Partagez | 
 

 En voilà un bon dessert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: En voilà un bon dessert   Lun 15 Fév - 17:09



En voilà un bon dessert
Jake & Ruby
Où es-tu ma chère jumelle ? Sais-tu depuis combien de temps est-ce que je te cherche ? Je suis assez étonnée de savoir que tu es revenue mettre les pieds à Missoula après tout ce que tu y as vécu, mais après tout quoi de mieux que de nous rencontrer dans la ville où tout a commencé. Maintenant il ne me reste plus qu’à mettre la main sur toi, sauf que tu n’es pas au château comme je m’y attendais. Où es-tu dans ce cas ? L’un des aimables strigoï de ce château m’a averti de l’endroit où tu passais beaucoup de temps dernièrement, un certain manoir situé un peu plus loin derrière la ville. Manoir ou château ? Il serait temps de choisir, je commence par être lassée de te chercher à droite à gauche sans jamais te mettre la main dessus alors que je suis pourtant si proche. Bon et bien j’imagine qu’il est temps de visiter ce manoir dans ce cas.

Je me rends à l’adresse indiquée, faisant le tour du manoir avant d’y entrer. Je sens l'odeur de pas mal de strigoïs à l'intérieur mais aussi l’odeur d’une moroï. Dommage, elle n’a plus l’air d’être sur les lieux, morte ou partie ? J’espère la seconde option car lorsqu’elle rentrera je me ferais un plaisir de me la mettre sous la dent. En attendant il est temps de venir passer le bonjour à ma jumelle. J’entre dans ce manoir sans toquer, me rendant compte qu’il est finalement bien plus vide que je ne l’aurais cru, ils ont tous dû partir il y a peu de temps. Si tu es également partie Emma, je te jure de t’attraper par la peau des fesses et de t’attacher à une chaise pour que tu ne t’échappes plus. Sais-tu combien de paires de talons j’ai gâché en te courant après ? Tu me dois au moins une bonne journée de boutiques avec des tas de chaussures à m’offrir.

Je m’avance d’abord vers le salon, trouvant deux types assis devant une télé en train de regarder un match de foot, enfin je crois que c’est du foot, les sports de mecs ne m’ont jamais intéressé. D’ailleurs je ne comprends pas ce qui fascine tant les hommes à en regarder d’autres courir derrière un ballon... Enfin bref, je m’éloigne du sujet. Ces deux-là ont ressenti ma présence et ne semble pourtant même pas faire attention à moi. Alors soit ils se fichent bien de qui entre chez eux, soit ils ont peut-être du confondre mon odeur à celle d’Emma. Enfin quoi qu’il en soit je continue ma visite improvisée, trouvant la cuisine. Tant que nous y sommes, j’ouvre le frigo mais suis assez triste de constatée à quel point il est vide, à croire que ces strigoïs ont oublié de faire leur stock de sang, ou alors quelqu’un les a dévalisé. Bon, je devrais bien trouver une bouteille de Rhum dans le coin au moins. Oui, je fais comme si j’étais à la maison, et alors ? Ça aussi Emma me le doit bien.

Je finis par trouver mon bonheur dans un placard rempli de bouteilles d’alcool. J’hésite entre plusieurs Rhum et fini par attraper le plus vieux d’âge et sans aucun doute le meilleur, j’espère que personne ne m’en voudra pour ça. Je bois quelques gorgées directement à la bouteille. Mh, délicieux, comme je m’y attendais ! Je continue de visiter le rez-de-chaussée sans trouver Emma ni qui que ce soit d’intéressant. On dirait qu’il est temps d’aller visiter l’étage. Je monte les escaliers, buvant de temps à temps quelques gorgées de Rhum. J’ouvre la première porte devant moi et tombe sur une chambre de fille. Pas trop mon style de décoration et cette pièce sent définitivement le moroï, alors je doute que cette chambre appartienne à Emma. Bizarre que des strigoïs loge l’espèce ennemie plutôt que de les dévorer... Enfin bref, je devrais probablement quitter cette chambre et poursuivre ma visite, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’aller jeter un coup d’œil au dressing.

Je ne sais pas qui est cette moroï, mais si elle est nulle en matière de décoration, elle est définitivement douée dans la mode. Tous ces vêtements, toutes ces chaussures, tous ces sacs à main... Ils ne devraient pas appartenir qu’à une seule personne, encore moins une moroï. Je pose la bouteille de Rhum près d’un meuble, commençant à pousser les cintres les uns derrière les autres pour observer un peu mieux toutes ces merveilles, jusqu’à ce que je tombe sur cette beauté. Une robe Vera Wang, longue, beige avec un voile noire qui la recouvre, un bustier, une ceinture en soie... Une merveille de ce monde. Non, je ne peux définitivement pas partir sans l’avoir essayé. Je pose la robe sur le lit et sans demander l’avis à qui que ce soit, pas le moins gênée du monde de faire ça ici, je commence à me déshabiller, me retrouvant rapidement en sous-vêtements devant cette robe qui n’attend que d’être portée par mon corps. Du moins jusqu’à ce que quelqu’un entre dans la pièce.

Je relève mon regard vers cet homme qui me dévisage intrigué et j’en fais de même. Décidément, Emma côtoie de très beaux hommes, au moins je ne suis pas déçue de ses goûts. Je ne sais pas si tu l’as déjà croqué ma sœur, mais je ne pense pas que je résisterai à une telle gourmandise. Je continue de fixer le strigoï devant moi, l’air innocente, jouant avec une mèche de mes cheveux en l’enroulant dans mon doigt. Comme tu le vois je ne suis pas du tout gênée par la pudeur, alors me retrouver en sous-vêtement devant toi ne me gêne pas le moins du monde. Je lui adresse un sourire avant de prendre la parole.

- De belles robes et de beaux hommes, je commence à comprendre pourquoi Emma apprécie cet endroit. Ruby Spencer, la sœur jumelle, j’imagine qu’Emma n’est pas ici ?


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: En voilà un bon dessert   Mar 16 Fév - 11:45



En voilà un bon dessert
Jake & Ruby

Se faire réveiller par les injures des gars face à leurs postes de télé n’est pas forcément mon réveil préféré. De toute façon, le meilleur réveil que quelqu’un puisse avoir, c’est avec le corps chaud d’une femme à ces côtés… Mais il va falloir s’en passer quand certaines personnes décident de te réveiller de façon brutale… De toute façon, vu que je ne me suis pas endormi avec une femme dans mon lit, la question est réglée.
Après quelques joyeux échanges d’insultes avec les mecs en bas, je suis prêt à me lever… Enfin disons plutôt que je suis prêt à regarder le plafond plutôt que fermer les yeux pour repartir ailleurs. J’ai beau tendre l’oreille, encore une fois, on dirait que nous ne sommes que trois dans le manoir. C’est que ça commence à devenir habituel cet histoire. Où se trouvent les autres ? C’est plutôt facile à deviner. Effy est avec son dhampir, Gabriel avec Emma, Bastien n’importe où pour un peu que ce soit loin de moi, Josh doit se trouver quelques proies à emmerder. Ouais, je devrais me lancer dans la divination, ça me ferait gagner du pognon et ça me distrairait.

Finalement, je me relève, ça ne sert à rien de perdre sa soirée à rêvasser, autant que j’aille à la douche et que je sorte ensuite, regarder ce match ne m’intéresse pas du tout… Et il y a toujours de belles surprises pour qui sait où chercher… Autant donc expédier cette douche pour enfin en venir au sujet qui m’intéresse. Sauf qu’on aime contrarier mes projets dernièrement car je sors à peine de la douche que j’entends, dans la pièce d’à côté, des bruits de tissus et une respiration. Sauf que la chambre d’Effy, ce n’est pas du tout normal, surtout que pour ceux qui tiennent à leurs vies, il vaut mieux ne pas trop s’aventurer dans cette chambre. Je me sèche extrêmement rapidement, enfilant juste un jean sur mon corps avant de rejoindre ladite chambre. De toute façon, c’est pas comme si la pudeur était une notion que je connaissais et les gars avaient fini par s’y habituer… Sauf que ce n’est pas l’odeur de quelqu’un de mon groupe que je sens, de quoi me mettre sur mes gardes. Je peux paraître comme le joyeux luron parfois, mais je sais tout de même faire preuve de prudence, spécifiquement quand il s’agit de personne s’approchant autant de nous…

Quand j’ouvre la porte, je ne m’attends certainement pas à tomber sur ce genre de spectacle. On va dire que je ne suis pas le seul à être dénué de pudeur, et apparemment, cette femme ne présente également aucun signe de gêne… C’est plutôt assez plaisant. Même si ce n’est pas le sujet du jour. Ce qui serait intéressant, c’est de savoir ce qu’elle fait ici… Et aussi déshabillée. Je parcours légèrement ses courbes du regard, intrigante et délicieuse, on ne peut pas le nier et je suis sûr qu’elle en a également conscience. Sa prise de parole me permet de la regarder de nouveau dans les yeux et en même temps, je remarque ses tics… Darling, pas besoin de faire semblant, toi comme moi, nous le savons tous les deux, tu ne ressens aucune gêne face à cette situation… Et tes propos sont assez flatteurs même si les propos sur Emma me surprennent.

« Emma ne nous a jamais parlé d’une jumelle, ni même d’une sœur, ce qui est un sacré sacrilège à ce que je vois. Mais si c’est elle que tu recherches, le seul endroit où tu aurais pu la trouver, c’est dans les stocks de Rhum ou dans la chambre au fond du couloir. Mais je vois que t’as déjà visité un de ces deux endroits. »

Je désigne d’un geste de la main la bouteille de Rhum. Une autre ressemblance qui me permet de me dire qu’elle ne ment pas, de toute façon, sa ressemblance physique avec sa sœur était également un bon critère. Mais discuter dans la chambre d’Effy, encore plus en étant déshabillé n’est peut-être pas une bonne idée, cela pourrait me donner des idées et déjà que Gabriel faisait la gueule pour avoir touché à Emma, je ne tenais pas à ce que cette dernière fasse également la tête… Sans compter que déranger la chambre d’Effy n’était vraiment pas une bonne idée. Même si j’interrompais apparemment un passionnant spectacle.

« Je pense, Darling, qu’il va falloir bouger, avec ou sans cette robe, mais il vaut mieux éviter d’énerver la propriétaire de cette chambre. En attendant il y en a une autre tout aussi intéressante à visiter. Ce qui me permettra de finir de m’habiller, nous pourrions ensuite chercher à joindre Emma. Je n’ai rien contre quelques occupations à côté pour l’attendre. »

Je n’ai jamais prétendu faire dans le subtil, mais pour cette fois, je serais moins direct qu’à mon habitude… Je ne tiens vraiment pas à céder au désir dans cette chambre si jamais nous devrions céder. Quoi que cette femme pourrait juste décider de jouer et non pas de céder, nous verrons. Nous avons une bonne partie de la nuit pour le découvrir après tout. Alors Darling, que choisis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: En voilà un bon dessert   Lun 29 Fév - 23:19



En voilà un bon dessert
Jake & Ruby
Devoir chercher Emma partout commence sincèrement à m’épuiser, mais j’admets que si ça me donne l’occasion de tomber sur une telle garde robes et de pouvoir en emporter quelques souvenirs, alors disons que ça vaut bien le détour. Je me sens obligée d’essayer l’une d’entre elles, la plus belle et de loin la plus chère. Je ne l’ai même pas encore sur moi que je sais déjà que je la veux et qu’elle m’ira à ravir. Oui, il est décidément hors de question que je laisse une telle merveille à une simple moroï. Je me déshabille dans sa chambre, me fichant bien que quelqu’un puisse ouvrir la porte et me trouver en sous-vêtements, même si je ne m’attendais pas pour autant à ce que ça se produise. Je relève les yeux vers la porte, apercevant ce magnifique homme, presque tout aussi dénudé que je le suis, mais sa tenue me convient très bien. Tu es décidément un merveilleux lot à mettre dans son lit, mais dans le tien ça me va tout aussi bien, ou même dans celui de cette moroï après tout.

Je prends la parole en premier, me présentant comme la sœur jumelle d’Emma, autant qu’il sache tout de suite que je ne suis pas une ennemie et qu’il n’a donc rien à craindre, même si je ne pense pas que l’idée de m’attaquer lui aurait traversé l’esprit alors que nous sommes tous les deux dans une si charmante tenue. Je ne peux m’empêcher de continuer de glisser mes yeux sur ce magnifique torse alors qu’il prend la parole. Emma ne vous a jamais parlé de moi ? Pas étonnant puisqu’elle n’est pas au courant de mon existence, sinon je m’en serais vexée crois-moi. Je ne peux empêcher mon sourire de s’agrandir lorsqu’il dit que c’est un sacré sacrilège de n’avoir jamais parlé de moi. Tu as raison, c’est surtout un sacrilège que toi et moi ne nous soyons pas rencontré bien avant, mais crois-moi j’ai déjà une certaine idée sur comment nous pourrions tous les deux faire plus ample connaissance, je suis sûre que ça ne te déplairait pas.

- Emma n’est pas au courant qu’elle a une sœur, j’aimerais d’ailleurs pouvoir le lui annoncer moi-même, ça fait suffisamment longtemps que je lui cours après pour laisser quelqu’un le faire à ma place. Quant au Rhum, je n’ai pas pu m’en empêcher, mais s’il s’agissait de ta bouteille et que tu m’en veux, je ferais en sorte de me faire pardonner.

A vrai dire je me fiche bien si l’on m’en veut ou non pour cette bouteille, je sais juste que tu me plais et que je suis généralement assez directe lorsque je veux quelque chose. Qu’en est-il de toi ? Je suis ravie de constater que tu l’es tout autant, ou presque. Qu’a donc de si effrayant la propriétaire de cette chambre pour vouloir nous faire quitter la pièce hâtivement ? Ce n’est qu’une moroï, du moins c’est ce que m’indique l’odeur, alors je ne comprends pas réellement, mais soit, tu veux aller dans la tienne ? Je dois dire que ça me convient tout aussi bien, encore plus si tu as de quoi nous occuper pour l’attendre comme tu dis.

- Si je te suis dans cette chambre mon beau, ce n’est certainement pas pour te laisser te rhabiller. Je ne pense pas avoir besoin de cette robe pour l’instant, mais j'ai bien l'intention de l’emporter en souvenir, je compte sur toi pour ne rien en dire à la propriétaire.

Même si je me doute qu'elle le remarquera d'elle même, mais après tout ça pourrait être amusant de déclencher une guerre avec cette fille. Enfin pour l’heure je me contente de ramasser mes propres vêtements sans pour autant les remettre, comme je l’ai laissé suggérer ils ne nous seront pas bien utiles au vue de ce que j’ai derrière la tête. Je m’avance vers l’entrée de la porte pour le rejoindre. Mon corps glisse près du sien, nous faisant face tous les deux dans le faible espace de l’ouverture de la porte. Je m’arrête là, si près de lui alors que mes mains glissent sur son torse sans gêne pour mesurer un peu toutes les possibilités qu’il y aurait à faire avec un tel corps. Je parviens enfin à quitter son torse des yeux pour relever mon visage vers lui et le regarder dans les yeux. Je suis assez petite à côté de lui, mais j’aime les hommes grands et bien bâti dans son genre. Toujours sans bouger de ma place, je laisse retomber ma main le long de mon corps avant de prendre la parole.

- Où est donc cette chambre intéressante à visiter ? Je suis impatiente de m'y trouver.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: En voilà un bon dessert   Jeu 3 Mar - 0:12



En voilà un bon dessert
Jake & Ruby

Qui es-tu petite intruse ? N’as-tu pas senti que tu t’invitais en terre inconnue et dangereuse ? Visiblement non… En tout cas, tu as l’air aussi à l’aise que si tu étais chez toi. Voir quelqu’un qui n’est pas embêté par la pudeur humaine est rafraichissant et bienvenue, je ne peux qu’apprécier. Mais le faire dans cette chambre me donne de vilaines idées, pas forcément convenables…
Visiblement, tu serais la sœur d’Emma. Je veux bien vous reconnaître des airs de ressemblance mais ce qui est étonnant, c’est le fait que cette chère Emma n’en ait rien dit. Je ne sais pas à quel point tu es au courant, Darling, mais ta sœur commence à bien traîner dans le coin. Tu m’annonces qu’elle n’est pas au courant et étrangement, j’aurais plutôt tendance à te croire. Je peux être assez méfiant quand je le veux, mais tu n’as pas l’air de me mentir… Tu n’en aurais aucun intérêt de toute façon. Par contre cette pique… Je suis obligé d’y répondre. Tu pensais que je ne la relèverais pas ? Ou n’attendais-tu que cela ?

« Cette bouteille n’est pas la mienne, mais je n’ai rien contre le fait d’entendre ou de voir tes arguments, Darling. »

Vas-tu continuer sur le sinueux chemin de la tentation ? Ou vas-tu accepter de me suivre ailleurs ? Nous pourrons continuer longtemps ainsi, je pense que nous connaissons tous les deux l’issue de la soirée. Ça tombe bien, nous avons déjà la plupart de nos vêtements en moins, nous gagnerons du temps… Mais rien ne sert de nous précipiter après tout. D’abord, il y a un appel à passer… Mais retrouvons en premier lieu ma chambre, j’y ai laissé mon téléphone après tout.
Elle me répond et encore une fois, c’est une charmante phrase qui sort de ses lèvres… Le genre dont je ne me lasserais pas. Tu aimes le danger, il n’y a pas d’autre explication… Avec Effy, tu seras servie Darling. Et sache que je n’ai rien contre le fait que tu m’empêches de me rhabiller…

« J’ai hâte de connaître les arguments dont tu useras pour m’empêcher de me rhabiller… Et si tu empruntes cette robe, ça sera à tes risques et périls, je te laisse gérer le dragon, ma chère. »

Finalement, elle attrape la robe et est prête à sortir. Tant mieux, rester ici un peu plus longtemps n’aurait été que plus dangereux. Je ne sais pas combien de temps nous aurions résisté, surtout vu la vitesse à laquelle les piques volent… Une femme selon mon cœur et bien évidemment, il faut que nous nous trouvions devant la chambre de l’interdit…
Je sens ses mains se balader sur mon corps pendant que j’hausse un léger sourcil en la regardant. On caresse sans demander ? Visiblement, tu deviens de plus en plus entreprenante… Et intéressante également. Je sens ses mains s’éloigner pendant qu’elle parle mais je ne bouge pas un instant puis, je le fais rapidement. Ma main attrape son menton pendant que je fais mine d’aller embrasser ses lèvres. A la dernière seconde, je dérive sur son cou que j’embrasse rapidement avant de l’érafler de mes crocs, faisant légèrement couler son sang. Tu veux être directe ? Autant que je le sois également et que je te surprenne, n’est-ce pas ?
Je m’écarte finalement d’elle, laissant mes mains et mes crocs bien loin de son corps. Je lui tiens la porte avec un léger sourire carnassier aux lèvres. Tu as voulu jouer alors je te donne la réplique, seras-tu une bonne joueuse ?

« Je dois dire que je suis également impatient de te conduire à cette chambre, et si nous y allions ? »

J’attends qu’elle franchisse la porte avant de refermer derrière moi et de nous conduire à ma chambre, à quelques pas de là. Encore une fois, j’attends que la porte soit refermée avant d’agir. Je me retourne rapidement vers Ruby, avant de l’attraper par la taille et de la pousser vers le lit. J’en profite pour m’allonger au-dessus de son corps, laissant un sourire carnassier prendre place sur mon visage. Que dis-tu de ce contact entre nos deux corps, Darling ? Personnellement, je ne peux que l’apprécier pleinement… Je m’appuis d’un coude au niveau de sa tête pour ne pas l’écraser avant de tendre le bras pour attraper mon téléphone, auparavant sur ce qui me sert de table de chevet, pour le mettre dans sa main. Je profite du fait d’avoir de nouveau ma main libre pour caresser doucement les courbes de son corps, sur tout le côté qui m’est accessible. Son bras, la courbe de son épaule, l’arrondie de ses seins, son flanc, ses hanches, explorant également sa cuisse en une lente caresse sensuelle.

« Si tu veux appeler ta sœur, c’est maintenant, Darling… A toi de voir. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: En voilà un bon dessert   Lun 4 Avr - 14:58



En voilà un bon dessert
Jake & Ruby
Et dire que j’étais venue ici dans le but de rencontrer Emma, finalement je tombe sur ce charmant jeune homme et disons les choses clairement, il me donne envie de dévorer son corps. Peut-être qu’Emma attendra un peu en fin de compte, j’ai passé plusieurs siècles à sa recherche, je peux bien patienter encore quelques heures, surtout si c’est pour les passer en une si agréable compagnie. J’espère que tu es un homme libre mon beau, sinon je ne vois aucun problème à te pousser dans la corruption de la tromperie, mais je ne tiens pas à me faire des ennemis tout de suite, ce serait mieux que je me trouve d’abord quelques alliés, juste au cas où. Enfin on dirait que tu me provoques tout autant que je m’amuse à le faire avec toi, alors j’imagine qu’il ne doit y avoir personne qui partage ta vie.

- Entendre, voir, sentir, crois-moi mes arguments te plairont.

Suis-je un peu trop direct pour toi ? Je ne crois pas, je pense même que ça te plaît alors continuons sur cette voie. A moins que je ne doive me rhabiller et dans ce cas j’imagine que je me verrais obligée de devenir plus sage, mais je ne pense pas que ce soit au programme du jour, alors autant en profiter. Crois-moi mon beau, toi non plus tu n’auras pas envie d’enfiler de vêtements quand je commencerai à m’occuper de toi, tu constateras vite que je ne suis pas du genre à faire les choses dans la demi-mesure. Quant à cette robe, je suis sûre que tu aurais aimé voir ce qu’un tel tissu donne sur moi, mais je ne prendrais pas le risque à ce que tu la déchires pour posséder mon corps, car crois-moi c’est ce que tu voudras. Suis-je trop prétentieuse ? Peut-être, et alors ? Je sais ce que je vaux.

- Fais-moi confiance, tu auras même envie de retirer ces derniers tissus au plus vite. Quant au dragon, je saurais le rendre docile, je suis une Khaleesi moderne et plus belle.

Je devrais peut-être me calmer un peu dans la vantardise avant que mes chevilles n’explosent, mais ce serait bien trop m’en demander. J’ignore si tu comprendras la référence, mais après tout je m’en fiche, pour l’instant ce n’est pas avec le dragon dont tu me parles que je veux m’entraîner mais un tout autre qui se situe entre tes jambes. Alors je m’empare de mes affaires sans prendre la peine de m’habiller. A quoi bon ? On sait tous les deux que ce ne serait qu’une perte de temps inutile. Je le rejoins, m’arrêtant juste devant lui, tout près de son corps et je ne garde pas mes mains dans mes poches, je préfère plutôt visiter et découvrir son torse musclé. Mh de plus en plus tentant. Je laisse finalement ma main retomber le long de mon corps et c’est à son tour d’agir. Sa main glisse sous mon menton et je vois ses lèvres se rapprocher des miennes. Oh crois-moi je n’aurais rien contre les goûter tout de suite, bien au contraire, pourtant il ne m’embrasse pas. Ses lèvres dérivent de leur trajectoire et glisse vers mon cou, ce qui est finalement tout aussi plaisant.

Un baiser. Une entaille. Un homme comme je les aime. On dirait que tu aimes mélanger douceur et violence, ce qui tombe bien puisque moi aussi. J’espère qu’avec toi je serais servie, j’espère surtout que tu tiendras la distance, car j’ai épuisé bien des strigoïs plus vieux que moi en matière de sexe. Je ne dis rien par rapport à mon sang qui coule, il me prendrait peut-être pour une folle s’il savait que je trouve ça excitant. Je me contente de rester silencieuse et de replonger mon regard dans le sien, sourire aux lèvres alors qu’il me tient la porte et me propose de nous rendre sans perdre plus de temps dans cette chambre. A vrai dire j’ai plus que hâte de m’y trouver.

- Avec grand plaisir.

Je lui réponds comme s’il venait de m’inviter à dîner au restaurant, mais après tout, je compte bien prendre mon repas avec lui ce soir. Lui ai-je dit que je suis du genre à goûter au sang de mes partenaires sexuels ? Non ? Il le découvrira bien vite, j’espère seulement qu’il n’est pas du genre sensible mais cela m’étonnerait beaucoup. Nous quittons finalement cette chambre pour nous diriger vers une toute autre, une déjà plus à mon goût. Il referme la porte sous notre passage et je suis bien heureuse de constater qu’il ne perd pas de temps avant de passer aux choses sérieuses. Mon corps collé au sien se retrouve rapidement sur le lit et j’attends de voir jusqu’où il a l’intention de continuer sur sa lancée. Finalement c’est de son téléphone dont il s’empare au lieu de mon corps et j’en suis bien déçue, j’aurais préféré qu’il ait tout comme moi oublié l’idée de passer cet appel. Son portable se retrouve dans ma main mais ses caresses reprennent aussi de plus belle. Comment voulez-vous que je me concentre dans de telles conditions ? J’ai bien mieux en tête que d’appeler ma sœur pour l'instant.

- Si j’avais le numéro d’Emma je n’aurais pas attendu un moment pareil pour l’appeler. Ma sœur attendra encore un peu.

Et sur ces derniers mots, je laisse retomber son portable et le repousse sauvagement pour qu’il se retrouve dos au matelas, mon corps à califourchon sur le sien. Tu as voulu jouer avec moi, j’espère que tu sais quel genre de bête tu as éveillé, sinon je me ferais un plaisir de te le faire découvrir. Mes mains bloquent les siennes près de son visage alors que mes lèvres parcourent son torse, déposant divers baiser sur le bas de son ventre avant de remonter en léchant son pectoral puis finalement mordre dedans à pleine dents. J’ai toujours trouvé le sang exquis, qu’il s’agisse de moroïs, humains, dhampirs ou strigoïs, peu m’importe, c’est toujours un pur délice. Ma morsure est sensuelle et douloureuse à la fois, j’ai bien l’intention de le faire hurler ce soir et de toutes les façons possibles, voilà comment je prends mon plaisir. Je relève finalement mon visage vers lui, lâchant ses mains pour glisser les miennes le long de son corps avant de me mettre à griffer son torse sur tout son long. Je m’empare ensuite de la bouteille d’alcool à son chevet, même s’il ne reste plus grand-chose ce sera suffisant. Je retire le bouchon et en bois une gorgée avant d’en verser sur ses blessures. Ça brûle n’est-ce pas ? Mais ne t’en fais pas, l’alcool cicatrise les bobos.

- Voyons voir combien de temps tu tiendras.

Oui c’est une provocation, une dernière pour te pousser à bout. Mes lèvres se reposent sur ton torse, suçant l’alcool mêlé au sang qui donne un goût encore plus exquis. Lorsque je suis partie sur une telle lancée, il devient bien difficile de m’arrêter à moins de parvenir à m’épuiser en retour. Bonne chance pour ça.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: En voilà un bon dessert   Dim 8 Mai - 16:39



En voilà un bon dessert
Jake & Ruby

Te présenter, me dire ton nom, c’est bien beau tout cela mais quel intérêt ? Tu es dans une chambre qui n’est pas la tienne, aucune raison que tu y restes si ce que tu souhaites faire est joindre ta sœur. Je peux t’offrir les moyens de la joindre, m’offrir les moyens de te connaître également car je ne compte pas te lâcher en attendant. Certains diront que je laisse mon deuxième cerveau me diriger en tout temps, mais j’ai beau aimer le sexe et aimer séduire, ça ne veut pas dire que je ne sais pas faire preuve de prudence. Ne pas la lâcher tant que je ne suis pas sûr de son identité, une preuve de prudence. La draguer pendant ce temps n’est peut-être pas prudent par contre, mais je n’en ai rien à faire. Tentes de me tuer, si tu le souhaites. Peut-être réussiras-tu. Peut-être. Mais nous ne sommes pas là, nous ne sommes qu’aux préliminaires, laissons les tentatives de meurtre pour un peu plus tard.

Je laisse un sourire venir sur mon visage au fur et à mesure de nos échanges. On dirait que l’un comme l’autre, nous savons ce que nous voulons et c’est l’autre. Simplement, il n’y a que deux choses qui s’y opposent, cette chambre et l’appel envers ta sœur. Je tente de te faire quitter la première, te disant en même temps que tu ferais mieux de laisser cette robe où elle était. Evitons d’amener les ennuis avec nous. Et pour passer cet appel, mieux vaut me laisser me rhabiller avant. Sinon je ne te promets pas de garder mon désir sous les verrous. Sauf que tu as l’air de n’en avoir que faire. Et pourtant, il va falloir se reprendre si tu souhaites pouvoir contacter ta sœur et survivre au long terme dans ce groupe. Car si tu fréquentes Emma, tu viendras forcément à nous fréquenter. Mais tu l’apprendras sur le tas dans ce cas pour le dragon, petite princesse guerrière. Et nous verrons pour ces habits… Bien que je ne pense tromper personne, je le désire également, je te laisse juste le temps qu’il te faudra pour agir avant.

« Nous verrons bien, Darling. »

Finalement, elle accepte de me suivre et de sortir de cette pièce. Tant mieux, nous perdions du temps inutilement. La suite est bien plus intéressante, bien que commencer nos préliminaires sur cette porte n’était pas mon intention mais être surprise en ce sens ne me dérange pas du tout. Tu me tentes, il est de mon devoir de te rendre l’ascenseur. Laisser mes lèvres toucher les tiennes ne faisait pas partie de mes projets immédiats et dans ce sens, je préfère t’annoncer la couleur, laissant ton sang couler. Au vu de ton sourire, tu n’as pas l’air d’être le genre de petite fille à partir avec une bonne gifle car le sang aura coulé. Tant mieux, tu aurais perdu tellement d’intérêt dans ce cas…
Mais pour l’heure, nous devons bouger. Un coup de fil à passer et du temps à tuer…

Nous nous retrouvons finalement dans la chambre et je préfère ne pas perdre de temps. Les préliminaires ont déjà eu lieu, à quoi bon faire durer les choses ? Téléphoner, puis baiser, c’est ainsi que nous occuperons notre temps. Autant aller droit au but en appelant les choses comme elles sont. Je plaque son corps contre le lit, dessinant les courbes de son corps en fixant ses prunelles une fois qu’elle a récupéré son téléphone. Serait-ce de l’impatience dans tes prunelles, Darling ? Ne le soit pas, je te le promets, les choses changeront bien vite.
Elle prend la parole et ne me laisse pas le temps de réagir ni de la contredire. Je ne peux pas empêcher un léger rire de me venir quand je pose mes mains sur ses hanches, prenant la parole à mon tour en fixant ses prunelles emplis de sauvagerie. La suite de cette soirée promet d’être intéressante.

« Je ne t’avais pas donné n’importe quel téléphone. C’était le mien et le numéro de ta sœur était préenregistré, petite impatiente. »

Et oui, tu aurais regardé mes contacts et le coup de fil aurait été passé mais finalement, tu as raison, ta sœur attendra un peu… Quel dommage pour elle, mais certainement pas pour moi. Et je compte bien ne pas te laisser désespérer face à cette perte de temps. Mais pour l’instant, je suis assez curieux de savoir ce que tu comptes faire, ce que cette lueur dans tes prunelles veut dire…

Et j’ai bien vite la réponse quand mes mains sont bloquées par les tiennes pendant que tes lèvres parcourent mon corps. Pour l’heure, une lente caresse qui amène le désir en hauteur avant que la douleur ne le sublime. Pensais-tu me faire hurler de douleur ? Je me fais un plaisir de rien laissé échapper de plus qu’un soupir bruyant. Il m’en faudra bien plus pour hurler de souffrance, bien plus pour hurler de plaisir. Tu ne fais que faire monter mon désir et mon plaisir mais je ne perds pas le contrôle, pas encore. Tu peux mieux faire, j’en reste persuadé. Bien mieux…
Je serais presque vexé que tu te désintéresses de mon corps pour reporter ton attention sur cette bouteille d’alcool si tu n’avais pas agis pour augmenter un peu plus la tension entre nous, réussissant, cette fois, à me soutirer un léger gémissement. Douleur ou plaisir ? Je ne vois pas de différence entre les deux. Il n’y en aura pas pour toi également. Je te le promets…

« Bien assez longtemps pour t’épuiser, Darling. J’ai joué bien assez longtemps le rôle de la proie, et si nous échangions les rôles ? »

Croyais-tu que j’allais me laisser faire, encore et encore ? Voyons, tu l’apprendras bien vite, je déteste laisser mes partenaires sur leur faim. Je me redresse, me retrouvant assis avec Ruby sur mes cuisses. Ma main s’enfonce dans ses cheveux quand j’amène sa bouche sur la mienne, goûtant l’alcool de ses lèvres tout autant que mon sang. Quand nos langues se livrent un duel, j’en profite pour couper la sienne d’un de mes crocs, laissant le sang rendre ce baiser encore plus exquis. Plus aucune trace de soumission en moins et n’espère pas en revoir. Je reprends le contrôle pour t’amener un peu plus loin, même si tu as surement d’autres talents à me montrer, il est temps que le plaisir soit partagé.
Je nous retourne, allongeant Ruby sur son dos et me positionnant au-dessus d’elle, interrompant par là-même notre baiser. Mes lèvres descendent contre le creux de son cou, glissant sur son dessous, j’en profite pour jouer avec ses seins par-dessus le tissu avant de m’en séparer, le temps de dégrafer ce tissu qui était de trop.

Nous avons déjà perdu bien assez de temps comme ça. Le temps de la douceur est révolu, que dirais-tu de changer ce fait ? De toute façon je ne t’en laisse pas le choix, laissant mes mains plaquer ton corps contre le matelas pendant que mes lèvres frôlent un instant la vallée entre tes seins. Un instant uniquement car bien vite, mes crocs se découvrent pour mordre ton sein gauche avant que je ne lâche la morsure tout aussi vite pour juste sucer le sang découvert, sachant que la pression exercé par ma succion attisera un plaisir douloureux sur ton corps. Jouons, Darling. Nous n’avons pas fini de jouer et nous verrons qui de nous deux épuisera l’autre le premier…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: En voilà un bon dessert   Lun 16 Mai - 20:47



En voilà un bon dessert
Jake & Ruby
Je pense qu’il est temps d’arrêter de jouer, n’es-tu pas du même avis ? On dirait que oui. A quoi bon laisser traîner les choses alors que nous savons tous les deux ce que nous voulons ? Rendons-nous dans cette fameuse chambre et envoyons-nous en l’air comme des bêtes sauvages car c’est bel et bien le programme qui nous attend ce soir. On ne tarde plus à rejoindre le lieu où nos deux corps vont pouvoir jouer ensemble. Je ne prends pas vraiment la peine d’observer les lieux, il y a un grand lit, c’est tout ce qu’il y a de bien à savoir, quoi que même sans ça je n’aurais rien eu à lui faire l’amour sur un meuble, le sol ou même contre le mur de toute façon.

A peine la porte s’est-elle refermée derrière nous que mon corps se retrouve plaqué contre son lit. J’ai toujours aimé les hommes entreprenants. Ses mains glissent sur mes courbes et je suis presque déçue qu’il me tende son téléphone portable alors que nous sommes déjà en si bon chemin pour un agréable moment. Je n’ai jamais été douée avec la technologie, même si je sais envoyer des sms et passer des appels, mais voilà, la plupart du temps j’ai des sujets pour le faire à ma place. Je ne connais pas le numéro d’Emma alors tu es bien mignon mais ton portable ne m’est d’aucune utilité. Un rire s’échappe de ses lèvres et il me dit que le numéro était enregistré parmi ses contacts. Je n’ai jamais aimé les portables de toute façon, je préfère communiquer de vive voix. Tant pis pour le portable, je l’ai déjà lâché de toute façon.

- C’est vrai, je n’ai jamais su faire preuve de patience...

Et le sexe n’échappe pas à la règle. Je bloque ses mains et laisse mes lèvres jouer avec sa peau, mais très vite la sensualité laisse place à la sauvagerie avec griffures et morsures. On dirait que toi non plus tu n’as rien contre le sang, tant mieux, j’aurais été bien déçue sinon. Ressens-tu plus de plaisir ou de douleur ? A moins que ce ne soit à égalité ? Si c’est le cas alors ça signifie que je suis toujours aussi douée. Evidemment que je le suis. Je rajoute un peu plus de piquant en m’emparant de cette bouteille d’alcool pour en verser sur ses blessures et j’apprécie parvenir à lui soutirer un gémissement, aussi léger soit-il, et cela se voit sur mon sourire. Combien de temps tiendras-tu face à moi ? Tu penses pouvoir tenir la distance et m’épuiser, c’est ce que nous verrons. Alors que mes lèvres goûtent au délicieux goût de l’alcool sur son torse mélangé à son sang, il m’annonce qu’il a suffisamment joué le rôle de la proie.

Je lui aurais bien dit que je n’en ai pas encore fini mais il n’attend pas ma réponse avant de se redresser, nous retrouvant tous les deux en position assise, moi toujours sur lui. Il m’attire à lui pour un nouveau baiser des plus mordants et c’est bien le cas de le dire. Je sens ma langue se couper sous ses crocs et ça n’a rien de désagréable, surtout lorsque le goût du sang vient se mélanger un peu plus à travers notre baiser. J’en aurais bien profité plus longtemps, mais je me retrouve allongée dos au lit et même si je préfère la position dominante je ne cherche pas à reprendre le dessus, pas tout de suite en tous cas. Pour l’heure je profite de ses lèvres qui glissent sur mon cou puis ma poitrine, d’ailleurs ce sous-vêtement me semble de trop et bien heureusement l’avis est partagé puisque Jake s’en débarrasse l’instant suivant.

Je suis prête à me redresser pour revenir prendre les choses en main, mais apparemment Jake n’en a pas fini puisqu’il me plaque de plus belle contre le matelas et je dois dire que sentir ses canines mordre dans mon sein est un pur moment d’exaltation, mélangeant plaisir et douleur en un tout merveilleux. A son tour il parvient à me soutirer un gémissement, mais il réussit surtout à me rendre de plus en plus impatiente pour la suite. Je ne peux pas m’empêcher de grogner et de reprendre les choses en main, le poussant en arrière, sa tête se retrouvant finalement au pied du lit et mon corps de nouveau au-dessus du sien. Son sous-vêtement fini arraché entre mes mains. Fini de jouer Jake, qu’en dis-tu ? Je lui laisse tout de même retirer le dernier tissu qui nous sépare avant d’unir moi-même nos corps pour un long et délicieux moment.

Combien de fois l’ai-je mordu ? Combien de fois l’ai-je griffé ? Combien ai-je tiré sur ses cheveux ? Je ne sais plus, mais en tous cas il sera bien obligé de changer ses draps une fois que nous aurons terminé car le blanc est immaculé de sang. Combien de fois avons-nous inversé les positions, nous battant pour toujours avoir les choses en main ? De nombreuses fois. Combien de temps est-ce que cette partie de sexe a duré ? Vraiment longtemps. Il a promis de m’épuiser, hors je ne suis pas une femme facilement épuisable, je n’aurais pas une réputation de nymphomane sinon. Je ne sais pas lequel d’entre nous a gémit le plus, on s’en fiche de toute façon, le plus important est que nous y ayons tous les deux pris un sacré plaisir. On retombe sur le matelas, presque essoufflés, un grand sourire orne mon visage. Tu es mon premier coup en ville et je dois dire que tu m’as bien épaté, j’espère que tu n’es pas le seul à être aussi doué sinon attends toi à ce que je vienne te rendre visite souvent. Je me tourne finalement sur le ventre, plongeant mon regard dans celui du beau strigoï. Je serais presque prête à lui proposer un deuxième tour mais je crois qu’il en a déjà eu bien assez.

- Bravo bourreau des cœurs, ça faisait bien longtemps qu’un homme n’avait pas tenu aussi bien la distance. J’imagine que ce n’est pas trop tard pour te demander ton nom ? Comme ça la prochaine fois que je viendrais vous rendre visite je saurais qui demander.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: En voilà un bon dessert   

Revenir en haut Aller en bas
 
En voilà un bon dessert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oh ! Les voilà ...
» louis chedid voilà pourquoi
» Salazar, nous voilà ! [Hayleen & Seth] [Intrigue]
» Je suis là, me voilà, c'est petit et c'est trop drôle tout à la fois [LIBRE]
» Premier repas californien accompagné d'un dessert satisfaisant? (PV/ Alona)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Academy :: Manoir C.G.H-
Sauter vers: