Partagez | 
 

 God Save your child

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: God Save your child   Mer 10 Fév - 17:06


God save your child


Nous n’avons pas pour habitude de traiter avec des Strigoïs, quels qu’ils soient. Nous pouvons cependant prolonger le sursis de quelques uns d’entre eux lorsque ces derniers nous révèlent quelques informations suffisamment importantes pour nous faire repenser certaines de nos stratégies. Ce fut le cas de ce Strigoï... Nigel. Oh lui ça n’a pas été très difficile de le piéger. Il n’a pas eu peur de moi tout de suite, mais avec Alistair en revanche ce fut une autre affaire. Alors qu’il était sur le point de rendre l’âme enfin si l’on peut dire ça, Nigel nous a indiqué qu’il vivait avec tout un groupe de Strigoïs et qu’il serait prêt à nous les livrer si nous lui laissions la vie sauve. Vérifier ces informations n’a pas été bien difficile. J’ai pénétré son esprit et il s’est avéré qu’il disait vrai. Le lieu, les Strigoïs... et même une Moroï. Je pouvais tout voir comme si j’y étais. Juste ciel ils sont si nombreux... et ils sont tous à Missoula, bien qu’ils ne vivent pas au château. Avec tout ce que je venais de voir, autant dire que nous n’avions plus besoin de lui. Mais à la réflexion, peut-être qu’il pourrait bien nous être utile. Cette Moroï... et si nous l’utilisions afin d’attirer tous les autres ? Visiblement ils ont l’air de tous l’apprécier et tenir suffisamment à elle pour l’autoriser à demeurer avec eux sans oser toucher à une seule goutte de son sang. C’est elle qu’il nous faut...

Nous avons donc proposé au Strigoï de nous conduire jusqu’à cette Moroï afin de rediscuter des conditions de sa liberté et ce dernier s’exécuta aussitôt. Une plage... C’est donc ici qu’elle se trouvait et elle n’était pas seule. Alistair et moi n’avons pas quitté le Strigoï des yeux, il savait qu’il ne pourrait aller nulle part pour l’instant. Cependant, je ne tiens pas à ce que d’autres personnes Moroïs ou Dhampirs se retrouvent mêlées à toutes ces histoires.


- Débrouille toi pour amener la Moroï jusqu’à nous sans son gardien et tu es libre. Sache que même à cette distance je peux lire ton esprit. Si tu tentes de t’enfuir ou de la prévenir avant je t’infligerai une douleur si forte qu’elle en fera exploser ton cerveau avant que tu n’aies quitté cette plage. Bonne chance.

Nous le laissons ainsi partir en direction de la Moroï tandis que je me tourne vers Alistair avec un petit sourire. Quoi ? Evidemment que je ne pourrai pas faire exploser son cerveau, ceci dit ce fut assez drôle de le lui faire croire et de le voir devenir encore plus livide qu’il ne l’est déjà. Quelques instants plus tard, les voilà tous les deux arriver tandis que nous nous retrouvons face à la Moroï qui se retrouve aussitôt assommée par son prétendu ami. Etant donné qu’il nous a livré la Moroï, j’imagine qu’il n’aura plus qu’à s’en aller très loin d’ici avant de se faire pourchasser par le reste de  ceux qu’il a trahi.

Nous voici à présents seuls tous les trois. Nous avons emmené la Moroï avec nous dans un autre de nos repaire siuté à l’extrêmité de la ville. Etant donné les ennemis que nous accumulons, il va de soi que nous ne pouvons pas rester sans cesse au même endroit car ce serait signer notre arrêt de mort. Nous avons attaché la jeune femme solidement à une chaise que nous avons recouverte de chaînes au niveau de ses poignets et de ses jambes. Puisque c’est une Moroï, elle ne pourra pas aller bien loin pour l’instant. Nous attendons que cette dernière se réveille. Nous ne lui avons encore rien fait et à vrai dire elle n’est pas ici pour se faire torturer mais juste pour servir d’appât. Torturer les Strigoïs est une chose, mais faire du mal aux miens en est une autre... J’ai demandé à Alistair un petit moment seule avec elle. Je voudrais d’abord lui parler, essayer de comprendre ce qu’elle fait avec un groupe de Strigoïs... essayer de la ramener dans le droit chemin si je le peux. Je prends donc une chaise et m’installe face à elle, attendant patiemment qu’elle se réveille. Mais en fin de compte, je ne suis peut-être pas si patiente.

Au bout de quelques minutes, je finis par me lever et attraper un verre d’eau que je jette sur son visage. Quoi ? J’aurais pu lui mettre des claques... Le verre d’eau est tout de même plus approprié et au moins ça a marché. Je me réinstalle sur ma chaise et observe la Moroï qui doit être en train de se demander ce qui lui arrive et qui visiblement n’a pas l’air très ravie.


- Désolée pour ce réveil un peu précipité. Je voulais juste être sûre que tu sois toujours parmi nous. Je m’appelle Arya et si j’ai bien entendu ton ami Nigel, tu es Effy. Toi et moi il faut qu’on ait une petite discussion.

De toute façon ce n’est pas comme si elle avait le choix ou qu’elle pouvait aller ailleurs. Je reprends donc.

- J’aimerais savoir comment une Moroï peut avoir un gardien, tromper les siens et aider les Strigoïs à détruire sa propre espèce ? T’ont-ils menacée pour que tu te joignes à eux ? N’as-tu donc pas conscience de ce qu’ils sont véritablement ou es-tu complètement suicidaire ?

Je n’ai jamais cessé de faire au mieux pour aider les miens, quels qu’ils soient. Après tout, comment pourrais-je être une bonne princesse si je ne parviens même pas à aider ceux qui sont juste sous mon nez et qui vivent dans la même ville que moi ? Je tiens à savoir si elle a été forcée de faire tout cela ou si elle l’a véritablement fait de son plein gré ? Dans un cas elle serait innocente, dans l’autre ce serait une trahison. Mais il n’est peut-être jamais trop tard pour ouvrir les yeux après tout...

code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: God Save your child   Mer 10 Fév - 20:27





God save your child
Arya & Alistair & Effy

Que s’est-il passé Gallen ? J’étais avec toi et puis ensuite le noir complet. J’ai l’impression d’avoir pris une super cuite, pourtant on sait tous les deux que je ne bois pas. J’ai mal au crâne et je sens que je pourrais être prise de nausées d’une minute à l’autre, mais je veux seulement rester là et dormir encore un peu. A cause de ce bébé mes nuits sont bien trop mouvementées alors je ne dirais pas non à une heure de plus de sommeil sans avoir à courir aux toilettes. Sauf que quelqu’un en a décidé autrement. Un verre d’eau me réveille en sursaut, je déteste ce genre de réveil brut. Qui dois-je frapper pour ça ? Je constate que je ne suis ni dans mon lit, ni même au manoir, mais assise sur une chaise, dans un lieu inconnu et par dessus tout ligotée. Qu’est-ce que c’est que ça encore ? Je me rappelle de la présence de Nigel, du fait qu’il avait quelque chose d’important à me dire. Est-ce que c’est un test ou une mise à l’épreuve ? Parce qu’honnêtement ils devraient savoir qu’on ne fait pas ce genre de chose à une femme enceinte.

Je regarde d’abord autour de moi avant de relever mes yeux vers cette moroï que j’avais aperçu à la plage. Qui es-tu au juste ? Penses-tu vraiment que c’est une bonne idée de me ligoter ainsi ? Attends un peu que je sorte de là et tu es finie beauté, mais en attendant que je parvienne à me défaire de ces chaines, disons que je n’ai rien de mieux à faire que de l’écouter. Elle connait déjà mon prénom on dirait, ce n’est franchement pas du jeu si elle en sait plus sur moi que je n’en sais sur elle, mais au moins elle a la courtoisie de m’offrir le sien sans que je n’ai à le lui demander. Que veux-tu donc Arya ? Tu ferais mieux de demander vite, car les garçons doivent déjà être en train de me chercher à l’heure qu’il est alors ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils me retrouvent. On dirait que la miss veut avoir une discussion avec moi, comme c’est charmant.

- Ce n’est pas comme si je pouvais me boucher les oreilles de toute façon.

Je lui indique mes mains ligotées pour accentuer un peu plus ma remarque sarcastique. Ne sois pas étonnée, l’humour et le sarcasme sont les seules choses que je puisse encore faire dans cet état, alors mieux vaut ça à la panique. Oui, il faut vraiment que je repousse la panique le plus longtemps possible. Arya reprend la parole, me prouvant une fois encore qu’elle a d’autres informations à mon sujet. Non vraiment Arya, c’est de la triche que tu te mettes à déballer mes alliances sans me donner de quoi répliquer contre toi. Mais si je me souviens bien tu étais avec un strigoï toi aussi, d’ailleurs son visage me rappelait vaguement quelque chose... Je finirais bien par me souvenir.

- Blablabla, tu as encore beaucoup de questions ? Parce que je ne suis pas du genre à raconter ma vie à une moroï que je ne connais pas et ces chaines ne me pousseront pas plus à parler. Vous n’auriez pas plutôt quelque chose à m’offrir à dîner ? Ou alors vous laissez vos invités mourir de faim.

Je dis le mot invité uniquement pour la provoquer, tout comme le sujet du dîner d’ailleurs. Bon c’est vrai que je suis assoiffée, mais ce n’est pas non plus ma première préoccupation. J’imagine que tu t’attendais à ce que je sois un peu plus réceptive à tes questions, manque de pot pour toi, je ne suis pas du genre à répondre aux questions juste parce que je suis enchainée. Comme je l’ai dit, ce n’est qu’une question de temps avant que les garçons me retrouvent et à ce moment-là, c’est toi qui te retrouveras sur cette chaise ma belle, sauf que pour ma part je sauterai la case interrogatoire pour passer directement aux tortures. Je plonge mon regard dans le sien, essayant de percevoir quel genre de femme elle est vraiment. Qu’est-ce qu’une moroï comme toi a l’intention de me faire au juste ? J’admets que je préfère tout de même la conversation aux tortures, alors je fais vraiment un effort pour continuer dans ce sens afin de préserver mon corps et mon bébé.

- Je t’ai vu avec un strigoï, alors dis-moi, en quoi es-tu différente ? On dirait que j’assume bien plus que toi mon véritable camp. Tu n’es pas la seule moroï à traiter avec les strigoïs, mais si tu crois que c’est en éliminant les autres comme toi que tu te feras ta place, tu fais une grande erreur. Les miens doivent déjà être en route, alors à ta place je fuirai tant que je le peux encore.

En réalité je ne sais absolument pas s’ils sont en route, mais j’ose espérer que oui et puis si ça peut la convaincre de prendre ses jambes à son cou et s’enfuir d’ici en me laissant là, alors ce n’est pas plus mal. Je parviendrais plus facilement à me défaire de ces chaines si je n’ai pas en plus à m’occuper d’elle.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: God Save your child   Dim 14 Fév - 21:25


God save your child


Je m’attendais bien à ce que la jeune femme ne soit pas très coopérative mais cela ne fait rien. Après tout à sa place j’aurais sans doute fait de même si je m’étais retrouvée enchaînée à une chaise en face d’une personne dont j’ignore tout. Cela dit ce n’est pas vraiment sa sympathie qui m’intéresse, la seule chose que je cherche à savoir est la raison pour laquelle est-ce que cette Moroï se retrouve à aider des Strigoïs et s’il y a encore une chance de pouvoir la sauver. Il se trouve que je finis assez rapidement par être fixée sur la question. La Moroï commence par me faire un caprice avec ses « blablabla » et ses requêtes. Désolée ma chère, au cas où tu ne l’aurais pas remarqué tu ne trouves pas dans un hôtel ici. Je reste silencieuse lorsqu’elle me dit que ce ne sont pas les chaînes qui la feront parler et me contente de continuer à l’observer. A vrai dire, je ne lui pose toutes ces questions que par simple courtoisie car je préfèrerais qu’elle me réponde d’elle-même avant d’aller chercher toutes les informations dont j’aurais besoin par moi-même. Lorsqu’on en arrivera-là, ce sera moins plaisant pour toi, mais je ne vais pas me montrer intrusive tout de suite, je te laisse d’abord une chance. J’esquisse un sourire amusé lorsqu’elle demande si nous laissons nos invités mourir de faim.

- Eh bien tout cela ne dépend que de toi à vrai dire. Tu pourrais être traitée comme une invité si tu te contentais simplement de répondre à mes questions pendant que nous t’en laissons l’opportunité.

Mais les paroles qu’elle m’adresse m’adresse ensuite viennent aussitôt confirmer mes soupçons. Je n’ai plus le moindre doute quand au camp véritable auquel elle appartient lorsqu’elle déclare que « les siens » sont en route. Elle est avec les Strigoïs par choix, voilà qui est bien regrettable. Je suis assez amusée lorsqu’elle me dit qu’elle assume son camp bien plus que moi. Si seulement elle savait à quel point nous sommes différentes... Autant qu’elle le sache tout de suite d’ailleurs. Je me lève et me rapproche de la jeune femme, avant de m’abaisser à sa hauteur pour la regarder droit dans les yeux lorsque je m’exprime à nouveau.

- La différence entre toi et moi, c’est que je n’oublie pas d’où je viens ni qui sont mes véritables ennemis. Mes alliances ne visent qu’à détruire le plus de Strigoïs possibles et c’est à ce même objectif qu’aspire le Strigoï avec qui je suis. J’espère bien en effet que tes amis te recherchent, car c’est justement pour ça que tu es là ma belle.

Comprends-tu maintenant que tu es destinée à nous servir d’appât ? Je me rapproche davantage de la jeune femme afin de venir murmurer à son oreiller.

- Maintenant permets-moi de te donner un petit conseil. A ta place je me montrerai un tant soit peu coopérative, surtout avec un bébé dans le ventre.

Je me recule afin d’observer sa réaction. Oui ma jolie, entre femmes nous remarquons ce genre de choses et je m’en suis rendue compte dès l’instant où nous t’avons attachée à cette chaise. Après tout, j’ai eu l’occasion de te regarder dormir un petit moment avant de te réveiller. J’ai beaucoup de compassion pour les miens, mais je n’en ai aucune pour les traitres et j’ai bien compris à quel camp tu appartiens bien que je me demande encore comment ce soit possible alors que tu attends un heureux événement. En attendant, il va nous falloir presser un peu plus les choses si tes amis sont bel et bien en route comme tu le dis. Je me dirige vers la porte de la pièce que je finis par ouvrir en grand avant de revenir vers la Moroï. Quelques instants plus tard, Alistair me rejoins. Je me tourne aussitôt vers lui.

- Merci pour ce moment. Malheureusement je ne pense pas qu’elle changera de camp... Nous allons devoir la traiter en ennemie.

Je suis attristée de savoir que certains des nôtres choisissent volontairement de se tourner du côté de nos ennemis alors que nous devrions nous battre pour notre survie. Si en plus cette jeune femme est à l’académie, elle n’en est que doublement dangereuse. Peut-être qu’une fois débarassée des Strigoïs qui l’entourent, elle finira par se reprendre en main et se poser les bonnes questions pour son futur mais surtout celui de son enfant à venir. Je me tourne vers cette dernière.

- Je vais t’expliquer comment ça va se passer. Nous allons te poser les questions une seule fois. Si tu nous donnes les réponses que nous attendons, il ne t’arrivera rien. Bien sûr, étant donné que tu vis déjà avec des Strigoïs depuis un bout de temps je n’ai pas besoin de te rappeller qu’Alistair a les moyens de savoir si tu dis la vérité ou non. Si la manière douce ne te convient pas eh bien, nous passerons à la manière forte. On y va ? Je commence avec une question pas trop difficile. Donne nous les noms de tous les Strigoïs qui composent ton groupe.

Il est important de faire les choses de la bonne manière afin de savoir exactement à quoi s’attendre de la part de nos ennemis. Si cette Moroï est de leur côté, elle en sait sûrement plus à leur sujet que n’importe qui, autant que cela puisse nous servir. Alistair et moi ne procédons pas toujours de la même manière afin d'obtenir de nos ennemis les informations dont nous avons besoin. Nous avons pris l'habitude de nous adapter selon chaque profil. Avec une Moroï, il est vrai que les choses sont un peu plus délicates, du moins pour moi. Je ne peux cependant rien en montrer faute de quoi la Moroï penserait qu'elle a ses chances de m'attendrir, ce qui n'est pas le cas. Que décidera-t-elle de faire maintenant ? La balle est dans son camp.

code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: God Save your child   Dim 14 Fév - 23:53





God save your child
Arya & Alistair & Effy

Penses-tu sincèrement que je vais répondre à toutes tes questions comme un adorable petit pion ? C’est mal me connaître petite moroï, mais ça tu le découvriras bien vite. Qui penses-tu être exactement pour pouvoir me traiter de la sorte ? Tu n’es qu’une sale vermine et je prendrais plaisir à t’apprendre où est ta place lorsque je me serais défaite de ces chaines. Oui, je m’imagine bien toutes les tortures que je pourrais te faire et c’est ce qui m’aide à patienter que les garçons me retrouvent. Je les laisserai s’amuser comme ils veulent avec le strigoï qui t’accompagne et toi et moi aurons droit à notre petit tête à tête. Je te rendrai tellement folle en te faisant plonger dans mes abysses que tu me supplieras de t’achever. J’ai déjà hâte d’en arriver là à vrai dire, mais en attendant on dirait bien que je vais encore devoir supporter ta voix.

Penses-tu sincèrement qu’un seul strigoï sera suffisamment fort contre tous les miens ? Quelle idiote tu fais, ou peut-être en as-tu conscience mais es-tu simplement suicidaire. Ton compagnon et toi n’êtes que des novices dans ce monde, mais on vous apprendra ce que c’est de vouloir s’attaquer aux grandes personnes. Lorsqu’elle se rapproche de moi et plonge son regard dans le mien, j’admets avoir grandement envie de m’emparer dès à présent de son esprit et de jouer avec elle, mais pas tout de suite... D’abord attendons de savoir ce qu’elle a à dire, après tout il semblerait que nous soyons là pour discuter, non ? Je vois rouge lorsqu’elle me dit qu’elle est là pour détruire les strigoïs et que je ne suis qu’un appât pour les mener droit dans leur piège. Espèce de petite peste ! A ta place je ne sous-estimerais pas les garçons et j’espère sincèrement pour toi qu’il ne leur arrivera rien, sinon je veillerai personnellement à ce que ta mort soit des plus longues et douloureuses qui soient.

- Pétasse ! Ta plus grande erreur est de nous prendre pour des amateurs, mais ça tu l’apprendras bien vite lorsque tu te retrouveras sur cette chaise à ma place !

Je devrais probablement mesurer mes propos étant donné que je suis encore celle qui est en position de faiblesse, mais je deviens folle lorsque l’on menace de s’en prendre à l’un des garçons, alors menacez les tous et vous aurez droit à la peste Effy dans toute sa splendeur. Sauf que non seulement tu menaces mes hommes, mais tu menaces aussi mon bébé. Je sens la rage monter peu à peu en moi. Comment sait-elle ? Qu’a-t-elle l’intention de faire ? Si tu oses faire du mal à mon bébé, je jure de te faire hurler jusqu’à ce que tu n’en puisses plus. Je te ferais tellement mal qu’à force même te couper un membre ne te sera plus si douloureux. Attends-tu que je te supplie ? Ce n’est clairement pas mon genre. En général lorsque l’on me menace je suis plutôt du genre à montrer les dents et me faire d’autant plus sauvage, alors à ta place je ne me rapprocherai pas trop, car je n’aurais aucun mal à mordre ton oreille suffisamment fort pour te l’arracher.

- Si tu oses faire du mal à mon bébé, crois-moi je deviendrai ton pire cauchemar.

J’essaie réellement de paraître le plus calme possible et de ne pas trop m’emporter, mais elle peut noter tout le sérieux qu’il y a dans cette menace. Fais du mal à ce bébé Arya et je crains sincèrement le pire pour toi. Je la vois s’éloigner de moi et se diriger vers la porte. T’aurais-je effrayé ? Il faut croire que oui puisque tu sembles avoir besoin de l’aide de ton ami strigoï pour la suite. Je l’entends dire qu’ils vont devoir me traiter en tant qu’ennemie et j’aurais aimé qu’elle voie le regard noir que je lui jette en cet instant. Si je pouvais la foudroyer sur place je l’aurais fait. Je les vois tous les deux revenir vers moi, mais c’est encore la petite peste qui reprend la parole. Sauf que je ne l’écoute qu’à moitié, mon attention bien trop concentrée sur cet homme qui l’accompagne. Où l’ai-je déjà vu ? Je sais que son visage me rappelle quelque chose, il faut juste que je me remémore qui...

Mais oui, quelle idiote. C’est lui, l’une des plus grandes frayeurs d’Emma. C’est lui que j’ai vu en m’infiltrant dans son esprit. Voilà qui n’est rien de très rassurant. Si Emma est à ce point effrayée par cet homme alors que c’est une strigoï âgée et puissante, j’imagine que je devrais éviter de trop provoquer celui-ci. Je reporte finalement mon attention sur la moroï qui décidément m’agace de plus en plus. Penses-tu que parce que tu es accompagnée de cet Alistair je vais trahir les miens aussi facilement ? Je devrais probablement le craindre, en tous cas bien plus que toi, mais navrée pour toi ma chère, contrairement à Nigel je ne suis pas une traître. Tu veux des noms ? Je suis sûre que ceux-là te parleront.

- Voilà des noms ma douce. Adrian Ivashkov. Vasilisa Dragomir. Ellis Badica. Lord Szelsky. Jesse Zeklos. Ce sont les noms de tous tes petits camarades que l’on va tuer. Dois-je continuer ?

Je sens bien la colère monter en elle à la suite de ces noms, mais c’est justement ce que j’attends d’elle. Tu veux tuer les strigoïs ? Alors nous tuerons les moroïs, à commencer par les familles les plus importantes, j’imagine que certains noms te parlent. C’est ça, approche ma belle et regarde-moi. Parfait. Je vais t’apprendre ce qu’il en coûte de me menacer et de vouloir jouer les dures avec moi. Entre dans mon monde, je te promets que tu en ressortiras différente, complètement détruite et je n’aurais même pas besoin de bouger le petit doigt pour ça. Je commence peu à peu à la prendre sous mon emprise mais il y a quelque chose qui ne va pas... Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à la plonger dans mon univers d’horreur ? Pourquoi est-ce que ça ne marche pas avec elle ?!



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: God Save your child   Lun 15 Fév - 18:28

God Save your child
Alistair & Arya & Effy

Pourquoi ce choix, Arya ? Pourquoi tenter de raisonner avec l’irraisonnable ? Je n’ai pas encore dit un traitre mot à cette fille que je sais déjà qu’elle ne nous dira rien. Pas sans avoir avancer les arguments nécessaires en tout cas. Pour l’heure, nous ne sommes que des petits plaisantins à ces yeux. Il n’en est rien, bien sur, mais elle ne l’apprendra que trop tard, malheureusement pour elle. Je n’aime pas spécialement la torture, c’est inutilement salissant mais j’en reconnais son utilité sur certaines personnes… Comme ce monstre. Niguel. Prêt à vendre son âme pour sa survie. Sa vie ne vaut rien mais il considère qu’elle vaut plus que des dizaines d’individus. Non pas que je m’en plaigne, grâce à lui, nous allons pouvoir nous assurer de nettoyer un noyau de monstres en tout genre, mais tout de même…

Enfin, je pense, je pense, et je n’agis pas. Pour l’heure, notre invitée dort alors je m’occupe de prédisposer quelques pièges tout autour de nous. Seuls Arya et moi en connaissons les emplacements, cela devrait augmenter le risque de provoquer quelques… Surprises. Je n’installe celle-ci que petit à petit alors quand j’entends enfin Arya parler, je sais que notre invitée est réveillée. Certes, Arya m’a demandé de la laisser seule avec notre pensionnaire… Mais ça ne veut pas dire que je ne dois pas me tenir prêt à intervenir si jamais la situation dégénère. Alors je retourne devant la porte me séparant des deux femmes. Toutes les deux Moroïs, toutes d’un âge proches, pourtant surement les pires opposés que nous puissions trouver… Ainsi, mademoiselle Hawkins est du genre à soutenir les Strigoïs de son plein gré… Je dois dire que je n’en suis guère surpris mais voilà que je me retrouve obligé à endosser le rôle de bourreau tout comme Arya… C’est regrettable. Réellement.

Après quelques menaces futiles, la porte s’ouvre et je croise le regard d’Arya. Comme toujours, elle a l’air attristé par ce genre de situation. Elle en connait la nécessité mais surement espérait-elle réellement que cette femme se reprenne. Malheureusement ma chère, il semblerait que nous devrions employer les manières fortes… Il est l’heure d’entrer en scène alors faisons-le ma chère… Je la suis et croise enfin le regard de notre invitée réveillée. Seras-ce une lueur de curiosité dans vos yeux ma chère ? Ne le soyez pas, vous me découvrirez bien assez vite, à votre plus grand malheur… Ce qui m’intrigue férocement est la lueur de compréhension dans ses prunelles ainsi que cette prudence… Généralement seuls mes ennemis possèdent cette lueur en eux… Peut-être sait-elle reconnaître les hommes dangereux ? Si cela pouvait la faire coopérer, ça serait particulièrement bénéfique pour nous.
Arya prend la parole, détournant mon attention et mon regard sur elle. Effectivement, elle sera notre ennemie mais tout n’est pas pour autant perdue ma chère, elle peut toujours se reprendre… La suite nous le dira.

« Ainsi soit-il ma chère. »

Ne laisses plus tes sentiments prendre le dessus, nous sommes en face d’une ennemie, à partir de maintenant, c’est celui qui aura le meilleur mental qui survivra et vaincra… Et j’espère bien que ça ne sera pas elle. Nous avons un plan après tout. Je laisse Arya donner les consignes, en profitant pour me mettre en condition. Comme toujours, ça sera moi qui me salira les mains, non pas que ce soit vraiment contraignant, je préférais éviter qu’elle le fasse… Mais cela signifie retirer cette veste de costard pour éviter qu’elle ne soit salit. Débouter mes manchettes et les déposer doucement sur le plan de travail est également une bonne façon de me préparer. J’écoute d’une oreille le débat derrière en remontant les manches de ma chemise et je peux enfin réagir quand j’entends les noms prononcés… Lord Szelsky. Mauvais choix mademoiselle Hawkins, très mauvais choix. Rapidement, je me retourne, tombant sur un duel de regard entre les deux femmes et au vu des tremblements dans la main d’Arya, celle-ci a une grande envie de la frapper… Mauvaise idée ma chère.
Rapidement, je me retrouve entre les deux femmes, saisissant le visage de mademoiselle Hawkins dans ma main, relevant son menton pour qu’elle me regarde… Cette lueur dans ses yeux…

« On dirait que nous avons à faire à un spécimen bien résistant… Mais vous apprendrez mademoiselle Hawkins que parfois, il vaut mieux lâcher prise pour pouvoir survivre. Arya vous a offert la possibilité de survivre sans être blessée, d’être même traitée en invité. Elle vous a ensuite offert la possibilité de ne pas être blessé… Et vous avez gâchés vos deux chances. C’est très regrettable pour vous car c’est maintenant à moi d’intervenir et je suis bien moins gentil qu’elle. »

Je la lâche après avoir regardé une dernière fois dans ses prunelles, prenant bien garde à ne pas m’y perdre, c’est bien ce qu’il me semblait. On dirait qu’un duel d’esprit va se jouer ce soir… Arya, ma chère, nous allons devoir pousser la mascarade jusqu’au bout. Je tourne mon attention sur celle qui m’a accompagné ces dernières décennies, prenant la parole pour quelques mots.

« Son pouvoir n’est pas celui des éléments. On dirait que nous allons devoir la pousser un peu plus… Non pas que ce soit vraiment dérangeant. J’espère tout de même, mademoiselle Hawkins, que vous n’allez pas m’obliger à me salir… »

J’adresse ses derniers mots à son attention avant de la lâcher pour rapprocher un chariot sur lequel se trouve un linge ainsi que quatre sceaux d’eau. Comprendrez-vous la suite mademoiselle Hawkins ? Disons que vous aurez le droit à un premier exemple. Rapidement, j’attrape une poigne des cheveux de cette femme, l’obligeant à pencher la tête en arrière avant de poser le chiffon sur son visage. Je ne lui laisse pas le temps de réagir que j’attrape un sceau pour le reverser sur ce chiffon. Cette sensation de noyade… Comment le prenez-vous ? Pas très bien je suppose… Surtout que la séance dure. Vos poumons sont-ils en feu ? Je le comprendrais, ce n’est guère agréable…
Je finis par la lâcher, la laissant se redresser et tousser pour évacuer l’eau de ses poumons et pendant cet instant, je croise le regard d’Arya. A toi de jouer ma chère alliée, ne laisse pas la compassion t’attendrir… Il est l’heure de reposer la question, je pense que la réponse devrait venir plus facilement sur ses lèvres…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: God Save your child   Mar 16 Fév - 4:05


God save your child


On pourrait parfois croire que je suis trop naïve de croire que je pourrais essayer de sauver tous les miens, quel que soit les erreurs qu’ils ont commises. Ne vous méprenez pas, je leur laisse toujours une chance avant de décider de leur sort c’est vrai, mais je sais également à quel moment me rendre compte lorsque toute tentative devient inutile. Avec toi, il n’y a pas le moindre quant au fait que de toute évidence tu as bel et bien choisi ton camp, alors tant pis. Je vois le regard haineux que m’adresse la Moroï lorsque je lui fais comprendre qu’elle n’est ici que dans le but d’attirer son groupe de Strigoïs et que ce sont eux, mes véritables ennemis. Elle se met à m’insulter avant de me menacer tout en insinuant que je les prends pour des amateurs. Oh vraiment, c’est tout ce que tu as trouvé ma belle ? Je croise les bras contre ma poitrine avant de lui répondre d’une façon qui laisse trahir mon amusement.

-  C’est trop aimable à toi de te préoccuper de ce qui va nous arriver. Mais ne t’en fais pas, ton groupe de Strigoïs est loin d’être le premier et ne sera certainement pas le dernier.

Je pourrais lui citer des exemples dont je suis certaine qu’elle comprendrait tout de suite l’étendue étant donné le nombre élevé de victimes Strigoïs, mais elle n’a pas besoin de savoir tout cela. Ses propres tortures devraient être suffisantes pour qu’elle comprenne par elle-même. Je sens que la Moroï commence à perdre son calme lorsque je lui parle de son bébé. Je vois bien à son regard qu’elle a envie de me tuer, malheureusement pour toi ce n’est pas de cette façon que se dérouleront les choses alors autant éviter de gaspiller ta salive inutilement. Une fois de plus, elle me menace, mais comme tu peux le constater cela ne me fait ni chaud ni froid. Je ne te traiterai pas différemment sous prétexte que tu es enceinte mais je prends malgré tout la peine de te prévenir pour ton bébé afin de te mettre en garde, il ne tient qu’à toi de coopérer si tu tiens réellement à ne pas te retrouver dans une position inconfortable.

Alistair finit par me rejoindre et commence à se préparer à ce qui va suivre. Bizarrement pendant un moment, j’ai l’impression que la Moroï s’est quelque peu calmée. Est-ce dû au fait de comprendre qu’elle va se retrouver face à un Strigoï qui ne sera pas de son côté ou est-ce dû à l’intimidation naturelle que peut provoquer Alistair sur nos ennemis ? Je l’ignore étant donné que je suis sans doute la seule à avoir un regard disons plus personnel à son égard, mais s’il peut effrayer la Moroï alors tant mieux. Peut-être qu’au moins elle finira par se montrer un peu plus civilisée... Dans son intérêt elle le devrait en tous cas. Mais la première question que je lui pose me prouve finalement que ce ne sera pas le cas. Effy commence à me donner des noms... des noms de Moroïs que je ne connais que trop bien étant donné qu’ils font tous partis des différentes familles royales que je côtoie. Mais l’un d’entre eux vient tout particulièrement m’interpeller et mon sang ne fait qu’un tour à son entente... celui de mon frère, Lord Szelsky. S’il y a bien un sujet sur lequel je ne plaisante pas, c’est ma famille. Je continue de rester de marbre à l’entente de ces paroles, mais je commence à bouillir de l’intérieur. C’est alors que je me rends compte que quelque chose essaie soudain de pénétrer mon esprit. Je comprends dès lors que c’est elle qui fait ça. Tiens, tu as donc un pouvoir similaire au mien, c’est la première fois que j’en constate les effets sur moi mais tu n’imagines pas à quel point découvrir que nous partageons ce don me ravit étant donné que c’est bien le seul que je peux contrer.

Je n’ai pas encore oublié ce qu’elle a dit cependant mais je tente de rester de marbre. Que sait-elle au sujet de mon frère ? Si jamais sa vie est en danger à cause d’elle... Je ferme le poing, essayant de me retenir de réagir sous le coup de la colère. Mais je ne peux pas... J’ai envie de la frapper et de lui sortir de force tout ce qu’elle sait. Néanmoins, c’est Alistair qui finit par s’interposer en venant se mettre face à la Moroï afin de capter toute l’attention de cette dernière, tandis que je me reprends aussitôt. Juste ciel... Je suis Arya ce soir, pas Ariana. Aussi dur que ce soit, le nom de mon frère ne doit pas m’atteindre plus qu’un autre. Fort heureusement, elle en a prononcé un bon paquet alors elle pensera sans doute que c’est le sort des Moroïs qui m’atteint de manière générale. Cela dit, ma double identité aurait pu être mise en danger si Alistair n’était pas intervenu. Il me connaît tellement bien... Je l’en remercie mille fois.  

Je reprends ainsi mon calme et commence à l’écouter s’adresser à la Moroï tandis qu’un certain sentiment de satisfaction vient m’envahir lorsqu’il lui rappelle les chances qu’elle a eu et le fait qu’il sera beaucoup moins gentil à son égard que je ne l’ai été. Alistair a toujours ce calme mélangé à cette classe en toute circonstance qui m’impressionnent. Je le regarde faire tandis qu’il se tourne vers moi afin de me dire que le pouvoir de la Moroï n’est pas celui des éléments. Incroyable... Je n’ai même pas eu le temps de le lui dire mais il l’a déjà deviné. J’imagine qu’avec les siècles arrive également un sens de l’observation beaucoup plus poussé, et j’imagine que cela déstabilisera encore plus la Moroï de l’entendre dévoiler son don à voix haute. On dirait que les choses sérieuses vont enfin pouvoir commencer. J’aquiesce lorsqu’Alistair exprime le fait que nous allons devoir la pousser un peu plus. Eh oui ma chèren tu vas très vite comprendre pourquoi. D’un instant à l’autre, Effy se retrouve tirée la tête en arrière avec un chiffon sur le visage, tandis qu’Alistair débute son oeuvre. Le sentiment de noyade... de sentir l’eau s’infiltrer dans ses poumons sans pouvoir rien faire d’autre qu’essayer de se débattre contre la mort qui arrive, il est vrai que c’est cruel et je dois bien avouer que malgré tout ce qu’elle a dit, j’ai tout de même de la peine de voir infliger cela à une Moroï. Mais ça, elle n’en saura jamais rien. Dès que le chiffon est retiré de sa tête, je la regarde de nouveau avec une parfaite indifférence tandis qu’elle se met à tousser. Je vois au regard d’Alistair que c’est à moi de jouer. Je m’avance ainsi vers elle et viens me placer juste face à elle tout en maintenant une certaine distance avant de poser à nouveau ma question.


- De combien de Strigoïs est composé ton groupe ? Je veux des noms...

Oh je sens bien qu’elle n’est pas encore prête à nous livrer toutes les informations que nous attendons, mais elle n’est pas encore suffisamment affaiblie pour que je puisse pénétrer son esprit non plus. Il va me falloir attendre encore un peu avant de pouvoir commencer à lui extraire de force ce qu’elle refuse de nous dire. Face à un nouveau refus d’obtempérer de sa part, mon poing vient soudain s’abattre sur son visage. Ça c’est pour tout à l’heure... Et au moins ça passera inaperçu dans le cadre de ses tortures cette fois. Bon, je ne suis pas vraiment censée intervenir sur tout ce qui touche aux tortures physiques et je suis d’ailleurs sûre qu’Alistair me fera la morale lorsque nous ne serons plus que tous les deux, mais c’était plus fort que moi, il fallait au moins que je lui en mette une. Le fait de voir du sang s’échapper de son nez est suffisant pour me satisfaire et devrait rendre davantage évidente sa difficulté à respirer si Alistair recommence à la noyer. Oui, je sais que je n’ai pas la patience de ce dernier... ni sa force non plus d’ailleurs, je le sens à mon poing qui commence à devenir tout rouge, mais je préfère me dire qu’elle a encore plus mal que moi et qu’elle aura d’autant plus de mal à faire l’impasse sur la noyade maintenant que son sang risque de se mélanger à l’eau qui pourrait à nouveau infiltrer ses poumons. Je me rassois sur ma chaise, attendant patiemment la suite.

code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: God Save your child   Mer 17 Fév - 19:50





God save your child
Arya & Alistair & Effy

Que voulez-vous au juste ? Faire de moi l’appât ? C’est déjà fait apparemment, alors pourquoi vous acharnez-vous contre moi ? Vous voulez des réponses apparemment, dommage pour vous mais vous êtes tombé sur la mauvaise personne pour ça. On dit souvent que je parle beaucoup, mais je peux devenir une véritable tombe lorsqu’il s’agit d’avoir des informations contre les miens. Tu dis que mon groupe n’est pas le premier que tu pièges ? Et bien j’ignore qui tu es parvenue à atteindre, mais eux tu ne les auras pas, ils te tueront bien avant que tu n’aies le temps d’en prendre conscience. Je me dis seulement que j’aurais dû faire en sorte de gagner du temps, mais c’est plus fort que moi, je déteste être en position de faiblesse alors il faut bien que je réponde par des remarques acerbes, sinon il ne me restera plus rien contre eux.

Alors lorsque cette moroï se place devant moi pour avoir la liste des prénoms des garçons, je n’en perds pas mon air supérieur et me mets à lui donner des noms, mais pas les bons. Les reconnais-tu Arya ? Je suis sûre que oui. Ce sont tous des membres de familles royales, des personnes que l’on prendra grand plaisir à torturer avant de les tuer. Tu as l’air en colère Arya, attention, froncer les sourcils risque de te donner des rides et ce ne serait pas très beau sur ton visage. Si tu as besoin de conseil de mode je pourrais toujours t’aider, mais visiblement tu attends autre chose de moi et ça tu ne l’auras jamais. Je ne perds pas plus de temps avec ces provocations, me disant que je vais commencer par la faire souffrir elle avant de m’occuper de son compagnon, sauf que ça ne fonctionne pas. Pourquoi est-ce que ça ne marche pas ? Ce n’est pas normal... Normalement elle devrait déjà être en train de crier et me supplier d’arrêter. Qu’est-ce qui ne va pas bon sang ?!

Le corps du strigoï se met entre nous, me faisant perdre toute tentative d’emprise sur son esprit. Mon menton se retrouve bloqué par la prise d’Alistair qui me force à le regarder avant de prendre la parole. Penses-tu que tes menaces m’effraient ? Je le regarde toujours avec autant de mépris. Toi et ta misérable Arya ne me faites pas peur et quand bien même ce serait le cas, je ne trahirai jamais les miens, peu importe la raison. Ils sont tout pour moi, ma famille, sans eux je ne suis rien. Alors faites ce que vous voulez, vous n’aurez rien de moi, jamais. Je serais morte sans eux, alors je suis prête à mourir pour eux. La seule chose pour laquelle je dois leur résister est mon bébé, sinon je me fiche bien de ce qu’ils pourraient me faire, mais ils n’ont pas intérêt de lui faire du mal. Le strigoï me relâche alors pour se retourner vers la moroï. Il a compris... Comment a-t-il deviné pour mon pouvoir ?

J’essaie vraiment de ne pas paniquer lorsque je l’entends dire qu’ils vont devoir me pousser un peu plus, encore plus lorsqu’il espère ne pas se salir. Enfoiré ! Ose poser ton regard dans le mien une nouvelle fois et crois-moi, contrairement à elle ton esprit ne me résistera pas. Sauf que je le vois s’éloigner et rapprocher un chariot, me doutant bien de ce qui va suivre. N’ose même pas faire ça... Pourtant il en a bien l’intention. Sa main se referme d’une poigne ferme sur mes cheveux et tire mon visage en arrière. Je vais te faire la peau sale monstre !

- Ne me touche p...

Ne me touche pas où je m’emparerai de ton esprit et te forcerai à tuer ta petite moroï avant de te torturer durant des heures jusqu’à ce que mort s’en suive. C’est en tous cas la menace que j’avais l’intention de prononcer, jusqu’à ce qu’il m’en empêche, posant un vulgaire chiffon sur mon visage et commençant à verser le contenu d’un seau d’eau dessus. J’essaie de bouger, de me redresser, de faire tomber le chiffon, mais sa main resserrée dans mes cheveux m’en empêche et me fait plus mal qu’autre chose. J’ai l’impression que l’on m’a plongé la tête sous l’eau... Non, c’est même encore pire, j’ai l’impression que l’eau rentre directement dans mon corps et me noie. Lâche-moi... Lâche-moi ! J’aimerais tellement lui hurler ces mots mais je dois me contenter d’attendre qu’il termine, ce qui arrive enfin. Sa main relâche mes cheveux et mon visage se penche instantanément en avant alors que je me mets à tousser pour évacuer l’eau et respirer fort pour reprendre mon souffle. Il me faut de longues secondes pour parvenir à me calmer, mais à l’instant où je relève la tête, la moroï vient me poser la même question. Tu ne crois quand même pas que je vais balancer les miens si facilement ? Je sais que je vais de plus en plus détester ce qui va suivre et je n’ai pas envie de devoir le subir, mais je le ferais pour les garçons, je ferais tout pour eux.

- J’espère que tu as pensé à ramener une trousse de maquillage, j’aimerais être présentable lorsque mon groupe viendra vous botter le cul.

Oui, je joue sur l’humour et la provocation, mais vous savez déjà pourquoi, parce que c’est tout ce que je peux faire contre eux. Au moins je peux encore penser à des détails futiles tels qu’une trousse de maquillage, mais bon je ne pense pas que ma réponse leur plaise. C’est en tous cas ce que me laisse suggérer le poing de la moroï qui vient frapper contre mon visage, faisant couler les premières gouttes de mon sang.

- Sale peste ! Attends un peu que je sorte de là et tu es finie !

En espérant que j’en sorte réellement. Tu ferais moins la maligne si un combat à la loyale se déroulait entre nous. Voilà pourquoi je continue de faire la fière, parce que vous avez suffisamment peur de moi pour prendre toutes ces précautions, mais ce n’est pas ce qui vous sauvera. Je vais sérieusement finir par perdre patience avec ces deux-là qui me rendent folle. Je commence à tirer sur les liens qui retiennent mes mains prisonnières, me débattant pour tenter de les briser ou les faire bouger. Je sais, c’est inutile, mais je suis pleine de rage et je n’ai qu’une seule envie, pouvoir sauter au cou de ces deux-là et leur faire payer leur affront. Sauf que je sens que le strigoï va bientôt passer à la suite, alors je me fiche bien de passer pour une hystérique, je me mets simplement à leur crier dessus et continue de me débattre inutilement.

- Toi le monstre ne t’approche pas ! Vous allez le regretter ! Je vais sortir de là ! Je vous jure que vous allez le regretter !



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: God Save your child   Mer 17 Fév - 23:54

God Save your child
Alistair & Arya & Effy

Avec tous les renseignements que nous possédions, nous n’aurions jamais du nous attendre à ce que mademoiselle Hawkins ne se rallie à notre point de vue. Mais Arya a voulu essayer. C’est un effort appréciable et qui fera d’elle une grande reine si elle monte sur le trône… Mais ce bon cœur nous a juste fait perdre du temps, c’est une évidence, surtout face aux propos insolents que tient cette femme. Qu’avez-vous à perdre avec un peu de retenue et de politesse ? Rien je le suppose, mais vu que vous n’avez rien à y gagner, vous ne tenterez pas de vous retenir… Une bien regrettable erreur, surtout quand ces noms sortent de vos lèvres. Attaquer Arya sur son frère n’est guère une bonne idée, peu importe que vous ne soyez pas au courant de leurs liens de parenté. Mais je suppose que vous vous en doutiez si j’en crois le sourire sur vos lèvres. Pourtant ce sourire disparaît face à votre duel de regard. J’en comprends la cause quand je me retrouve face à elle. Une moroï spécialisé dans l’Esprit… Je commençais à comprendre l’intérêt que ces Strigoïs pouvaient lui porter. Malheureusement, cela complique légèrement notre tâche. Nous allons devoir être un peu plus imaginatif pour l’affaiblir. Heureusement, Arya n’a pas l’air de s’y opposer, c’est une chose que j’ai toujours apprécié chez elle, son pragmatisme, elle sait quand les choses sont nécessaires et quand elle doit agir… Ou me laisser agir plus précisément. Notre invité n’a pas l’air d’être d’accord avec ce programme, pourtant, le choix lui a été précédemment donné, il suffit de faire le bon. C’est désolant, mais je me dois d’agir, nous ne pouvons pas nous permettre d’être retardé. Alors peu importe les propos qu’elle pourra proliférer, c’est à mon tour d’agir.

Il faut en convenir, l’eau est un bon moyen de couper la parole à une personne sans paraitre malpoli… Et peut-être mademoiselle Hawkins nous écoutera maintenant. Ce serait dans son propre intérêt, avouons le. Il suffit maintenant à Arya de parler et à nous de voir si nous avons été assez convainquant. Je laisse Arya reprendre la parole, récupérant en même temps le chiffon que je redépose sur le plan de travail. Disons que je commence déjà à réfléchir à la prochaine riposte. Visiblement à raison car mademoiselle Hawkins n’a en rien perdu de sa verve. Le maquillage. Voilà bien une notion qui n’a pas évolué à travers les âges, toujours aussi inutile, toujours autant utilisé… Mais il est vrai que mademoiselle Hawkins aura besoin d’une bonne couche de maquillage pour cacher les bleues et autres marques de son corps à la fin de son séjour. Encore une fois, c’est un regrettable choix dont elle est en partie responsable.

Je me retourne pour observer les deux demoiselles, à temps pour observer Arya cogner mademoiselle Hawkins. Mes sourcils se froncent légèrement, un léger tic du visage qu’Arya doit immédiatement repéré. Je déteste quand nous ne suivons pas le plan. De plus, il y a bien une raison pour laquelle Ariana ne participe jamais aux tortures… Pardon deux raisons. La première est qu’elle ne sait pas frapper sans se faire mal. La deuxième raison est qu’elle est véritablement fragile et marque vite. Déjà son poignet et sa main entière sont en train de bleuir. Autant de signes distinctifs qui l’obligeront à être très prudente dans les jours à venir si son chemin croise ceux de nos ennemis…
Mais apparemment, même la mise au poing d’Arya n’oblige pas Miss Hawkins à mesurer ses propos. Il faudrait décidément que quelqu’un lui inculque les bonnes manières. Je suppose qu’un jour viendra… En attendant, elle parle et s’agite bien trop. Elle commence à avoir une voix qui crispe mes épaules et me donnent envie de me frotter les oreilles, une attitude guère convenable, entendons-le bien…

« Il suffit mademoiselle Hawkins. Vous avez fait entendre votre point de vue, de manière bien peu reluisante, maintenant, il serait temps d’apprendre à mesurer vos propos avant que cela ne vous retombe sur la figure. Vous avez eu deux chances. Il est dit que nous ne faisons jamais deux sans trois. Nous allons donc tenter une troisième fois… Mais je suppose que je vais devoir me montrer un peu plus convainquant pour obtenir votre attention. »

Bien sur, il n’a jamais été question d’obtenir ses aveux à partir du moment où elle a résisté, mais plutôt sa faiblesse. Il faut qu’elle soit assez faible pour ne pas résister à Arya, pour la laisser entrer dans sa psyché… Et quoi de mieux que la torture pour lessiver une femme ? A part la trahison, il n’y a rien de mieux… Alors nous avons besoin que vous continuiez à résister mademoiselle Hawkins, vous vous dirigez exactement vers la bonne voie…

Je m’éloigne légèrement des deux femmes, espérant qu’aucune des deux ne finissent par tuer l’autre… Bien que l’avantage soit à Arya pour l’heure. Je me dirige vers le générateur, que je ramène. Je peux déjà voir d’ici la grimace d’Arya, elle comme moi, n’aimons guère cette méthode. L’électricité est une méthode barbare et aléatoire qui mène bien trop souvent à l’arrêt cardiaque… Mais pour l’heure, c’est le moment des réjouissances sur la chaise électrique. Comprenez-vous pourquoi la chaise est en métal maintenant mademoiselle Hawkins ? J’attache tranquillement les deux branchements sur la chaise avant de me reculer jusqu’au générateur, mettant le voltage au plus bas et étant prêt à appuyer sur le bouton de départ… D’ailleurs, je donne un léger coup pour vérifier que le générateur fonctionne. Vu la façon dont le corps de mademoiselle Hawkins réagit, c’est effectivement le cas. Parfait.

« Nous avons maintenant un dilemme mademoiselle Hawkins. Nous sommes face à deux choix, soit vous nous répondez, soit vous recevrez quelques voltages dans le corps. Jusqu’ici, ce n’est pas très cruel, convenez-en mais à chaque fois que vous refuserez de nous répondre, je me verrais dans l’obligation d’augmenter ce voltage. Je pense, sans m’y connaître forcément en anatomie féminine, que la puissance envoyé dans votre corps tuera votre enfant bien avant de vous tuer. Arya, ma chère, pourrais-tu lui offrir sa dernière chance ? »

A vous de choisir maintenant mademoiselle Hawkins… Mais quoi que vous choisissiez… Vous ne pourrez plus faire machine arrière et nous ne le ferons pas non plus. Il n’a jamais été question de tuer cet enfant mais il n’a jamais été question de le laisser vivre non plus. Je ne sais pas si Arya me suivra cette fois également, je l’espère, mais pour moi, cet enfant ne sera qu’un dommage collatéral à un projet bien plus grand… Alors il est l’heure d’agir et de sauver votre vie. Tic tac. L’heure tourne mademoiselle Hawkins, les choix sont de moins en moins nombreux… Il faut se décider.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: God Save your child   

Revenir en haut Aller en bas
 
God Save your child
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ♦ save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu
» Save the last Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Academy :: Repaire d'Arya et Alistair-
Sauter vers: