Partagez | 
 

 La plus vile des tentations | Amaëlle & Erik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: La plus vile des tentations | Amaëlle & Erik    Ven 20 Nov - 22:36

La plus vile des tentations
Amaëlle & Erik

Est-ce que l’une de ses personnes vit ses derniers instants ? Même moi je ne peux pas le savoir, mais je sais déjà que je ne repartirais pas de cette discothèque sans une proie. Ça fait bien trop longtemps que je ne me suis pas nourrie à la veine, bien trop longtemps que je n’ai pas pu exercer de mon don sur la mort envers quelqu’un. Je compte bien faire une victime, la plus salissante possible, la plus violente possible, la plus satisfaisant possible également. J’avais besoin de renouer avec mes racines, de renouer avec ce côté sombre de ma personnalité qui avait été mis à mal par les êtres de ma vie.

Mon corps ondule au milieu de dizaines d’autres, ma peau blanche capte un instant les néons qui sont dirigés sur la foule, je ne comprends pas que ces mortels ne réagissent pas plus férocement à ce phénomène qui trahit ma nature surnaturelle, cette peau blanche pouvait être une véritable catastrophe. Ma robe bustier de couleur dorée remonte légèrement le long de mes cuisses quand je fais un pas de côté pour éviter un humain un peu trop bourré, cet homme ne sera définitivement pas ma proie ce soir. Je continue à scanner la foule du regard, espérant trouver un être digne d’intérêt, quelqu’un pour passer le temps, quelqu’un qui serait un véritable challenge. Peut être même cette personne sera-t-elle assez intéressante pour que j’en oublie mon désir de tuer de la façon la plus salissante possible. Un être mourra ce soir mais il ne se trouve peut être pas dans cette salle, ça dépendra de l’intérêt que pourra susciter ma cible ce soir en moi.

La musique est assourdissante pour un être tel que moi, un être de la nuit mais j’entends pourtant parfaitement les cœurs qui s’affolent dans la salle et me mettent l’eau à la bouche. C’est ce qui me décide, si une proie ne se présente pas à mes yeux, alors je vais aller la chercher. Je quitte cette marée grouillante pour aller en direction du bar. Ma voix raisonne audiblement face à ce charmant barman, qui ne restera pas en vie très longtemps si son cœur continue à s’accélérer devant moi.

« Un gin s’il vous plait. »

« Tout de suite madame. »


Ai-je une tête de madame ? De femme mariée ? Je sais bien que j’ai eu un enfant, ma douce Lyana, mais jamais je ne me suis passé la corde au cou, je préférerais encore me planter avec mon propre pieu que de finir marié. Je le remercie pourtant quand il me livre ma commande et mon verre à la main, je contourne la foule pour arriver au niveau des banquettes. C’est là que je la sens, cette odeur printanière si semblable à celle de ma Willow tout en étant terriblement différente. Je ne me nourris pas de moroïs mais ils peuvent offrir une superbe distraction… Il est l’heure de passer faire au moins un petit coucou. Je fais demi-tour et suit la piste laissé qui me conduit à un grand blond costaud à l’air sombre. Les musclors n’ont jamais été mon type, mais je pouvais tout de même comprendre l’attraction que pouvait ressentir les femmes face à lui, il était beau, mais la véritable beauté que je pouvais lui trouver était dans ce rictus légèrement sarcastique aux coins des lèvres et cette lueur sombre dans les yeux. Me trouverais-je devant un joyau qui n’avait pas encore été taillé ? Encore à l’état brut ? Si c’était le cas, alors je le façonnerais doucement jusqu’à ce qu’il soit parfaitement poli… Mais d’abord, je devais m’assurer de bien me trouver devant un joyau et pas devant un quelconque caillou brillant. Je m’installe face à lui et le voit relever les yeux sur moi. Ses yeux bleus et contenant cette noirceur… Je ne retiens pas mon sourire à cette vue et je prononce doucement les premiers mots de la soirée, mais pas les derniers…

« On se déplace seul mon cher ? J’espère que ça ne veut pas dire que vous êtes contre de la compagnie mais juste que vous en avez marre de vos protecteurs. »


Pour quelle raison t’es-tu séparé d’eux ? Je n’en sais rien mais il faut avouer que cela m’est bien utile. Apprenons à nous connaître musclor, laisse moi explorer cette noirceur en toi, tu verras, tu apprécieras cette expérience, je te le promets…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La plus vile des tentations | Amaëlle & Erik    Ven 25 Déc - 3:11


La plus vile des tentations
Une sortie en boîtes avec des amis pour décompresser, n'est-ce pas une bonne idée? Et bien je ne peux pas dire non puisque dès que possible, j'ai sauté sur l'occasion. Je suis sortie de l'académie et ai demandé à Andrei de ne pas m'accompagner, après tout qu'est-ce que je risque entouré d'autres Moroïs maîtrisant un élément beaucoup plus agressif que le mien. Dans la voiture, j'ai l'impression que ma tête va éclater. Voyager dans les rêves et soigner des personnes depuis si longtemps sans avoir de lourde conséquence sur ma santé mentale, c'est presque incroyable. Là tout de suite je pourrais vider un humain de son sang ou me battre sans raison. Peut-être que sortir pourrait m'aider à évacuer cette rage.

Nous arrivons rapidement à la discothèque et tout le monde s'éparpille. Entre ceux qui vont danser et ceux qui préfère rester assis à discuter, je ne sais pas trop vers quel groupe tendre. Je préfère rester seul avec mon verre de whisky. Ce soir, je vais me changer les idées au lieu de rester à l'académie à m'empêcher de faire un malheur. Une jeune femme me rentre dedans, me faisant ainsi renverser mon verre. Je pousse un juron et elle s'excuse. Je lui dit que ce n'est pas grave, que je suis habitée à ce qu'on ne me remarque pas vu mon gabarit. Je soupire. Cette humaine m'agace, peut-être que si je me défouler sur elle je me sentirais mieux... Non, avec un diplôme d'infirmier, ce n'est pas très cool... Je me retourne en direction du bar pour aller me chercher quelque chose de plus fort. Je pense que j'en ai plus que besoin pour me calmer. Mes yeux se pose alors sur une Strigoï juste à côté de moi. Elle n'a pas l'air si méchante, enfin je suppose qu'ils ont tous cet air... On ne dirait pas qu'elle va me dévorer, bien au contraire puisqu'elle commence à discuter avec moi.

- On se déplace seul mon cher ? J’espère que ça ne veut pas dire que vous êtes contre de la compagnie mais juste que vous en avez marre de vos protecteurs.

Je lui souris. C'est amusant de voir un Strigoï me parler comme si de rien n'était !

- Je ne dis pas non à être accompagné par une si belle femme à condition qu'elle ne me vide pas de mon sang à la fin de cette soirée ! D'ailleurs, puis-je lui offrir un verre ?
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La plus vile des tentations | Amaëlle & Erik    Dim 27 Déc - 23:11

La plus vile des tentations
Amaëlle & Erik

La chasse, l’exaltation ressentie en trouvant une prise, la traque, la mise à mort. Le sang se mélange à la douleur, le plaisir à la mort, tout est relié dans un maelstrom qui peut laisser hypnotiser. Je veux me plonger dans le cœur de ces émotions ce soir et je m’en donnerais tous les moyens. Je m’approche du bar, commandant un verre tout en scannant mon terrain de chasse des yeux. Ma peau attire la lumière des néons, attirant les regards sur celle-ci, je peux sentir leurs désirs, à eux mes petites proies et un fin sourire étire mes lèvres, vous êtes si crédules de vous laisser berner par la beauté des êtres surnaturels. Attardez-vous plutôt sur les cicatrices qui zèbrent ma peau, les cicatrices que ces néons mettent à nues tout comme ma robe le fait. Réfléchissez à leurs significations, vous trouverez facilement que je ne suis une combattante, que j’ai connu la douleur et que je saurais vous la faire connaître. Attardez-vous sur mes yeux et sur leurs riches couleurs, vous comprendrez que je suis l’être le plus dangereux de cette boîte et l’hypnose prendra fin. C’est à partir de ce moment-là que vous deviendrez intéressant pour moi.

Mon nez repère avant moi celui qui sera ma proie ce soir, sans être ma mort, un Moroï. Quand je le trouve et que je le vois enfin, je sais que j’ai bien fait de me laisser guider par mon odorat, ce Moroï a l’air plus qu’intéressant. Ses yeux et ses humeurs ont l’air en total dissociation avec son apparence propre sur soi. Combien de temps feras-tu semblant mon ange ? Combien de temps avant que tu ne deviennes un vrai démon ?
Je ne fais pas semblant, je m’approche directement de lui et le regarde jusqu’à ce qu’il me porte attention avant de commencer à discuter avec un léger sourire aux lèvres. A quoi est-ce que je ressemble pour toi ? A une simple femme sûre d’elle ? Ou vois-tu déjà en moi le prédateur ? Le monstre avide de sang et de chair en moi ?

Il me rend mon sourire et je ne peux pas m’empêcher de penser que cet homme ne doit avoir peur de rien ou être aveugle pour ne pas remarquer directement quel genre de femme suis-je. A moins qu’il ne croit en l’humanité de tout un chacun ? Combien de temps tiendrais-tu cette vision utopique du monde face à moi ? J’ai hâte de voir ça mon ange. Nous allons jouer à un jeu, je te laisse une heure pour me convaincre que tu fais semblant, que tu as conscience du danger, sinon je te montrais le danger que moi et les membres de mon espèce sommes pour la tienne. Et tu resteras en vie pour rapporter mes propos, ne t’inquiète pas pour ça.

Ses propos, une fois que je les ai intégré me font éclater de rire. Je n’ai jamais eu un rire innocent, j’ai perdu de mon innocence dès ma naissance, dès qu’on m’a arraché à ma mère et mis dans ce lieu. Je l’ai un peu plus perdu quand je me suis faite violer. Cette innocence a totalement disparu avec la disparition de ma fille. Alors mon rire ne semble pas innocent et carillonnant comme le semble tout ceux de mon espèce qui veulent charmer une proie, non mon rire représente le côté rauque et sensuel de notre race. Le côté que je représente surement le mieux.
D’un signe de la main, je mets en évidence mon verre encore plein devant moi et je murmure juste assez haut pour être entendu au-dessus de la musique.

« Merci mais j’ai déjà mon verre, à moins que vous ne vouliez m’offrir un verre de votre sang, il faudra attendre une prochaine tournée pour ce verre. Mais j’en prends bonne note. »

Je plaisante malgré tout, car je ne touche pas au sang de moroï. Je ne touche à aucun Moroï depuis Ethaniel, j’en tue aucun, je ne me nourris sur aucun. Malgré tout, j’ai bu à la veine de Willow mais elle est et restera ma seule exception, je le sais. Je plante mes yeux noisettes et carmins dans les prunelles bleues de mon vis-à-vis, y retrouvant cette lueur de noirceur camouflée qui me fit doucement sourire. Je m’approche légèrement de lui et frôle sa joue chaude de ma main, tentant de voir ce qui pourrait le mettre mal à l’aise. Tu as l’air si à l’aise, ne te rends-tu pas compte que je suis un prédateur ? Tu comprendras, ne t’inquiète pas. A un moment ce soir, tu le comprendras…

« Mais ne vous inquiétez pas, je ne compte pas me nourrir sur vous, vous n’êtes pas mon genre de proies. Par contre, vous êtes tout à fait le genre d’hommes avec qui j’apprécierais de passer ma soirée. Et si nous allions nous assoir maintenant ? »

Qu’est-ce que tu comprends dans le sens de mes propos ? Penses-tu que je sois intéressé par du sexe avec toi ? Je ne renie pas que tu peux être sexuellement attirant, mais ce qui m’attire chez toi c’est cette noirceur, je veux la voir ressortir, et je compte bien m’y atteler toute cette soirée. Tu es un joyau à tailler, alors je te façonnerais de la plus belle image, tu seras mon chef d’œuvre dans cette ville quand j’en aurais fini avec toi. Je m’ennuie parfois, mais créer un enfant miracle me semble être une bonne occupation.
J’attrape son poignet d’une main ferme mais assez délicate, ne voulant pas lui briser les os de son poignet avant de l’attirer à ma suite vers une des banquettes que je sais être libre. La soirée ne fait que commencer mon ange, et je compte bien te garder à moi encore quelques temps, le temps de voir jusqu’où je pourrais te pousser si je te laissais réintégrer le reste du monde… Mais pour l’instant, nous allons rester dans notre bulle, sois heureux, tu vas recevoir toute mon attention ce soir… Ou sois malheureux en fait, je ne le sais pas, je n’ai jamais posé cette question à une de mes victimes…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La plus vile des tentations | Amaëlle & Erik    Dim 10 Jan - 15:56


La plus vile des tentations
Elle se met à rire d'un rire que je trouve très beau. J'ai toujours aimé entendre le rire sincère d'une femme, cela prouve qu'elle fait attention à ce qu'on lui dit. Ma mère riait souvent aux blagues que je lui faisais lorsque j'étais petit et Hailey est très souvent en train de rigoler. J'ai donc une relation très intime avec le rire, si je peux me permettre de dire ça ! Elle me montre son verre et j'avoue me sentir très con. Bon il est vrai que j'aurais du faire plus attention à ce qu'elle tenait dans la main, après tout c'est une Strigoï qui pourrait me tuer en un claquement de doigts...

- Merci mais j’ai déjà mon verre, à moins que vous ne vouliez m’offrir un verre de votre sang, il faudra attendre une prochaine tournée pour ce verre. Mais j’en prends bonne note.

- Si cela ne vous dérange pas, je préférerais que mon sang reste où il est, je ne suis pas un adepte de tout ce qui est morsure ou piqûre.

Je ne me suis jamais fait mordre par qui que ce soit et n'ai jamais supporter tout ce qui était vaccin, injection, etc. Bien sûr, j'ai dû en faire, ce qui ne me dérange pas puisque ce n'est pas ma peau qui se fait percée. Quelque chose de froid se pose sur ma joue et je sursaute. Je m’aperçois rapidement qu'il s'agit de la main froide de la Strigoï que je viens de rencontrer. Que pourrait-elle me faire dans le pire des cas ? Me tuer? Je serais libéré de cet atroce pouvoir. Me capturer et me vider de mon sang ? Andrei et Hailey se lanceront à ma poursuite et elle risque de passer un sale quart d'heure ! Je n'ai pas peur d'elle, mon esprit est trop embrumé, occupé à ne pas avoir des pensées trop sombres comme l'envie de sang. Cette envie me touche rarement mais là j'en ai vraiment envie.

- Mais ne vous inquiétez pas, je ne compte pas me nourrir sur vous, vous n’êtes pas mon genre de proies. Par contre, vous êtes tout à fait le genre d’hommes avec qui j’apprécierais de passer ma soirée. Et si nous allions nous assoir maintenant ?

Je souris lorsqu'elle dit que je suis le genre d'hommes avec qui elle pourrais passer une soirée. Pourquoi ça me fait plaisir qu'une Strigoï me dise ça ? Je ne sais pas, mais j'ai toujours aimé plaire (dans tous les sens du termes) et être remarquer. Je ne sais pas ce que cette Strigoï veut faire de moi, mais je ne vais pas m'en soucier de suite, amusons nous un peu avant cela. J'ai la tête qui tourne et ma tête me fait mal, i faut que je m'occupe, que je fasse quelque chose pour ne pas ressentir ces effets néfastes. La Strigoï m'attire vers une banquette en me tirant par la main. Nous nous installons côte à côte et soudain la curiosité me pique, comme s'appelle-t'elle ? Quel malpolie, j'ai oublié de me présenter !

- Je viens de me rendre compte que j'ignore quel est votre prénom. Je suis Erik Badica, et vous ?
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La plus vile des tentations | Amaëlle & Erik    Dim 17 Jan - 0:08

La plus vile des tentations
Amaëlle & Erik

Qui es-tu petit Moroï ? A quoi correspond cette lueur dans tes yeux ? Seras-tu une perte de temps ou la meilleure des découvertes que je puisse faire dans cette ville ? Je ne le sais pas encore mais je sais que j’aurais mes réponses d’ici la fin de la soirée. Je l’aborde sans détour et apparemment je fais bien car il a la réponse rapide. Ne ressens-tu aucune peur ? Ou es-tu du genre courageux ? Encore un point que je me dois d’éclaircir sur toi mon cher…
Il m’offre de me payer ma consommation et je ne peux pas retenir un rire sincère de s’échapper de mes lèvres. Vraiment mon cher ? N’as-tu donc pas remarqué ce que je tiens entre mes mains ? Visiblement non mais c’est assez mignon de ta part de te proposer pour me payer à boire même si c’est légèrement inconscient. Ne devrais-tu pas t’éloigner pour retrouver un lieu plus sécurisé ? Que vous apprenne-t-il en Amérique pour que votre sécurité vous passe au-dessus de la jambe ? Je serais assez curieuse de visiter une de vos Académie un de ses jours… Malheureusement ça ne me sera pas possible tant que vos protections seront de mises mais un jour, elles tomberont peut être et ce jour là, je m’assurerais que la faille qui m’a fait entrer reste ouverte pour me permettre de revenir aussi souvent que je le souhaite…
Mais je me perds dans mes pensées alors qu’une conversation qui s’annonce intéressante débute. Il possède une espèce de fraîcheur et d’honnêteté… Perturbante. Oui c’est le bon mot. Qui serait aussi à l’aise et direct avec son ennemi naturel ? Je me contente de l’observer un instant avant de finir par sourire doucement en lui répondant.

« Oh un jour vous risquerez de changer d’avis quand vous vous éprendrez de quelqu’un. Ou que vous désirerez cette personne. Pour un peu que vous ne soyez pas un adepte des relations avec les humains bien sur… »

Je le scanne du regard, il ne m’a pas l’air d’être plus sociable que cela envers les humains mais je suppose qu’il faut toujours se méfier. Ma mère était humaine contrairement à mon père qui était un Moroï et je dois dire que je n’étais pas du tout pour ce genre de relations, j’avais eu un mauvais exemple familiale. Enfin, vu que je comptais bien faire de lui un enfant prodige, les seuls morsures que j’espérais atteindre sa peau serait celle qui lui ôterait sa vie ou alors celle qu’il partagerait sous la passion d’un autre membre de notre espèce. Oui, je comptais bien faire de lui un immortel, peu importe le temps que cela me prendra, le potentiel qui couvait sous la surface était bien trop important pour que je le néglige, il ferait un parfait premier enfant.
Je m’approche de lui et laisse ma main courir doucement sur la peau chaude et rugueuse de sa joue. Encore une fois, s’il y avait bien une chose que j’aimais chez les mortels, c’était leurs chaleurs. Je vois son regard se focaliser sur moi et je laisse mon sourire s’agrandir en le rassurant sur le fait que je ne le mordrais pas, je ne lui explique pas mes raisons, il les connaîtra peut être un jour mais pour le moment, il n’aura qu’à se contenter de ce point. Je le vois sourire quand j’évoque le fait que je pourrais apprécier passer la soirée avec lui et encore une fois, je me demande où se trouve son instinct de survie mais à cheval donné, on ne regarde pas les dents, n’est-ce pas ?

J’attrape doucement son poignet dans ma main et l’entraîne avec moi vers une des banquettes libres. Nous voilà dans un contexte plus… Intime dirons-nous et toujours aucune peur. Qui es-tu décidemment mon cher ?
Je laisse mon regard l’analyser encore une fois mais ça ne sert à rien, ce n’est pas un combattant, sa gestuelle ne trahit rien si ce n’est des signes de douleurs aux vues des plissements de ses yeux… Mais encore une fois, rien pour me mettre sur la voie de son psychisme. Ca en devient vexant à la fin. Je laisse ma voix porter jusqu’à lui, assez amusée bien que légèrement incrédule.

« Vous me donnez votre nom et votre prénom sans peur. Vous n’êtes pas inquiet de ce que je pourrais faire de ces informations ? »

L’instinct de survie est décidemment ce qui te manque. Qu’est-ce qui te dis que je ne suis pas ennemi engagé dans le but d’en apprendre le plus possible sur toi pour te faire souffrir avant de t’éliminer ? Tu devrais vraiment faire attention aux informations que tu offres, j’espère bien que ce dernier point changera sous mon influence sinon… Je suppose que je devrais faire en sorte que tu t’endurcisses ou je laisserais tomber…
Je finis après un petit temps d’hésitation par prendre la parole, soit il sera au courant de mon passif (et présent) de tueuse, bourreau et autre, soit il ne l’est pas. Sa réaction pourrait tout à faire être intéressante d’ailleurs.

« Amaëlle Cheverston mon cher, pour votre plaisir ce soir. Et si nous arrêtions maintenant de nous vouvoyé pour passer au tutoiement ? Cela pourrait être une évolution, n’êtes-vous pas d’accord ? »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La plus vile des tentations | Amaëlle & Erik    

Revenir en haut Aller en bas
 
La plus vile des tentations | Amaëlle & Erik
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [NU] La Plume De Vile
» Haydée de Lopburi - La recluse du trou de souris. [Terminée]
» Amaïa Larramendy
» LPA vs Dark Ax (and Vile)
» Fond d'écran Resident Evil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Academy :: Rue piétonne :: Discothèque le Pandemonium-
Sauter vers: