Partagez | 
 

 [Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: [Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]   Lun 7 Sep - 19:58

Ne m'abandonnes pas ft.Alec & Callie

Je quitte précipitamment la table après une énième dispute avec mon père. Ma mère elle,  c'était contenter de prendre parti du côté de son mari, et ma soeur restait silencieuse, nous regardait avec de gros yeux. Je m'en voulais de lui infliger ce spectacle. J'aurais préférais ne pas l'obliger à assister à cela,  mais les disputes avec mon père était si nombreuses que je ne pouvais pas prévoir à quel moment elles allaient bien pouvoir éclater. Je ne savais d'ailleurs plus pour quelle raison nous étions une nouvelle fois en train de nous crier dessus, mais cela n'avait que peut d'importance. Aucun de nous deux ne s'écrasera alors à quoi bon insister.  J'étais lassé de toutes ces disputes qui faisait mon quotidien.  J'embrasse le sommet de la tête de ma soeur et quitte la maison sous les hurlements de mon père qui m'interdisait de partir. Je sais parfaitement que lorsque je reviendrais je serais expédié dans la chambre pendant plusieurs jours sans droit de sortie, mais je m'en moquais bien.  En cet instant j'ai besoin d'air. De ne plus le voir. Et pour cela, il faut que je quitte cette maison. Le vent me fait du bien, m'apaise, et m'évite de céder aux larmes qui envahissent mes yeux et qui menacent de déborder. Je ne pleurerais pas pour cet homme. Je me l'interdisais. Cela aurait été paraître faible face à lui, et je m'y refusais.  Lui ne verserait aucune larme pour moi. Mes mains tremblantes tapent un rapide numéro qu'elles connaissent maintenant par coeur. Je porte le téléphone à mon oreille, et la première sonnerie retentit avant que la voix d'Alec se fasse entendre. Comme à chaque fois, il répond toujours aussi vite lorsque j'ai besoin de lui

《 Alec... Viens me retrouver sur la plage 》

Je n'attends pas qu'il reponde,  j'ai déjà raccroché pour rejoindre moi même la dite plage. Je n'ai pas besoin de sa réponse pour savoir qu'il viendra sans aucune hésitation, tout comme moi j'aurais fais le déplacement si c'était lui qui m'avait appelé avec une voix si désespéré. Jamais il n'avait fauté lorsque j'ai eu besoin de lui, de son aide. En l'occurrence c'est de sa présence réconfortante dont j'ai besoin. La plage s'étant devant moi, le vent me fouette le visage, mais c'est aussi bien ainsi. J'ote les chaussures, les prenant à la main pour laisser mes pieds s'enfoncer dans le sable. La mer est encore loin. Je laisse retomber mes chaussures dans le sable, et m'asseoit au milieu de cette plage déserte. En général elle est bien plus fréquenté mais à plus de vingt heures du soir personne ne vient ici et c'est pourtant en cet instant que la vie est la plus magnifique.

Un bon quart d'heure c'est écoulé lorsque je sens une présence à mes côtés. Je n'ai pas besoin de lever les yeux pour savoir que c'est lui.  Il s'installe à mes côtés, s'asseyant près de moi et je souris doucement, me décalant pour venir poser ma tête contre son épaule. Je n'ouvre pas la bouche, je ne serais de toute façon pas quoi lui dire. J'étais presque certaine qu'il savait pourquoi je l'avais appelé. Il était au courant de toutes les disputes avec mon père, il était au courant de la haine la que j'éprouvais pour lui la plupart du temps,  tous comme ma mère qui ne prenait jamais mon parti. Il savait que j'aurais préféré que ma soeur reste en dehors de tous ça, que j'aurais souhaité lui offrir une meilleure vie, avec de meilleure parent, sans tout ce bazar d'alchimiste, de moroï,  de dhampir, et de Strigoï. Il savait déjà tout cela alors à quoi bon parler, je préférais autant rester silencieuse, dans ces bras, et profiter de ce moment simple entre nous, entre ami, et non entre partenaire.

Au bout d'un moment, je finis par me redresser, lui adressant un sourire alors que je lui tends ma main

《 Viens te baigner avec moi 》

Il y a de grande chance que l'eau soit gelé mais je m'en fichais bien. Cela le ferait du bien, et j'avais envie que nous passions un moment agréable ensemble, sans penser à mon père. Je le laisse retirer ces chaussures, avant de l'entraîner derrière moi rapidement jusqu'à la première vague. L'eau est froid, un frisson me parcoure à son contact, mais je ne fuis pas cette sensation, au contraire j'avance un peu plus, lâchant la main d'Alec pour m'avancer plus loin dans les eaux. Je n'ai toujours rien dis,  et lui non plus. Mais je n'ai rien à dire, alors j'attends qu'il le fasse lui même

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]   Mer 9 Sep - 22:01

Ne m'abandonne pas !
Alec & Callie

Le téléphone sonne et en à peine deux secondes je suis dessus, juste le temps de porter l’appareil à mon oreille. Quand on s’ennuie comme un rat mort, on a tendance à jouer avec tout ce qui nous tombe sous la main, et là, j’avais trouvé une application intéressante sur téléphone pour passer le temps.
Toujours est-il que la sonnerie a à peine le temps de se faire entendre avant que je ne porte le téléphone à mon oreille. J’entends la voix de Callie qui amène un sourire habituel sur mes lèvres, sourire que je perds rapidement à la tonalité de sa voix. Quelque ne va pas, et il ne faut pas être un génie pour le remarquer.

Je me redresse sur mon lit quand elle raccroche après m’avoir demandé de la rejoindre. Certains verraient dans sa demande un ordre, pour moi c’était plutôt une supplique. Callie n’était pas du genre à se laisser démonter, ni du genre à demander de l’aide à moins que cela n’aille mal… A moins que la situation avec sa famille n’aille mal. Penser à la famille de Callie me fit immédiatement pensé à Kyara mais je ne bannis cette pensée de mon esprit avec que celui-ci ne s’attarde sur elle. J’avais perdu mon âme, mais pas mon esprit, ni mon cœur, bien que celui-ci soit en parti pris par Callie… Encore une fois, j’oubliais cette pensée, préférant trouver un moyen de sortir.

Mine de rien, le vieux était plutôt du genre à avoir des yeux partout, et sortir en douce était une mission ardue à chaque fois. Mais je m’empressais de la relever régulièrement. J’aimais décidément vivre dans le danger moi. Un jour ça me tuera, mais ça ne sera pas encore aujourd’hui.

Le vieux avait planté, devant ma fenêtre, un vieux chêne, ou peut être un de ses ancêtres, j’en sais rien. Toujours est-il que ses branches cognaient contre la fenêtre de ma chambre. Si le premier soir, ça m’avait foutu une trouille de tous les diables, c’était maintenant bien pratique pour descendre sans me faire remarquer par le vieux… Bon par contre, les branches n’étaient pas très solides alors c’était à chaque fois de la haute voltige de finir vivant la descente. Mais comme à chaque, je réussis… Enfin si je ratais, de toute façon, je ne pourrais plus penser vu la hauteur de la chute.

J’ai à peine posé les pieds au sol que je me relève pour piquer un sprint en dehors du domaine. Comme je l’ai déjà dit, le vieux a des yeux partout, en l’occurrence, en sortant du domaine, je vois que ses yeux sont fixés sur moi, il a remarqué mon départ. Je vais me prendre une sacrée raclée en rentrant s’il arrive à me coincer, mais bon… Vu le ton de Callie, ça en vaut la peine, et puis comme ça, je n’aurai pas à risquer ma vie en remontant l’arbre.

Je marche à un pas rapide, presque trotté à travers la ville. Je pourrais tenir des heures ainsi, j’avais depuis longtemps appris à pousser mon corps toujours plus loin, et cela payait maintenant. Il ne faut pas très longtemps pour traverser le patelin où j’habite depuis un certain temps, et je pus apercevoir la chevelure rousse de Callie. Un bref coup au cœur me prend et je ne peux m’empêcher de la détailler en m’approchant. Elle a un profil pensif, qui fait ressortir ses lèvres qu’elle mordille nerveusement, et je peux voir le vent jouer sur ses cheveux. Je me secoue la tête avant de tomber dans la mièvrerie la plus totale et je m’installe aux côtés de Callie, ou plutôt me laisse tomber à ses côtés.

Il lui faut à peine quelques secondes pour se rapprocher et je passe un bras autour de ses épaules. Je garde le silence et elle aussi, mais je peux presque deviner ce qui se passe dans sa tête. Un problème familial, quelque chose que malheureusement, moi, je ne peux plus connaître. J’aimerais pouvoir la réconforter, lui dire les mots qu’il faut, mais ce n’est pas possible, je ne peux pas. Alors je fais ce que je peux faire de mieux, je me tais, et je la soutiens du mieux que je peux.

On reste encore quelques temps dans cette position mais Callie finit par bouger. Je la laisse faire à contrecœur et je la vois se redresser face à moi. Même si je hausse un sourcil interrogateur, je ne dis rien, et je n’en ai pas besoin car je l’entends me demander de la rejoindre dans l’eau. Pourquoi pas, une bonne douche froide, ce n’est pas une mauvaise idée.

J’attrape sa main mais je m’arrange pour ne pas vraiment peser dessus en me relevant, deux mouvements et je suis déchaussée. Il en faut à peine plus pour que Callie m’entraîne dans l’eau. Si pendant un moment, j’ai cru qu’on se conterait des pieds dans l’eau, Callie me démentit très vite cette idée… Elle était glacée cette eau, et pourtant Callie s’avance dedans sans problème. C’est dans des moments comme ça que je me dis que les femmes sont très fortes… ou folles. Mais quel est la différence entre les deux ?

Elle finit par s’arrêter mais l’eau monte presque jusqu’en haut de ses cuisses, j’en ai froid pour elle. J’inspire profondément et avance pour la rejoindre et me mettre à sa hauteur, le froid est mordant, au moins, c’est encore plus efficace qu’une douche froide.
Je ne laisse pas le silence s’étirer très longtemps, il ne me dérange pas habituellement, mais je n’aime pas quand Callie intériorise tout. Il est l’heure de te tire les verres du nez ma belle Callie.

« Ton père ? Ou ta sœur ? »

Ils sont les deux seuls qui puissent te faire réagir ainsi. Alors qui est celui qui t’a fait réagir cette fois. Qui a rend ce joli visage aussi triste ? Parle-moi, j’aimerais ne pas te tirer les verres du nez Callie, l’image est d’ailleurs peu ragoûtantes.
J’entends à peine sa réponse que j’enchaîne immédiatement, prêt à obtenir toutes les confessions de Callie pour qu’elle puisse passer une meilleure fin de soirée, je m’assurerais de ce point en tout cas.

« Que s’est-il passé cette fois ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]   Mer 23 Sep - 15:42

Ne m'abandonnes pas ft.Alec & Callie

Le vent souffle dans mes cheveux, cachant mon visage, et mes yeux embués de larmes. J'essuie rageusement mes yeux. Je ne pleurerais pas pour ce père idiot. Je ne devrais pas me mettre dans un état pareil pour une personne comme lui. Le vent frais sur ma peau me fait du bien, soulage ma peine, au moins un petit peu. Je perds rapidement la notion du temps. Depuis quand suis-je ici ? Des secondes ? Des minutes ? Des heures ? Je pencherais pour la dernière option, mais au fond, je sais que je ne suis là que depuis quelques minutes.  Si le temps me semble long, c'est surtout parce que j'attends l'arrivée d'Alec avec une certaine impatience. Je ne doute pas qu'il viendra, quoi que cela lui en coûte. Notre rencontre avait été des plus spéciale, mais à mesure que nous avions grandit ensemble, il était devenu mon repère dans cette ville, mon point d'encrage, et aussi le seul à qui j'acceptais de parler librement

Je reconnais immédiatement sa présence derrière moi. Je n'ai pas besoin de lever les yeux vers lui pour m'en assurer. Il s'installe rapidement à mes côtés, sur le sable. Son bras entoure mes épaules, rassurant, alors que je me rapproche de lui, déposant ma tête contre son épaule. Je n'ai pas besoin de plus, pas besoin de mots, pas besoin d'une quelconque autre personne à mes côtés, lui me suffit, son contact m'apaise aussitôt. Je reste ainsi un long moment. Je ne serais dire combien de temps. Le vent se refroidit, les vagues s'agitent devant mes yeux, nmais cela ne m'empêche pas de me redresser pour l'inviter à rejoindre l'eau avec moi. Il n'hésite pas à me suivre, et bientôt, l'eau entre en contact avec mes pieds. Ce contact me gèle de l'intérieur comme de l'extérieur, et pourtant, cela me fait un bien fou. Je ne m'arrête pas ici. Je m'enfonce un peu plus dans l'eau froide, ne m'arrêtant que lorsque l'eau atteint quasiment ma taille. Je remarque qu'Alec ne m'a pas tout de suite suivis, mais avec un temps d'hésitation, il me rejoint enfin. Je bois bien que même s'il ne dit rien, il se force  à venir jusqu'à moi, la fraîcheur le dérange un peu plus qu'à moi. Je ne dis toujours rien, mais il finit par reprendre la parole de lui même, tentant de me tirer les vers du nez, m'interrogeant

《 J'imagine que les deux y sont pour quelque chose 》

Meme si ma soeur n'était pas directement liée, c'était tout de même en partie pour elle que j'étais dans cet état. Mais il ne m'écoutait déjà plus, il avait reprit la parole, me questionnant de nouveau. Je n'ai pas envie d'en parler. Je n'ai pas envie de me plonger dans de tel souvenir, mais quelque part, je sais qu'il déteste me voir ainsi, et que s'il me pose toutes ces questions c'est parce qu'il s'inquiète pour moi, alors je me sens obligé de lui répondre

《 Rien de moins, rien de plus que la dernière fois 》

C'est de toute façon toujours la même histoire. Je me sentais rejeter dans ma famille, et ce n'était pas nouveau. Je l'avais toujours se, seule ma soeur me permettait de tenir le coup. Sans ça, je  serais déjà partie depuis longtemps maintenant. Elle était la raison pour laquelle je supportais tout cela, toutes ces tensions. Que c'est-il passé ? Que pourrais-je dire ? Y avait il seulement eu une véritable raison à cette dispute ? J'en doutais, mais en fin de compte, cela venait toujours de mon travail, c'était le seul débat que mon père était capable de tenir

《 Tu connais mon père, tant que mon travail n'est pas parfait, il trouve toujours quelque chose à me reprocher 》

C'était devenu tellement récurrent, que cela ne me dérangeait même plus aujourd'hui, sauf les jours ou j'étais à fleur de peau

《 Je déteste qu'il fasse ça devant Ereen 》

Je me retourne de nouveau vers lui, les yeux embués de larmes. Je me déteste d'être aussi faible par sa faute. J'aimerais pouvoir être plus forte, pouvoir m'opposer à lui. Je me mets soudain à trembler, et je ne sais si c'est de froid, ou le contre coup de toutes ces émotions. Je relève la tête vers lui, prenant compte que j'avais du quitter son regard à un moment indéterminé

《 Tu t'enfuirais avec moi ? 》

Je lui pose cette question, mais au final, je sais que je ne suis pas réellement sérieuse. Je ne peux pas partir, je ne peux pas laisser Ereen seule ici. Peut être que j'évoque cette idée parce qu'elle me tente vraiment et que je veux la partager avec lui. Peut être que je cherche srulement à changer de sujet

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]   Lun 28 Sep - 20:58

Ne m'abandonne pas !
Alec & Callie

Le contact froid de l’eau avec mon corps me fait frissonner. Je préfère nettement de bons bains chauds à cette plage froide… Mais ce soir, je n’avais pas le choix si je voulais rester avec Callie.
Pourquoi m’avoir appelé ? Pour être réconforté, pour recevoir ma présence… Mais ce n’était surement pas la seule raison. Callie ne s’en rendait peut  être pas compte mais je la forçais à me parler chaque fois, un des seuls moments où elle vidait son sac. Elle en avait besoin même si elle voudrait certainement le nier de toutes ses forces. Et j’en avais besoin pour savoir ce qui se passait dans sa tête, ce que je devrais dire, ce que je pourrais dire pour ne pas la braquer mais l’amenait à s’ouvrir à moi.
J’étais surement égoïste et faux. Je la forçais à s’ouvrir à moi alors qu’elle ne connaissait finalement qu’une infime partir de ma vie. Elle savait que quelqu’un de ma famille vivait encore, m’attendait quelque part mais elle ne savait pas à quel point ce membre de ma famille m’était important. Ma jumelle était mon monde. Callie m’avait appris à nuancer les couleurs de ma vie, à ne plus me limiter à Kyara, mais c’était toujours un déchirement d’être éloigné d’elle. Toujours est-il que si je ne pouvais pas veiller sur Kyara, je pouvais au moins le faire sur Callie, et l’aider à aller mieux.

Je lui demande donc : Que s’est-il passé ? Qui est responsable ? Sa sœur ou son père ?
Les deux sont capables de la fragiliser en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Je n’aime pas cette influence qu’ils peuvent avoir sur elle, mais je ne dis rien, ça sera à elle de s’en défaire quand elle le voudra… Peut être même jamais, comme moi je n’avais pas pu me défaire de Kyara.

« Rien de moins, rien de plus que la dernière fois. »

C’était déjà ta réponse la dernière fois ma… Callie, et la fois d’avant également. Je n’ai jamais vraiment su à quoi cela correspondait. Une dispute, des mots qui fusent. Je me déroule dans ma tête des milliers de scénarios mais aucun ne doit correspondre au bon.
Toujours est-il que tu t’es de nouveau fait rejeté, de nouveau fait blesser. Cela réveille en moi des envies meurtrières que je contiens de mon mieux mais la haine se bouscule dans ma tête quand ce genre de moments arrive. La haine qui fait part intégrante de ma vie, la haine qui a grandi avec moi depuis mes 6 ans. Seule ta présence et la pensée de Kyara m’aide à tenir, mais combien de temps encore avant que je ne cède à cette haine qui me dévore ?

Elle me raconte à quel point son père est déçue de son attitude, mes points se serrent, l’envie de les faire courir sur le corps de son père par des coups brutaux m’envahit, peut être cela lui permettra de reprendre pied à la réalité et de se rendre compte du trésor qu’est Callie ? Puis je pense au vieux et mes poings se desserrent, je ne deviendrais pas comme lui. Je ne deviendrais pas un monstre de ce genre…

« Je déteste qu’il fasse ça devant Ereen. »

Elle baisse les yeux et je ne peux me retenir de répliquer. Et toi Callie ? Penses-tu à toi dans cette histoire ?

« Il n’a pas à le faire, ni devant Ereen, ni devant toi. Ton travail est parfait, bien meilleur que le sien alors qu’il se prétend être un génie. Un jour, je vais vraiment finir par aller lui parler à ton père pour lui secouer les puces. »

Je la vois trembler alors je m’approche d’elle et j’entoure son corps de mes bras. Elle m’apparaît si fragile en cet instant, alors que je sais à quel point elle peut être forte. Son père la détruit, ce qui me donne envie de le détruire lui. Un cercle vicieux dont seule la pensée des deux femmes les plus importantes de ma vie me permet de sortir.

« Tu t’enfuirais avec moi ? »

Je vois les beaux yeux gris de Callie se fixer dans les miens et je ne peux retenir le sourire légèrement désabusé qui s’installe sur mon visage. M’enfuir j’y pense souvent, m’enfuir avec elle est mon obsession, tout autant que retrouver Kyara. Si jamais je le pouvais, ça ferait longtemps que je serais parti en emportant Callie avec moi. Mais ce n’est pas vraiment ce qu’elle désire.
Alors quelle réponse veux-tu Callie ? Quelque soit celle que je te fournirais, elle ne te sera pas satisfaisante…

« J’y ai pensé souvent, je le ferais aussi si je le pouvais. Je t’emporterais avec moi et on partirait d’ici. Mais ce n’est pas vraiment ce que tu veux. Ce n’est pas non plus ce que je veux pour toi. Ça serait fuir nos problèmes et tu n’es pas de celle qui fuit devant eux. Tu les affronteras, tu affronteras ton père un jour, et je serais derrière toi, que ce soit avant ce jour là ou après. Aussi longtemps que tu me laisseras être à côté de toi. »

J’embrasse légèrement son front avec un faible sourire et la serre un peu plus contre moi. Reste contre moi encore un peu, que j’ai l’impression que les choses puissent s’arranger bientôt.
Pour maintenant cette illusion, je continue sur notre lancée et l’interroge sans la lâcher.

« Ou te verrais-tu aller si tu partais d’ici ? Dans un pays chaud ? Dans un lieu sans être surnaturels ? »

Continuons à parler, continuons à entretenir l’illusion. Ça nous aidera à sourire ce soir quand nous savons ce qui nous attend ce soir. Pour toi des silences froids ou des reproches, pour moi une volée par le vieux. Alors continues à me parler, berce-moi de ta voix et laisse-moi me perdre dans un monde où je peux encore contrôler mon avenir. Où je te garderais avec moi tout en retrouvant Kyara. Juste, laisse moi encore quelques minutes d’espoir…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]   Lun 19 Oct - 10:08

Ne m'abandonnes pas ft.Alec & Callie

Pourquoi ? Pourquoi fait-il qu'il gâche toujours tout ? Ne pouvait-il simplement pas se réjouir de mon bonheur ? Me féliciter lorsque je réussissais mon travail ? C'était le genre de chose que faisait des parents non ? Il était fière de leur enfant, quoi qu'il arrive. C'était ce qu'aurait du faire ma mère, me féliciter, je voyais bien dans ces yeux qu'elle n'était pas toujours d'accord avec mon père, sa fierté de me voir me battre continuellement alors que j'aurais eu mainte raison d'abandonner. Mais elle était tout bonnement incapable d'aller à l'encontre des convictions de mon père, alors elle ne disait rien, ce contentant de quelque hochement de tête par-ci, par-là pour donner son appuie à mon père. Pourquoi fallait-il  qu'ils soient toujours aussi buté ? Pourquoi ne comprenait-il pas que ce n'était pas ici qu'ils convaincraient Ereen de suivre mes pas ? Ce n'était en tout cas pas ainsi qu'ils allaient me convaincre de l'y encourager. Ce n'était pas la vie que je voulais pour elle. Elle ne devrait pas avoir à risquer sa vie de cette manière. N'étais-je pas suffisante ? Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour l'empêcher d'entamer sa formation. Je ne voulais pas qu'elle détruise sa vie, comme j'avais détruit la mienne. J'aurais mieux fait de rester sur mes aprioris, et ne jamais faire cette formation. Mais sans cela, je n'aurais peut être pas rencontré Alec, même les pires choses avaient leurs avantages

J'ai beau savoir qu'il ne me jugera pas, qu'il restera à mes côtés quoi qu'il arrive, qu'il n'approuvait pas les méthodes de mon père, je ne peux m'empêcher de fuir son regard. Je ne veux pas voir le genre d'émotions qui peuvent l'animer en cet instant. Je sais à quel point il peut détester me voir dans cet état, savoir qui en est la cause n'arrange sans doute pas les choses. Je sais le genre de sentiments de haine qu'il peut avoir à l'égard de mon père, c'est exactement le même sentiment qui m'anime lorsque je sais que cet homme lève la main sur lui. Je sais que ce sera de nouveau le cas ce soir, et que tout cela sera ma faute, parce que je l'ai poussé à fuir sa demeure, à venir me rejoindre, en sachant qu'il n'hésiterait pas une seconde, quelqu'en soit les conséquences. Il avait toujours été la pour moi, et c'était une nouvelle fois le cas ce soir

« Ne fais pas ça, c'est à moi de régler ça seule »

Un frisson me parcourt, sans que je n'en connaisse la raison. Je n'ai pourtant pas froid. L'eau gèle mon corps, aucun doute que la maladie me rattraperait le lendemain, mais pour l'instant, je ne ressens rien. Rien d'autre que le vide que mon père pouvait causer en moi. Je sens les bras d'Alec se refermait autour de moi, et je me sens tout de suite bien mieux. Il a toujours eu cette effet apaisant sur moi. Ces bras sont finalement le meilleur endroit au monde. Je n'ai pas besoin de m'inquiéter pour ma sœur, pas besoin de m'inquiéter de mon père. Je me sens tout simplement bien, et c'est tout ce qui compte en cet instant

Je ne sais pas d'où me vient cette idée farfelue de m'enfuir avec lui. Ce n'est pas la première fois que j'y pense, mais sans doute la première fois que je la formule réellement à voix haute. J'y avais souvent pensé, fuir avec lui, avec ma sœur, mais j'en étais toujours arrivé à la même conclusion, je ne pouvais pas fuir sans ma sœur, et elle ne pourrait pas être heureuse sans nos parents. Car, si ce n'était pas la joie avec moi, elle, s'entendait parfaitement bien avec eux, sans doute parce que mon père n'avait encore rien trouvé à lui reprocher du moment qu'elle n'avait pas commencé sa formation. Fuir était tout bonnement impossible, pourtant, ce soir, j'en avais réellement envie. Je me fichais bien de quelle pouvait bien en être les conséquences, je me fichais de savoir tout ce que j'abandonnais derrière moi. Pour une fois je voulais simplement penser à moi, et la seule chose que je désirais en cet instant, c'était m'enfuir avec lui. Je ne m'étais pas attendu à ce qu'il me fasse une réponse de ce genre là. Alors toi aussi, il t'arrive de penser à ce que pourrait être notre vie si nous partions loin d'ici ? Penses-tu que nous pourrions réellement être heureux ? Non. En tout cas je ne le pourrais pas si je n'avais pas ma sœur à mes côtés. Elle représentait une grosse partie de ma vie. Elle et Alec était sans doute les deux seules personnes qui comptaient réellement à mes yeux, et je ne pouvais pas m'imaginer partie sans l'un ou l'autre, être heureuse sans eux. Je croise son regard, et je ne sais pas réellement ce que j'y lis. De la fierté ? Du bonheur ? Cette idée te plairait-elle à toi, de fuir avec moi ? J'en suis certaine. Je suis presque persuadé que si cela ne tenait qu'à toi, nous serions déjà loin, mais tu penses encore et toujours à moi. Ce n'est pas la première fois qu'il se sacrifie pour mon propre bonheur

« Je ne peux pas l'affronter, ma famille exploserait en mille morceau. Je ne peux pas lui faire ça»

Je ne peux pas infliger ça à ma sœur. Je ne peux pas lui demander de faire un choix entre ces parents et moi, je sais qu'elle serait son choix, et en fin de compte, elle n'en serait pas heureuse. Cela à beau causé mon propre malheur, Ereen passera toujours avant moi à mes yeux, même si cela doit me détruire, je continuerais à encaisser tous les reproches de mon père s'il le faut. Je me laisse aller dans ces bras, déposant ma tête contre son épaule, le laissant m'apporter le réconfort dont j'ai besoin. Je sais qu'il sera trouver les mots, il l'a toujours fait

« N'importe où, pourvu que ce soit loin d'ici, loin de mon père, loin de toutes ces histoires »

Je n'avais jamais réellement réfléchi à ce genre de détail. Le lieu m'était bien égal du moment que nous partions loin d'ici. Il pouvait bien choisir l'endroit qu'il désirait, je le suivrais si cette distance pouvait arranger tous nos problèmes

« Pourquoi devrions nous mettre nos vies en danger pour eux ? »

Je n'avais pas envie de mourir par leur faute, parce qu'il m'avait entraîné dans ce monde auquel je ne voulais pas appartenir. Je ne voulais pas me mêler de tous ces histoires, j'aurais préféré ne jamais connaître l'existence de ces monstres, vivre un vie paisible, au côté de ma sœur, au côté d'Alec, grandir comme toutes les autres personnes qui ignoraient tous des ces histoires.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]   Lun 19 Oct - 22:07

Ne m'abandonne pas !
Alec & Callie

Que s’était-il passé ? Qu’était-il arrivé encore à Callie ? J’allais finir par croire qu’elle était un aimant à malheurs, dès que quelque chose pouvait arriver, ça lui arrivait à elle, et je me retrouvais à l’observer, sans pouvoir réagir, sans pouvoir lui apporter d’autres réconforts qu’une faible étreinte. J’aurais voulu pouvoir me lever contre son père, lui dire haut et fort ses quatre vérités, mais ça risquait de retomber encore une fois sur Callie, peut être même sur sa sœur si je l’énervais assez. Et je ne voulais pas que mon ange souffre à cause de moi. Elle souffrait déjà bien assez. Alors je me retenais, je n’agirais pas, peu importe mon envie d’aller secouer les puces de cet être qui se prétendait être son père. De cet être qui mériterait d’aller pourrir tout droit dans les enfers. Je tente de me calmer, en extériorisant mes ressentis par des mots, mais je ne sais pas si c’est une bonne idée, c’est le genre de choses qui inquiétera Callie inutilement. Ces prochains mots me donnent envie de la secouer, mais je n’en fais rien. La seule chose que je fais, à vrai dire, c’est me retenir de la prendre dans mes bras. Pour toi, je suis prêt à bien plus de choses que tu ne l’imagines mon ange. Tu as une plus grande importance à mes yeux que ce que tu ne crois.

« Si c’est ce que tu veux, je te laisserais te débrouiller contre lui, mais n’oublie que je serais là, pour t’aider ou pour lui faire avaler ses dents si jamais il le faut. »

J’avais une autre réplique à sortir, mais disons qu’il fallait rester poli, il restait tout de même son père. Alors il allait falloir que j’oublie tous les vilains mots qui voulaient sortir de ma bouche pour juste… rester calme. Plus facile à dire qu’à faire quand on connaissait la famille de Callie. La mère silencieuse et soumise, la sœur qui n’osait pas se rebeller, et le père à castagner. Décidément la famille typique américaine, celle qui avait un squelette dans le placard mais paraissait parfaite d’un point de vue extérieur.

Quand je vois Callie trembler, je ne peux pas m’empêcher de la prendre contre moi, la chaleur de son corps, la chaleur provoqué par ses mots… Même si je sais que ça n’arrivera jamais, savoir que si elle partait, elle le ferait avec moi… C’est quelque chose qui me réchauffe immédiatement le cœur et fait partir un instant la haine de mon esprit, de mon cœur. Je ne peux pas empêcher mes sentiments pour elle de grandir un peu plus, mais je ne tente même pas d’empêcher cela. J’ai appris depuis quelques temps que mes sentiments pour Callie échappaient à mon contrôle, que la seule façon de les oublier, c’était de ne pas trop laisser mes pensées divaguer, mais face à elle ? C’était impossible, alors pour quelques instants, je me permettais de laisser mes sentiments grandir, je les enfermerais de nouveau à notre séparation, en attendant, elle avait besoin que je lui porte toute mon attention.

Quand je lui dis que nous ne partirons pas car je sais qu’elle ne fuira pas, sa réponse me fait sourire d’une façon… Légèrement triste oserais-je dire.

« Je ne peux l’affronter, ma famille exploserait en mille morceaux. Je ne peux pas lui faire ça. »

Et toi, Callie ? Quand est-ce que tu commenceras à penser à toi mon ange ? Ta sœur est une part importante de toi oui, mais tu as aussi ta propre vie. Elle ne serait pas heureuse d’être la responsable de ta mort. Car c’est ce qui arrivera, à trop vouloir faire plaisir à ton père, tu finiras par te faire tuer. Et je te préviens, il est hors de question que j’assiste à ta descente en enfer sans rien faire.
J’enfouis ma tête dans ses cheveux pour cacher ma détermination, sachant que Callie pourrait l’interpréter facilement et me convaincre qu’elle ira bien, que tout ira bien. Je ne voulais pas me laisser tromper par ses douces paroles, y croire au point d’oublier la réalité, comme ça m’était déjà arrivé des dizaines de fois. Jusqu’à ce que la réalité nous rattrape. Et je ne la laisserais pas me distancer cette fois, je resterais dans la réalité.

« Ereen est assez grande pour décider par elle-même Callie, c’est à toi maintenant de prendre tes décisions en fonction de toi-même. Tu te tues à petit feu dans cette famille. Je ne veux pas devoir te ramasser en petits morceaux dans le futur. »

Je soupire doucement contre ses cheveux. Je ne peux pas l’accabler, pas quand elle essaye de garder la tête hors de l’eau et compte sur moi pour l’aider. Je peux bien faire un effort, encore un. Pour elle, ça vaut le coup.

« Tu es assez forte pour décider toi-même de ton avenir. Quel que soit ton choix, je te suivrais, je te soutiendrais de mon mieux. »

Toujours avec toi jusqu’à ce que tu décides du contraire. Sa tête se glisse sur mon épaule et je ne peux retenir mon sourire tendre, l’avoir contre moi, c’est le seul moment où je suis en paix, où je ne laisse pas la haine me consumer, ni mes remords. Où les souvenirs de Kyara ne me hantent pas au point d’en oublier de vivre.
Je lui demande doucement, où voudrait-elle vivre ? Sa réponse est si proche de la mienne que je ne peux empêcher mon sourire de s’étirer dans ses cheveux, là où j’ai posé mes lèvres et enfouis mon visage. Je murmure doucement.

« Ça m’apparaît comme une destination de rêve. Un jour peut être, on se fera ce voyage. »

Mais ce jour-là n’est pas encore aujourd’hui, on l’a tous les deux compris. Ça reste pourtant un rêve qui hantera mon esprit encore un certain temps. Sa question me sort de mes pensées, de mes rêveries.

« Pourquoi devrions-nous mettre nos vies en danger pour eux ? »

Qui sont Eux mon ange ? Tes parents ? Les innocents que nous protégerons ? Les Strigoïs que nous dissolveront ?
Quelque soit la bonne réponse, la question pourquoi s’applique en effet. Je ne me suis jamais posé la question. C’est quelque chose que je partage avec ma famille morte et Kyara, c’est les innocents que je protège d’une mort semblable à celle de mes parents. La réponse à ce pourquoi ? Je ne la connais pas, je ne peux pas te la donner, encore moins à ta place.

« Pourquoi protéger des innocents ? Pourquoi détruire des monstres ? Pourquoi obéir à tes parents ? Je crois que nos réponses se trouvent dans nos questions. Faut que tu trouves la bonne raison à ton pourquoi. La mienne, c’est pour ma famille, ça me suffit à mettre ma vie en danger. Pour rester avec toi, c’est aussi une bonne raison. »

Je baisse les yeux sur elle et les ancrent dans ses beaux yeux gris. Je pourrais passer des heures plongés dedans, mais aujourd’hui, il ne faut pas que je me perde dans mes pensées. Je veux juste lui répondre avant de perdre mon contrôle et de laisser mes pensées dériver sur elle. Je lève la main et caresse doucement son tatouage du bout des doigts. Il n’est pas achevé, signe que comme moi, elle n’a pas achevé sa formation, mais il est déjà magnifique et met son beau visage en valeur.

« Mais tu n’es pas obligée de te battre, Callie. Un tatouage, ce n’est pas forcément une adhésion, mon ange. C’est à toi de décider si ça vaut le coup. Ne laisse pas ton père te dicter ce que tu dois faire, fais le parce que tu veux le faire. »

La tentation d’embrasser sa peau qui m’apparaît si douce est trop forte, alors mes lèvres frôlent une nouvelle fois son front avant que je ne m’écarte légèrement, à regret. Je garde son corps entre mes bras en fixant mon regard dans le sien. Je demande doucement :

« Est-ce que je t’ai répondu ? Est-ce que tu as trouvé la réponse à ton pourquoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]   Jeu 24 Déc - 15:21

Ne m'abandonnes pas ft.Alec & Callie

Je ne sais plus comment faire, je ne sais plus comment me battre face à mon père. Je n'en ai plus la force. A quoi bon me battre ? Je sais que même en ayant la chance de dépasser cette étape aujourd'hui, ce ne sera que pour mieux replonger dans quelques jours. Alors à quoi bon continuer ainsi ? Pourquoi tenterais-je de me battre pour une chose en laquelle je ne crois plus ? C'est pour le moins inutile. Mais savoir qu'Alec est à mes côtés, qu'il se battrait pour moi si je venais à le lui demander, me redonne le courage pour affronter mon père. Je ne sais pas encore comment, ni quand je me lèverais contre lui. Il faut que je réfléchisse aux conséquences que cela pouvait engendrer, il fallait que je me montre plus maline que lui, mais je savais qu'avec la force qu'Alec me transmettait, j'y parviendrais. Les choses ne pouvaient pas durer ainsi éternellement, il avait raison. J'étais en train de me détruire à petit feu, et ma sœur n'était pas plus heureuse de nous voir nous déchirer ainsi. Malheureusement Alec, j'ai bien peur de ne pas rivaliser contre mon père. Quelqu'un en pâtira et j'ai bien peur que ce soit moi. Mais c'est une chose que tu n'es pas obligé de savoir, et je ne t'en ferais pas pare, car je sais qu'elle sera ta réaction, et il est bien hors de question que tu te mêles de cette histoire.

Je sais qu'un départ pour l'étranger réglerait définitivement toute cette histoire, et l'idée de partir au côté d'Alec, en sachant qu'il n'hésiterait pas une seconde à me suivre, et pour le moins tentante. Cette idée fait d'ailleurs route jusqu'à mon cerveau. Pourquoi ne partirais-je pas à ces côtés ? Qu'Est-ce que j'avais à y perdre. Mon cerveau formule la réponse, avant même que je n'en ai réellement conscience. Ereen. Je ne peux pas partir, et la laisser derrière moi. Et je ne pouvais pas non plus l'amené avec moi, elle n'aurait jamais pu être heureuse loin de sa famille. Je ne pouvais pas lui infliger cela. Je ne pourrais jamais la rendre malheureuse de mon plein grès, alors pour le moment, je n'avais pas d'autre choix que de supporter cette ambiance, et de tout faire pour que cela se passe au mieux. Si je ne pouvais pas le faire pour moi, je pouvais au moins le faire pour elle, ça, j'en étais capable.

« Je partirais au bout du monde avec toi, Alec.. »

A ce jour, tu es sans doute la personne la plus chère à mes yeux, celle pour qui je sacrifierais ma vie. Tu as toujours été présent à mes côtés, bien plus que je ne l'ai sans doute été pour toi, mais je sais pertinemment que la vie n'est pas rose non plus chez toi, et que même si tu ne m'en parles pas au quotidien, ce n'est pas tous les jours facile à vivre. Je sais pertinemment que toi aussi, au fond, tu es malheureux dans cette vie. Mais à l'instant même où je prononce ces paroles, je comprends une nouvelle fois que ce n'est pas réellement la vérité. Bien sûr que je partirais à tes côtés si tu le voulais. Jamais je ne te laisserais partir seul, mais je ne pourrais jamais sacrifier ma sœur à une vie de malheur. C'était un choix que j'espérais ne jamais avoir à faire.

Tout serait tellement plus simple si nous n'avions pas à faire ce métier. Si nous n'avions pas à chasser ces monstres, les risques n'en seraient pas les mêmes, et je pourrais partir sans regretter d'avoir jeter ma sœur à la gueule du loup. Tout serait tellement différent si nous ignorions tout de ce monde Alec. Pourquoi fallait-il toujours que le destin ce mettre entre nous ? Au milieu de notre chemin ? Ne pouvait-il pas nous laisser vivre nos rêves comme nous les entendions ? Je regrette Alec, je regrette d'être une alchimiste, je regrette de connaître l'existence d'un monde peuplé de monde. Je regrette de mener une vie telle que celle là. Mais je ne regrette pas les rencontres magnifique que cela m'aura permis de faire, comme la notre. Tu as réussi à te faire une place dans ma vie, et aujourd'hui, je sais que je serais bien incapable d'y faire face sans toi. Tu es un membre à part de ma famille, mais tu comptes tout autant à mes yeux. C'est une amitié que pour rien au monde je ne remplacerais. J'ai tout simplement besoin de toi dans ma vie. Ma tête posait contre son épaule, je me cache discrètement dans son cou, comme si cela pouvait me faire disparaître de la surface de la terre. Serres-moi dans tes bras Alec, c'est tout ce que je te demande.

Finalement, je me demande si c'est parole, rende pas pour moi, les choses plus confuses qu'elles ne le sont déjà. Pourquoi me battrais-je contre ces monstres ? Quelle raison aurais-je de continuer ainsi ? Ma sœur, bien évidemment. Je ne la laisserais jamais seule face à un tel sort. Toi, bien évidemment. Je ne te laisserais jamais combattre seul, nous sommes un duo, et nous le resterons. Mais Est-ce que ces raisons sont bien valable ? Est-ce qu'il ne s'agit pas tout simplement de mauvaise raison ? Est-ce que je n'étais pas en train de me voiler la face, de trouver une raison pour rester, malgré mon mal être évident ? Je doutais que cela m'ai mené jusqu'à une réponse claire. J'étais même plus perdu que jamais. Devrais-je me battre ? Devrais-je baisser les bras ? Ce n'était pas mon genre, je ne me voyais pas un jour baisser les bras. Pourtant, ce jour était peut-être plus proche que je ne le pensais. Entourant des bras la taille d'Alec, je me serrais d'avantage contre lui. Son étreinte me faisait du bien, me permettait d'aller mieux, de faire face à la situation, du mieux que je le pouvais.

« Alec.. Tu veux bien rester avec moi cette nuit ? »

Je ne me sentais pas le courage d'affronter mes parents seul ce soir, ni le courage de passer la nuit loin de lui. C'était sans doute trop pour moi, et peut être égoïste de lui demander une telle chose, mais j'avais besoin de sa présence pour m'aider à passer la nuit.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]   Sam 23 Jan - 0:32

Ne m'abandonne pas !
Alec & Callie

Pourquoi la vie s’acharne sur nous, sur elle… Pourquoi, juste pourquoi. Pourquoi avais-je du perdre mes parents ? Pourquoi les siens étaient aussi négligeant ? Pourquoi avais-je du perdre ma sœur ? Pourquoi ne pouvions-nous pas mettre la sienne en sécurité ? Je savais que si nous avions un moyen d’assurer la sécurité et le bonheur d’Ereen, Callie pourrait plus facilement se détacher de cette situation, prendre son envol, aller mettre une beigne à son paternel… L’un dans l’autre, tellement de solutions apportant son bonheur, mais pour ça, il fallait mettre en place un élément qui nous était impossible. Alors nous voilà, à rêver d’un bonheur illusoire, que nous ne pourrions pas toucher, ni même attraper. C’était un bonheur qui nous donnait envie de nous battre et nous décourager en même temps. Je rêvais d’un futur où j’aurais pu retrouver ma sœur, garder Callie, être heureux avec elles, les voir s’épanouir… Mais en même temps, je savais que ce rêve avait si peu de chances de se réaliser que cela en devenait douloureux.

Je baisse les yeux sur Callie, elle a l’air en paix, malgré sa soirée, malgré l’eau froide qui nous entoure et le retour qu’on risque d’avoir demain en revenant dans nos maisons… Si elle pouvait conserver cet air un peu plus longtemps… Au moins, je sais que pour quelques instants, elle est, peut-être pas heureuse, mais apaisée, et pour ces instants, je suis prêt à endurer ma journée de demain et les tracas qui vont continuer à survenir dans notre vie, car elle n’est pas du tout paisible… On a même le droit aux pires emmerdes possibles… Quoi que, je préférais ne pas tenter le diable et retirer ce que je venais de dire, il peut toujours y avoir pire.

« Je partirais au bout du monde avec toi, Alec… »

Mais pas aujourd’hui, pas cette fois, pas tant que ta famille restera un problème… Je n’ai pas à lui répondre, je sais que les mêmes pensées traversent sa tête, que nous réalisons ensemble les mêmes choses. Ce rêve ne deviendra jamais réalité, pas dans cette vie. Je lui adresse un léger sourire, peut-être est-il trop triste mais c’est le seul que je puisse lui fournir en cet instant. Nous n’avons pas besoin de mots en cet instant pour savoir que ce sujet se clôt sur une note légèrement mélancolique et que ça ne servirait à rien de le rouvrir, un autre jour, nous en rediscuterons peut-être, nous changerons peut être d’avis… Mais pour l’heure, nous sommes dans une impasse.

Finalement, ses questions portent sur les raisons que nous aurions de nous battre. Pour Callie, ce n’est surement pas la même chose que pour moi. Me battre m’apparaissait comme une évidence depuis la mort de mes parents, depuis le départ de Kyara. Il fallait que je puisse apprendre à devenir plus fort, à pouvoir me défendre et défendre ceux à qui je tiens. Je le sais, pour l’heure, il n’est question que de repasser derrière les Dhampirs pour éliminer les cadavres… Mais je ne pense pas que je me contenterais toute ma vie de ce travail. Pour l’heure, ça ne me dérange pas car cela me permet de rester proche de Callie… Mais un jour viendra où je me lancerais à la recherche de Kyara, et ce jour là, il faudra que je sache m’approcher de ceux qui détiendront des informations : les immortels. Et pour ça, il faudra que je sache me battre… Mais je ne pouvais pas répondre à sa question de cette façon sans commencer une conversation que je redoute légèrement. Alors je lui réponds toutes mes autres raisons. Je ne sais pas si je l’aide en étant aussi honnête tout en étant aussi peu… Aidant envers elle, mais c’est ma réponse, mon évidence.

Je sens ses bras se glisser contre ma taille et en baissant les yeux vers elle, je comprends que je n’aurais pas vraiment de réponse, peut être même ne sait-elle pas elle-même pourquoi elle se bat… Ce n’est pas important, pas ce soir, ce soir nous avons bien d’autres choses auxquels nous pourrions penser, laissons nous quelques heures sans toutes ses réflexions inutiles…

« Bien sur que je resterais avec toi. Aussi longtemps que tu le souhaiteras. »

Pas forcément cette nuit, pas forcément jusqu’au lever du soleil. Aussi longtemps que tu me laisseras être proche de toi, je resterais avec toi. Je glisse un léger baiser sur son front avant de détacher ses bras de ma taille pour prendre ses mains dans les miennes. Je croise son regard interrogateur pendant que je commence à la traîner vers le sable sec.

« Je préférerais éviter qu’on tombe tous les deux malades et tu peux te moquer de moi en disant que je suis une chocotte si tu le souhaites mais… Ca pèle, vraiment, je suis sûr d’avoir perdu quelques orteils là dedans. »

Bon pour la dernière partie j’exagérais peut être mais bon sang… Ca caillait vraiment là dedans. C’est pour ça que je ne ralentis pas le rythme avant qu’on ne soit hors de l’eau et seulement à ce moment-là, je daigne recommencer à marcher. Et ouais, j’ai toujours les pieds légèrement engourdis. J’aurais peut être du garder mes chaussures, j’aurais peut être eu moins froid… Et prévoir aussi des serviettes de bain pour la prochaine fois que Callie a l’idée de faire un plongeon dans l’eau, parce que là, on va vite avoir froid. Je finis par m’assoir et attirer doucement Callie contre moi, sans rien ajouter de plus, qu’aurais-je du dire de toute façon ? Rien, rien qui ne troublerait pas le silence inutilement. J’étais juste bien avec Callie contre moi, sa présence à mes côtés m’empêchant de penser à des choses trop douloureuses, me permettant de rester fort. Si c’est ma présence qu’elle souhaitait, elle l’aurait, je lui aurais offert bien plus si c’était ce qu’elle souhaitait, j’étais bien trop dépendant de sa présence…
Je baisse finalement les yeux vers elle et lui lance avec un léger sourire mes prochains propos, ne voulant pas laisser le silence s’éterniser, ayant peur des pensées qu’il amènerait dans nos esprits…

« C’est mieux ainsi non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flash Back] Ne m'abandonnes pas ! [Alec]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]
» Un pti Flash Back...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Academy :: Autres lieux-
Sauter vers: