu’il se retrouve face à moi. Je dépose un baiser plutôt bref contre ces lèvres, avec un sourire en coin. Ce n’était que ma première vengeance, attends-toi à en recevoir d’autre. J’entre après lui, et une fois dans le salon, je me tourne encore une fois vers lui.

« Qu’est-ce que je dois trouver, cette fois-ci ? »

J’espère que cela vaudra le coup, et que la surprise sera plus belle encore que le collier que j’aurais pu trouvé à la boîte, bien que la plus belle surprise de cette soirée restera son retour, et cette demande en mariage. Tu as décidé de bien me gâter ce soir, Jessy, et je ne peux que m’en réjouir. Comment aurais-tu voulu que je prenne la fuite toutes ces fois où tu me l’as demandé, lorsque je savais que ce beau jour arriverait, celui où tu cesserais de te prendre la tête pour vivre comme tu l’entendais.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   Jeu 19 Mai - 18:22

La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés
Irina & Jessy

Est-ce que ces retrouvailles te plaisent Irina ? Après tout ce temps de séparation, il fallait que ce moment soit parfait, du moins autant que possible. J’y ai bien réfléchis tu sais, à cette demande en mariage, j’ai eu tous le temps d’y penser là où je me trouvais, alors crois-moi ce n’est pas une décision que je prends à la légère. Je suis ravi de pouvoir te faire plaisir ce soir, de pouvoir illuminer ton visage par ces merveilleux sourires. Je sais que nous avons vécu beaucoup de hauts et de bas tous les deux, principalement par ma faute, mais je te promets que les choses vont être différentes à présent et ça commence dès ce soir. Alors, apprécies-tu le nouveau Jessy ? J’ose croire que oui. Il est plus mature, moins peureux de l’avenir et plus sûr de lui.

Pour la première fois de ma vie j’ai d’ailleurs pris le temps de prévoir toute une soirée. Bon je n’ai jamais rien contre quelques surprises, mais parfois ça peut être sympa de se laisser guider par un programme au préalablement mis en place. Alors Irina, qu’est-ce que ce sera pour toi, le plan A ou le plan B ? On peut tout aussi bien faire les deux dans cet ordre, mais si tu choisis directement le plan B, je ne pense pas qu’on reviendra ensuite sur le A. J’espère que je ne vous ai pas trop perdu avec mes lettres. Elle finit par choisir le plan B, le plus intéressant à mes yeux de toute façon, elle a toujours été douée pour savoir prendre des décisions.

- Va pour le second cadeau, et tu sais que je ne suis pas partageur non plus, d’ailleurs cette demande c’est surtout pour te mettre les menottes, d’une certaine façon.

Bon évidemment je la taquine et elle le sait bien, m’enfin d’une certaine manière c’est aussi un peu vrai, le fait qu’elle porte cette bague, qu’elle porte mon nom est un peu un signal pour tous les autres hommes que cette femme est prise. Alors personne n’a intérêt de l’approcher, à moins d’être suicidaire et dans ce cas je me ferais un plaisir de leur montrer moi-même la mort de près. Elle me dit alors que si je veux épouser une autre femme moins possessive, c’est le moment où jamais. D’accord alors je prends la sortie. Non sérieusement, je ferais une seule demande en mariage dans ma vie, pas deux, et certainement pas avec une autre femme.

- Si on pouvait signer les papiers du mariage tout de suite, crois-moi je le ferais, alors ce n’est certainement pas moi qui changerai d’avis.

Qu’en est-il de toi ? Je suis peut-être un enfoiré de penser de la sorte, mais je crains un peu qu’il puisse m’arriver la même chose qu’Adalrik. En fait ce n’est pas la peur de me faire planter avant le mariage qui m’effraie, mais de pouvoir te perdre à mon tour. Enfin évitons d’avoir toutes ces pensées négatives, ce n’est vraiment pas le moment.  A cause de ça d’ailleurs je ne l’ai même pas vu venir. Je me retrouve porté comme un sac à patate sur son épaule et ça je le prends assez mal pour mon égo. Soyons honnête, une fille portée par son homme de la sorte ce n’est pas choquant, mais l’inverse... Ouais j’ai vraiment un esprit de macho par moment. De toute façon vu la vitesse à laquelle on avance, je crois que je ne devrais pas chercher à me débattre ou l’atterrissage pourrait être rude et puis je me ridiculiserai encore plus. Elle finit par me reposer devant l’appartement, déposant un rapide baiser contre mes lèvres histoire de faire passer la pommade, et évidemment ça fonctionne en plus.

- Moi qui avais prévu de nous faire rentrer en licorne volante, tu viens de louper un sacré truc !

Ouais complètement ridicule je sais mais on s’en fou. On entre dans le salon et on dirait qu’il est temps de passer à la chasse au trésor. Qu’est-ce que tu dois trouver ? Ça gâcherait la surprise que je te le dise, mais crois-moi, tu sauras qu'il s'agit de ça lorsque tu l'auras trouvé.

- Tu sauras le reconnaître lorsque tu tomberas dessus, mais je veux bien t’aider en te disant chaud ou froid.

A vrai dire j’ai un peu triché en lui faisant croire que le cadeau se trouvait dans l’appartement alors que je l’ai sur moi, mais je n’ai jamais été connu pour être un bon joueur de toute façon. J’imagine que maintenant vous voulez connaître le cadeau en question ? Et bien il s’agit des billets de notre lune de miel pour passer 29 jours aux Maldives, puis aux Seychelles et enfin à Bali. Oui je vois les choses en grand, mais autant que ce séjour soit parfait et qu’on en profite pour visiter plusieurs endroits, au moins nous n’aurons pas le temps de nous ennuyer. Je m’adosse à un mur et l’observe dans ses recherches, profitant évidemment de la vue et attendant de voir combien de temps est-ce qu’elle mettra avant de se rendre compte qu’il faudra me fouiller pour avoir droit à son cadeau.

 
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   Ven 20 Mai - 17:19

Nos doutes sont des traîtres et ils nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon, parce que nous avons peur d’essayer.
La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie, c'est de ta présence à mes côtés


Le choix est rude, c'est deux propositions très intéressante que tu me fais, surtout que je ne supporte pas l'idée qu'une autre femme que moi, porte un bijou que tu lui as offerts, encore moins si celui-ci est destiné à ma personne, mais après la déclaration que tu viens de me faire, j'ai bien plus envie de profiter de ton corps, que jouer à un quelconque jeu, alors autant limiter mon impatience à un jeu, plutôt qu'à deux.. Et puis, avec un peu de chance, j'arriverais peut-être à te faire céder avant cela, bien que j'ai comme l'impression que tu comptes à ce que cette soirée se déroule comme tu l'avais imaginé, alors je tenterais de ne pas tout gâcher par mon impatience.. De toute façon, tu ne pourrais pas m'en vouloir, pas lorsque l'on sait que l'on a passé les dernières semaines séparés l'un de l'autre, alors j'ai besoin de retrouver cette étreinte entre nos deux corps, alors ce n'est pas une envie de gâcher toutes tes surprises, c'est juste un besoin de te sentir proche de moi, et j'imagine que d'une certaine façon, tu ressens la même chose, sans quoi tu ne m'aurais pas demandé en mariage.

Je plaisante avec lui face à ma possessivité, lui proposant de prendre la fuite tout de suite, si jamais il préférait épouser une femme plus libre, mais au fond, j'espère qu'il ne prendra pas ma proposition au sérieux, parce que je ne sais pas comment je pourrais réagir s'il venait à me quitter.. C'est vrai que j'ai toujours voulu son bonheur, mais je ne suis pas certaine de pouvoir accepter que celui-ci se fasse avec une autre femme que moi, alors Jessy, si tu as l'intention de me quitter pour une autre femme, je te conseille de l'amener très loin, ou elle ne survivra pas plus de deux jours, c'est une promesse que je te fais. Je suis tout de même rassuré lorsqu'il me dit que s'il pouvait, il signerait les papiers tout de suite, à vrai dire, je crois que j'en ferais de même si je le pouvais, mais cela serait dommage de ne pas célébrer cela comme il se doit, tu ne trouves pas ? Je suis peut-être un peu trop romantique pour toi, mais j'ai toujours rêvé d'un grand mariage, alors même si je rêve de signer ces papiers maintenant, je ne me précipiterais pas.

« Je ne changerais pas d'avis, moi non plus »

Tu peux en être certain.. C'est vrai, je suis déjà passé par là, et j'étais presque certaine de ne jamais vouloir quitter Adalrik, mais les choses étaient un peu différente à ce moment là, puisque tu occupais déjà toutes mes pensées.. Aujourd'hui, rien à changé à cela, tu as toujours le seul homme qui occupe mes pensées, et je ne pense pas que cela puisse changer un jour, alors tu n'as pas d'inquiétude à te faire, ce mariage aura bien lieux, et jamais je ne te quitterais pour un autre homme. Je n'attend pas qu'il trouve un quelconque moyen de locomotion, je l'attrape au niveau des jambes, et le soulève sur mon épaule, après avoir été porté de la sorte, je pense que c'est un bon retour des choses, et peut-être que cela te passera l'envie de recommencer. De toute façon, à ma vitesse, le trajet ne s'avère pas être très long, et personne n'aura eu l'occasion de te voir dans une telle situation, alors tu n'as pas vraiment à t'inquiété.. Je le repose au sol, déposant un baiser contre ces lèvres, et je suis bien heureuse qu'il ne chercher pas à m'enguirlander pour avoir oser une telle chose. En revanche, la stupidité de ces paroles me fait levé les yeux au ciel, avant que nous rentrions à l'intérieur.

Alors cette fois-ci, je n'ai même pas le droit de savoir ce que je dois chercher ? Je ne vois pas comment je pourrais deviner de quoi il s'agit, rien qu'en posant les yeux dessus, pas lorsque l'on voit le bazar de bibelot que cet appartement possède. Mais puisque je dois chercher, j'imagine que je n'ai pas d'autre choix, et tu n'as pas intérêt à me donner de fausse indication, ou tu le payeras très cher après. Je commence par le fond de l'appartement, les meubles, le canapé, la télévision, mais tout ce que je récolte, c'est un 'froid". On dirait qu'en me rapprochant un peu plus de la cuisine, je suis un peu plus proche de la surprise, pourtant, je ne la trouve toujours pas. Je fouille les chambres, sans plus de succès, et lorsque je reviens dans la pièce principale, la seule chose que je n'ai pas fouillé, c'est lui. Ce n'est pas très loyal de m'avoir dis que ma surprise se trouvait dans l'appartement, alors même que tu l'avais sur toi depuis le début.. Je m'approche de lui, et commence par les poches de son jean arrière ? Quoi ? Autant en profiter pour laisser trainer mes mains sur lui, non ? De toute façon, je peux bien laisser mes mains trainer où je le souhaite, puisque la bague autour de mon doigt indique que cet homme est à moi. Je ne trouve rien dans ces poches arrière, alors je fouille ces poches avant, et trouve enfin quelque chose. Je les sors, pour trouver de billet pour partir en voyage, un pour lui, et le second pour moi, j'imagine. Je relève les yeux vers lui, et ne peux empêcher le sourire qui se dessine sur mon visage.

« Tu es fou, je n'avais pas besoin de tous ces cadeaux »

Ta simple demande en mariage aurait suffit, tu n'avais pas besoin de dépenser autant d'argent, mon cadeau le plus précieux, reste ta présence à mes côtés, tout le reste, ce n'est qu'un plus, que je prendrais soin de profiter à chaque instant... J'ignore ce qu'ils t'ont fais là-bas, où que soit ce là-bas, mais cela à l'air d'avoir eu un véritable effet bénéfique, tu n'es plus le même. Je m'approche un peu plus de lui, entourant son cou de mes bras, et déposant mes lèvres contre les siennes. Je laisse ce baiser s'éterniser un peu plus longtemps que les précédents, avant de l'interrompre.

« Cette soirée est parfaite, merci d'avoir organisé tout ça »

En faite non, c'est pas tout à fait parfait, du moins pas encore, il reste juste un petit truc pour que cela devienne parfait, mais j'imagine que cela ne devrait pas tarder, mais rien ne m'empêche d'accélérer les choses, non ? Tu étais plutôt craquant, habillé ainsi, surtout que ce n'est pas tous les jours que tu fais de tel effort, mais je te trouve encore plus canon lorsque tu es en tenu d'Adam, alors j'espère que tu ne m'en voudras pas d'être aussi presser de te déshabiller.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés   

Revenir en haut Aller en bas
 
La seule chose dont j'ai besoin dans ma vie c'est de ta présence à mes côtés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» jules-velvet ✜ mec, la seule chose que t'as déjà serré c'est tes lacets !
» jules-velvet ✜ mec, la seule chose que t'as déjà serré c'est tes lacets !
» Nuage Moqueur||L'espoir, c'est la seule chose plus puissante que la peur||
» ◮ fais pas l'bonhomme, la seule chose que t'as déjà serré, c'est tes lacets.
» La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Academy :: Rue piétonne :: Discothèque le Pandemonium-
Sauter vers: