Partagez | 
 

 Un malheur ne vient jamais seul [Amaelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Un malheur ne vient jamais seul [Amaelle]   Mar 29 Déc - 18:09

Un malheur ne vient jamais seul
Clary & Amaelle


Pourquoi n’est-il pas revenu ? Pourquoi n’est-il pas venu me chercher ? Les questions se bousculent dans ma tête. Après ma fuite, je m’étais attendu à ce qu’il me retrouve par tous les moyens, qu’il s’en prenne une nouvelle fois à moi, mais je ne l’avais jamais revu. Aucune nouvelle. Pourquoi un tel revirement ? Avait-il finalement décidé de me laisser tranquille ? De trouver une nouvelle proie ? Ce silence était bien trop anormal. Je ne pouvais pas le laisser faire subir toutes ces horreurs à une autre, il fallait que tout cela s’arrête, définitivement. Cela ne pouvait se résoudre que d’une façon, par la mort de l’un de nous deux. Je ne m’arrêterai pas avant de l’avoir achevé. Je n’avais plus qu’à émettre l’espoir de ne pas rendre l’âme avant lui.

Un pantalon sleam gris, des hautes bottes noirs fourrées de lames d’argent en son intérieur, un fin débardeur, une veste de cuir, également fourrée d’armes, je suis fin prête à passer à l’attaque. Je n’aurais aucun mal à retrouver sa trace maintenant que je connais l’adresse de son habitation. A la différence de notre dernière rencontre, je sais ce que je suis venu chercher, et il ne parviendra pas à me prendre en traite. Je ne me laisserais pas avoir si facilement, je me battrais jusqu’au bout, pour remporter cette victoire.

Mais je ne m’attendais clairement pas à découvrir une usine vide de monde, désaffectée, sans le moindre meuble, la moindre décoration, comme si rien n’avait jamais existé. J’étais pourtant certaine de ne pas mettre trompé d’usines, avoir choisis la même que ce fameux soir. Alors comment une telle chose pouvait-elle être possible ? Comment tout cela avait-il pu disparaître ?  Je n’étais resté que peu de temps dans la pièce principale, certes, mais j’avais suffisamment pu l’observer pour savoir que ce lieu n’était pas tel que je l’avais visitée. Que c’était-il passé ? Il n’avait tout de même pas simplement disparu ? Je ne pouvais pas y croire, après tout le mal qu’il c’était donné pour ruiner ma vie, il ne pouvait pas être parti du jour au lendemain ?  C’était impensable ! Pourtant, le résultat était sous mes yeux. Non ! Il ne pouvait pas avoir disparu avant que je mette un terme définitif à sa vie. Ou es-tu Emrys ? Laisse-moi te retrouver, et t’affronter pour un dernier combat.

« Emrys.. »

C’est un cri de rage que j’avais voulu laisser sortir, la haine à son égard, et finalement, cela n’est qu’un simple murmure. Il est parti, il est parvenu à me fuir, et ce cercle infernal dans lequel j’avais été aspiré étant jeune se perpétuerait indéfiniment. Je quitte les lieux presque dépité, lentement, trop lentement.  Je regretterais sans doute toute ma vie de ne pas avoir accéléré davantage le pas. D’être tomber sur elle. Pourquoi fallait-il que le malheur s’abatte sur moi ? Ne dit-on pas qu’un malheur n’arrive jamais seul ? Que fais-tu ici Amaelle ?  Pourquoi n’es-tu pas répartie avec lui ? Je vous pensais inséparable. J’avais tord. Penses-tu le trouver ici ? Ou viens-tu ici dans un derniers moment d’apitoiement pour ton amants disparu ?  As-tu été surprise par sa disparition autant que je l’ai été ?  Sais-tu où il est ?  Pourrais-tu me le dire ?  

« Où est-il ? »

Je n’avais pas prévu de me battre contre toi, mais si je peux tirer des informations de ton lien avec lui, je n’hésiterais pas. J’ai appris à me battre, et je sais avoir un infime chance de remporter un duel avec toi, je n’hésiterais pas à foncer dans le tas, si cela pouvait empêcher une vie misérable à de nouvelle jeune femme.

« A moins que tu ne le saches pas. Laisse moi deviner.. il ne t’a rien dis ? C’est-il lassé de toi pour te laisser sur la touche ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un malheur ne vient jamais seul [Amaelle]   Sam 30 Avr - 15:58

Un malheur ne vient jamais seul
Amaëlle & Clary

C'est dans la souffrance que se forge le caractère, c'est dans la douleur que renaissent les grands Hommes...  



Laisser la rage m’envahir était définitivement une mauvaise idée mais elle était excellente pour lutter contre la tristesse. Tu m’as mise de côté Emrys, mais je ne pensais pas que tu te contenterais, dans ton dernier instant, de m’envoyer une lettre pour me signaler ton départ. Une simple lettre, de plusieurs pages certes, mais quelques mots sur un papier comparé à trois décennies où nous avons été plus liés que jamais… C’était une putain d’insulte, il n’y avait pas d’autres mots. Ma première réaction avait été de balancer ma bourse dans la cheminée mais je m’étais retenue à la dernière seconde. Ce n’était pas parce qu’il avait jeté notre lien dans le feu que je devais poursuivre le même chemin. J’allais d’abord le consumer lui, avant de détruire tous nos souvenirs. J’avais la rancune tenace et une grande envie d’emasticuler un homme. Certes, une fois devant lui, je pourrais changer d’avis… Mais j’allais tout de même tenter le diable.

J’attrape quelques vêtements que j’enfile rapidement : chemise, slim, bottes. J’attache mes cheveux rapidement, glissant un lien clouté dans ceux-ci, un lien sous forme de mèche, dont chaque pointe contenait un venin qui pourrait être mortelle pour un humain mais qui serait surtout douloureux pour un Immortel. Je savais que les hommes aimaient un peu trop attrapé les femmes par les cheveux pour assoir leur domination. Et ce soir, j’allais faire de mon corps lui-même, une arme. Et une fois mon point de vue passé, je consentirais à le soigner. Je glisse des poignards sous les manches de ma chemise blanche, glisse un flingue contre mes reins et m’assure de me munir de quelques autres armes. Me voilà prête à aller faire rentrer un peu de plomb dans la cervelle de mon plus ancien ami… Que ce soit au sens propre ou figuré, ce plomb.

Je sors de l’appartement et utilise ma moto pour rejoindre les usines et arriver jusqu’à l’entrepôt d’Emrys ensuite. J’ai à peine coupé le moteur que je sais qu’il  y a quelque chose d’étrange avec ce lieu. L’odeur d’Emrys a presque totalement déserté les lieux, remplacés par des squatteurs occasionnels. Il ne l’aurait jamais permis, pas s’il avait été dans le coin… C’est la première fois que je m’autorise à penser, qu’il ait pu m’envoyer cette lettre, non pas de son loft, mais plutôt de sa nouvelle destination… Et je déteste cette idée. Car mon but ce soir est de savoir où il a pu se casser pour lui remonter bien correctement les bretelles.
Je quitte ma moto, commençant à avancer dans l’entrepôt quand j’entends ce bruit de battement de cœur, comme celui d’une hirondelle… Je saurais le reconnaître n’importe où, nous avons passé tellement de temps ensemble et j’ai déjà entendu ce cœur battre sous l’emprise de tous les sentiments possibles et inimaginables… La princesse est rentrée au bercail et elle se dirige tout droit vers les bras les plus accueillants à des kilomètres à la ronde.

Je m’immobilise, préférant m’intéresser à elle. Je ne trouverais pas Emrys ce soir mais j’aurais bien d’autres soirs pour me préoccuper de lui. Il n’est pas sûre que cette petite princesse survive aussi longtemps, elle attire bien trop le danger. Je peux l’analyser bien plus longtemps qu’elle ne le fait en lançant les hostilités et la première chose dont je me fais la remarque, c’est que la princesse n’a plus besoin de son prince charmant pour se défendre. Elle a apparemment gagné des griffes, il faut maintenant savoir si elle saura s’en servir. Affaire à suivre, je suppose. Et la suite arrivera bientôt.
Un lent sourire étire mes lèvres face à sa prise de parole, chercherais-tu à me mettre en colère, princesse ? Mais il faut que tu le saches, je le suis déjà, tu ne pourras qu’allumer un peu plus un brasier déjà bien fournis… Et tu es la première qui risque de crâmer. Alors fais attention où tu mets les pieds.

« C’est étrange comme tu nous poursuis, encore et toujours, princesse… Comme tu continues à le chercher, tout en pensant t’en être débarrassé. Si c’est moi qui suis laissé sur la touche, expliques moi pourquoi tu parais bien plus dévastée que moi ? On dirait que tu viens de perdre ton premier amour, ma douce. »

J’ai été idiote, lors de ton emprisonnement, de réagir trop excessivement face à tes sentiments pour mon meilleur ami, pour mon amant… Mais j’ai appris, depuis, à vivre sans sa présence et son attention constante. Je ne veux pas le perdre, je ne supporte pas sa disparition… Mais je pourrais garder contenance assez longtemps pour te faire craquer la première, je n’en doute pas.
Je m’approche d’elle, d’une démarche lente et calculée. Nous ne sommes pas pressées, princesse et nous savons tous les deux, qui craquera la première. La colère brûle dans nos veines mais tu es un assez bon exutoire pour que je ne craque pas la première. Tic tac. Tic Tac… Combien de temps avant que tu ne craques.

« Que viens-tu faire ici ? Viens-tu pleurer sur l’inutilité de ta vie ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
Un malheur ne vient jamais seul [Amaelle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un malheur n'arrive jamais seul.
» Un malheur n'arrive jamais seul [Ryan]
» Les grandes découvertes ne se font jamais seul [Fury, Neigy, Fumy, Aigly]
» Jamais seul même en forêt (PV F'ealla Kichy)
» [TERMINEE] Perséphone ~ Si tu fais de toi-même un ami, tu ne te retrouveras jamais seul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Academy :: Les Usines-
Sauter vers: